Partagez cette définition
Articles associés
Aucun article associé

Intérêt

L’intérêt représente un revenu pour celui qui le perçoit mais aussi un coût pour celui qui le verse. Il est typiquement exprimé en pourcentage, qu’on nomme le taux d'intérêt. Ce taux est appliqué à une somme spécifique, qu’on appelle le capital initial. On obtient donc le montant des intérêts en multipliant le capital initial par le taux d’intérêt. Intérêts = Capital initial (somme d’argent prédéfinie) x Taux d’intérêt (exprimé en pourcentage) Il est généralement versé périodiquement par celui qui a emprunté de l’argent (l’emprunteur) à celui ou ceux qui lui ont prêté la somme, qu’on appelle le ou les créancier(s). Le capital initial, le niveau du taux d’intérêt et la périodicité du versement des intérêts sont typiquement fixés contractuellement entre l’emprunteur et ses créanciers. L’intérêt constitue donc une charge financière pour l’emprunteur et représente son coût d’emprunt. Inversement, ces intérêts sont aussi les revenus que perçoivent les créanciers qui lui ont prêté leurs fonds. Par exemple, si vous contractez un crédit immobilier pour emprunter 100 000 euros pendant 20 ans à un taux annuel de 1,50% auprès de votre banque, vous êtes devenu l’emprunteur de la banque, qui agit dans ce scénario comme votre créancier. Et à qui vous devrez verser des intérêts de : 100 000 € (le capital initial) x 1,50 %, soit 1 500 euros, tous les ans, pendant 20 ans. À la fin de cette période, vous devez également rembourser le capital initial à la banque. En revanche, si vous placez votre épargne sur un compte sur livret dans une banque, les rôles sont inversés. Vous “prêtez” votre épargne à la banque. Vous êtes donc le créancier de la banque, qui est votre emprunteur. Les taux d’intérêts versés par les banques sur leurs comptes sur livrets varient d’une banque à l’autre, reflétant leurs besoins respectifs pour attirer votre épargne. Les grandes banques proposent aujourd’hui un taux d’intérêt d’environ 0,10% annuel. Donc si vous placez 10 000 euros sur un compte sur livret chez elles, elles vous verseront un intérêt égal à : 10 000€ x 0,1%, soit 10,00 € seulement, au bout d’un an. Le compte Cashbee figure parmi les meilleures alternatives, car la banque partenaire de Cashbee, My Money Bank, souhaite attirer des dépôts. Elle verse donc un intérêt bien supérieur, égal à 2% pendant quelques mois (dans la limite de 75 000 euros), puis de 0,6%. Pour calculer les intérêts, il existe deux méthodes de calcul : L’intérêt simple est calculé uniquement sur le capital. Prenons un exemple : Si vous placez la somme de 2000 € rémunéré à 2 %, au bout d’un an, ce placement aura dégagé 40 € d’intérêts simples. L’année suivante le montant de l’intérêt simple est inchangé. L’intérêt composé est calculé sur la somme du capital ainsi que sur les intérêts accumulés antérieurement. Dit autrement, le calcul des intérêts composés tient compte des intérêts que l’épargnant génère non seulement sur son placement initial, mais aussi sur les intérêts qui ont pu être générés dans le passé. Cette fois-ci, si vous placez 2000 € rémunéré à 2%, au bout d’un an, le résultat est le même que pour l’intérêt simple, c’est-à-dire 40 €. En revanche, au bout de deux ans, les intérêts composés sont calculés sur le capital et les intérêts acquis lors de la première année, donc sur une somme égale à 2040 € (2000 € de capital + 40 € d’intérêts perçus la 1ère année). À la fin de seconde année, l’épargnant recevra donc 40,8 € d’intérêts composés (2040 € x 2% = 40,8 €). Le niveau d’un taux d’intérêt varie selon de nombreux variables, dont notamment : la durée de l’emprunt (plus un emprunt sera long, plus le taux d’intérêt devrait être élevé) ; la qualité de l’emprunteur (l’État français emprunte à un taux inférieur qu’un pays en voie de développement, un couple marié de deux cadres supérieurs emprunte à un taux moins élevé qu’un étudiant, sans revenus stables) ; l’environnement de taux et notamment le niveau des taux directeurs des banques centrales ; la présence de garanties. Un emprunt immobilier est typiquement sécurisé par le bien immobilier qu’il permet de financer. En cas de défaut de l’emprunteur, la banque peut mettre la main sur le bien immobilier et récupérer le montant prêté (en partie ou en totalité) en le vendant. Une garantie de ce type permet donc à la banque de proposer des taux plus avantageux pour l’emprunteur.