Livret A ou LDDS ?

Le livret A est l’un des supports d’épargne le plus apprécié par les Français. Il fait d’ailleurs de l’ombre au Livret de Développement Durable et Solidaire, le LDDS, anciennement appelé LDD. Entre les deux, lequel choisir ?

Le livret A, c’est quoi ?

Créé en 1818, le Livret A est un compte d’épargne réglementé que l’on peut ouvrir gratuitement dans la plupart des banques. Il est accessible à toute personne résident en France, majeure ou mineure, et il est cumulable avec beaucoup d’autres produits d’épargne. Son taux d’intérêt est fixé 2 fois par an par l’Etat. Ce taux a été établi à 0,50%, depuis février 2020, à son plus faible niveau historique.

Les intérêts versés sur les sommes déposées sur un Livret A ne sont pas soumis à l’impôt. On dit du Livret A  qu’il est complètement défiscalisé. Autre avantage, le livret A est garanti par l’État. Dit autrement, si vous déposez de l’argent sur votre livret A dans votre banque, et que cette banque fait faillite et est dans l’incapacité de vous rendre votre argent, l’État vous remboursera la totalité du solde sur votre livret A, dans un délai de 7 jours ouvrables.

Produit d’épargne miracle ? Pas nécessairement, car si ses avantages sont nombreux, le Livret A comporte aussi quelques limitations.  Premièrement son taux de rémunération : il n’a jamais été aussi bas. Il est également plafonné : un individu ne peut avoir qu’un seul Livret A et le montant maximal que l’on peut y déposer est de 22 950 €.

Le LDDS, c’est quoi ?

Commençons par un peu d’histoire ! Créé en 1983 et d’abord nommé « Codévi », ce livret d’épargne réglementé est né d’un besoin de collecte de fonds de l’Etat afin de financer les petites entreprises.

En 2006, il devient le Livret de Développement Durable (LDD), et son plafond a été augmenté, passant de 4 600 euros à 6 000 euros par personne. Et comme son nom l’indique, les fonds recueillis sur ces livrets avaient dorénavant aussi pour but la préservation de l’environnement.

En 2012, son plafond passe à 12 000 euros, et son emploi s’élargit avec une volonté du gouvernement d’investir dans les entreprises « innovantes ».

Enfin, en 2016, il se fait renommer à nouveau, en Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS) afin d’indiquer que l’épargne versée sur ce support est également utilisée dans le financement de l’économie sociale et solidaire (ESS).

Il est souvent considéré comme un complément au livret A, ou un support vers lequel on se tourne lorsque le plafond du livret A est atteint.

Actuellement, il est proposé par toutes les banques, mais uniquement aux personnes majeures. Les mineurs peuvent en ouvrir un, seulement si ceux-ci bénéficient de revenus personnels, détachés du foyer fiscal de leurs parents. Il affiche le même rendement que le livret A (soit 0,50%), et est également défiscalisé. Son plafond reste tout de même inférieur à celui du livret A.

Tout comme le livret A, le LDDS est garanti par l’État.

Les points communs entre le Livret A et le LDDS:


- Taux de rémunération : 0,50 %

- Calcul des intérêts : tous les 15 jours, calculés tous les 1er et 16 de chaque mois

- Durée : illimitée

- Retraits : libres, à partir de 10€

- Virements : libres, à partir de 10€

- Fiscalité : exonéré à 100%

Les différences entre le livret A et le LDDS

- Plafond : 22  950 € vs 12  000 € (LDD)

- Age minimum : Aucun vs. 18 ans, ou les mineurs disposants de  leurs propres revenus, détachés du foyer fiscal de leurs parents (LDD)

- Collecte : affectée au logement social vs. affectée au développement durable et financement des PME (LDD)

- Affectation à l’Économie Sociale et Solidaire : non vs. oui, mais à partir du 1er octobre 2020

- Objectif des fonds : logements sociaux vs. financement des PME

Pourquoi choisir un livret A ?

Si plus de 90 % des Français en ont ouvert un, c’est qu’il y a de bonnes raisons !

Le livret A est relativement simple à ouvrir. On peut mettre de côté une épargne de précaution et y accéder rapidement en cas de besoin. Il est rémunéré (à faible taux), défiscalisé, gratuit, et accessible à tous. Dit autrement, l’ensemble des membres d’une même famille peuvent posséder un livret A.

Nous détaillons plus en détails les tenants et les aboutissants du livret A dans notre guide complet.

Pourquoi choisir un LDDS ?

Même si on le considère souvent comme le complément du Livret A, le LDDS, vous permet d’affecter (une partie de) votre épargne au financement d’entreprises de l’économie sociale et solidaire, dans la limite de 12 000€, et d’ainsi donner un sens à votre épargne.

En conclusion : deux supports d’épargne courte très sécurisés

Le livret A et le LDDS sont deux supports d’épargne courte réglementés, défiscalisés et sans risque, à la rémunération identique. Le premier est accessible à tous et à vocation à financer les logements sociaux, tandis que le second permet de financer l’économie sociale et solidaire.

Les deux supports sont de bonnes options pour une épargne de précaution, c’est-à-dire pour mettre des sommes de côté dont vous pourriez avoir besoin très rapidement en cas de dépenses imprévues ou de coup dur.

Alors, livret A ou LDDS ? Les deux se valent, se ressemblent et constituent de bon supports si l’on recherche la liquidité et la sécurité avant tout. Mais si la question nous était posée, nous vous répondrions qu’il existe aujourd’hui une troisième voie.

Des alternatives intéressantes au Livret A et au LDDS

Si vous cherchez une rémunération un peu plus attractive, ou que vous avez de plus grosses sommes à mettre au travail (au-delà des plafonds des livrets A et LDDS), toujours sans prendre de risques, il existe des alternatives, dont Cashbee.

Cashbee, c’est un compte épargne intelligent, rémunéré au taux de 2% pendant plusieurs mois puis 0,6% ensuite, ouvert en moins de 6 minutes depuis l’app, que vous pouvez télécharger ici.

Votre argent, toujours sur un compte en votre nom, tombe sous la garantie du Fonds de Garantie des Dépôts, qui rembourse les dépôts des particuliers à hauteur de 100 000€ par personne, par banque, en cas de défaut de la banque.

Nous vous invitons à en lire plus sur la sécurité de votre compte Cashbee ici.

Tableau comparatif d’un livret d’épargne chez Cashbee avec un Livret A et un LDDS


- Taux de rémunération : 2% pendant quelques mois, puis 0,6% pour Cashbee (vs. 0,50% pour les livrets réglementés)

- Plafond : € 1 000 000 pour Cashbee vs. 22 950€ pour le Livret A et 12 000€ pour le LDDS

- Garantie : Oui, jusqu’à 100 000€ sous le Fonds de Garantie des Dépôts pour Cashbee vs. oui, par l'État pour les livrets réglementés

- Calcul des intérêts : tous les 15 jours pour l'ensemble des livrets

- Dépôt minimum : 10 € pour l'ensemble des livrets

- Disponibilité des fonds : immédiate, mais pour le compte Cashbee il faut tenir compte d'un délai interbancaire standard, qui peut aller jusqu'à 48 heures

- Fiscalité : les intérêts perçus sur le compte Cashbee sont soumis à l'impôt (vs. exonération sur les comptes réglementés)

- Frais d’ouverture : aucun

- Frais de gestion : aucun

Cette fiche technique a été rédigée en collaboration et grâce aux travaux de notre brillant stagiaire Joachim Guiraud, que nous remercions chaleureusement au passage !

Logo The Interest

Envie d’en savoir plus sur l'économie et les finances personnelles ?

Découvrir notre blog
The Interest