Les marchés, en 5 minutes.

Chaque semaine, ou lorsque l’actualité (brûlante) le justifie, nous vous livrons une brève analyse des grandes tendances de marché. Une sorte de petit briefing de l’épargnant.

Briefing du

17 juin 2024

La semaine passée

  • Élections législatives. Le Président Macron décide de dissoudre l'assemblée, suite aux élections européennes où le RN a reçu plus du double des voix de son parti, Renaissance. En réaction, la bourse dévisse, les taux montent et l'euro faiblit, les investisseurs n'aimant pas l'incertitude, et craignant un relâchement de la rigueur budgétaire sous le futur gouvernement.
  • Le CAC 40 perd plus de 6%, en une semaine. C'est la pire performance depuis 2022 et représente une évaporation de 150 milliards d'euros de capitalisation boursière. Les valeurs bancaires souffrent particulièrement. Crédit Agricole, BNP et Société Générale perdent 11%, 12% et 15% respectivement.
  • L'inflation baisse aux US. Elle tombe à 3,3% au mois de mai, mieux qu'attendue. Malgré cela, la Federal Reserve maintient ses taux directeurs et signale qu'elle anticipe réduire les taux directeurs qu'une fois cette année, souhaitant rester vigilante dans son combat pour ramener l'inflation à environ 2%. Les marchés espéraient deux coupes en 2024.
  • Apple de nouveau en tête. Les investisseurs saluent les initiatives d'Apple dans le domaine de l'Intelligence Artificielle. Leurs achats font grimper l'action de la marque à la pomme de plus de 10%. La capitalisation boursière d'Apple atteint ainsi les 3,3 trilliards de Dollars et dépasse à nouveau celles de Microsoft et de Nvidia.
  • Hunter Biden condamné. Le fils du président Biden a menti au sujet de son addiction au crack lorsqu'il a acheté un pistolet en 2018. À 5 mois des élections présidentielles qui opposeront son père à Donald Trump, Hunter Biden est devenu le premier enfant d'un président américain à être jugé et condamné pour un crime.
  • La Ligue 1 plus télévisée ? La Ligue de Football Professionnel n'a toujours pas trouvé de distributeurs pour la diffusion des matchs de la Ligue 1. Alors que le championnat débute dans 10 semaines, aucune chaîne n'est prête à débourser les 800 millions d'euros que la LFP demande. Pour certains clubs de foot la vente des droits représente la majorité de leurs revenus.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

10 juin 2024

La semaine passée

  • La BCE coupe ses taux directeurs, de 0,25% à 3,75%, une première depuis 5 ans. La BCE signale que toute baisse future dépendra de l'évolution de l'inflation. Les taux directeurs aux USA et au Royaume-Uni sont toujours au-dessus de 5%. Il est peu probable qu'ils soient réduits dans les semaines à venir. Aux États-Unis, 272 000 jobs ont été créé en mai, attestant de la bonne santé de son économie.
  • Narenda Modi gagne les élections en Inde. Mais la majorité de son parti politique, Bharatiya Janada, est réduite, au profit du partie d'opposition, le Indian National Congres. La bourse corrige, et l'indice indien Nifty 50 chute de 8,5%, effaçant ainsi les gains de l'année. Modi devient le 1er Premier Ministre à occuper le poste pour trois mandats consécutifs depuis Nehru en 1947.
  • Nvidia dépasse Apple. La capitalisation boursière du fabricant de puces atteint $ 3,01 trilliard, dépassant donc celle de la marque à la pomme. Nvidia devient ainsi la 2ème plus grosse entreprise cotée derrière Microsoft. Son cours de bourse a augmenté de plus de 150% depuis le début de l'année, car la demande pour ses puces explose.
  • Virginie Viard, directrice artistique de Chanel, va partir. Celle qui a succédé à Karl Lagerfeld à sa mort en 2019 quittera la marque de luxe sur un haut. Chanel a réalisé un chiffre d'affaires d'environ $ 20 milliards en 2023, en hausse de 16%. Son successeur devra rassurer les clients sur les fortes hausses de prix que la marque a appliqué récemment.
  • L'investissement responsable recule. Selon une étude de Barclays, les encours investis en fonds labellisés ESG (Environnement, Social, Gouvernance) ont baissé de $ 40 milliards en 2024. La fuite des placements responsables est causée par leur sous-performance récente (car aucune exposition au secteur pétrolier par exemple) ainsi que des craintes de greenwashing.
  • Frédéric Arnault promu à la tête de Financière Agache. Son père, Bernard Arnault, continue de préparer une éventuelle succession en faisant évoluer ses enfants au sein de l'empire qu'il a bâti. Frédéric, 29 ans, dirige l'activité montres et vient de rejoindre le comité exécutif du groupe. Il prend maintenant aussi la direction d'une des holdings familiales qui contrôlent 46% du capital de LVMH.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

3 juin 2024

La semaine passée

  • Le jus d'orange à un prix record. Après des tempêtes dévastatrices en Floride, le mauvais temps au Brésil fait craindre une récolte mondiale d'oranges désastreuse cette année. En conséquence, le prix des "futures" de jus d'orange ont doublé en moins d'un an pour atteindre le record de 4,92 Dollars par livre. Les distributeurs de jus d'orange réfléchissent activement à des solutions de substitution (mandarines, autres fruits, ...).
  • Vivons heureux, vivons en Finlande. Pour la 7ème année consécutive, le World Happiness Report a désigné le pays comme celui où les habitants sont les plus heureux. L'Allemagne et les États-Unis ont quitté le top-20. L'égalité hommes/femmes, un très faible taux de corruption et la confiance entre citoyens et en les institutions sont les facteurs qui distinguent la Finlande de ses pairs.
  • La livraison à domicile cherche son modèle. Selon le Financial Times, depuis que Deliveroo, Delivery Hero et Doordash ont été cotées en bourse et que Just Eat a fusionné avec Takeaway il y a 7 ans, les 4 géants de la livraison de nourriture à domicile ont collectivement perdu plus de $ 20 milliards pour gagner des parts de marché. Leurs actionnaires souhaitent qu'elles se focalisent désormais sur la rentabilité.
  • La BaFin libère N26. En 2022, le régulateur bancaire allemand avait imposé à la néobanque de limiter le nombre de nouveaux clients à 50 000 par mois, après avoir détecté de sérieux manquements dans ses contrôles internes. Il vient de lâcher (une partie) de ses restrictions, après d'importants investissements par N26 pour renforcer ses procédures.
  • Rheinmetall sponsor du Borussia Dortmund. Le fait qu'un fabricant de munitions puisse - pour la première fois dans l'histoire - devenir sponsor d'un club de foot souligne le changement des mentalités en Allemagne (et plus largement en Europe) vis-à-vis l'industrie de la défense. Borussia Dortmund vient de perdre la finale de la Ligue des Champions.
  • Trump condamné pour falsification de comptes. Il devient ainsi le premier ex-président américain a être condamné pour un crime. La peine maximale encourue est de 4 ans de prison, mais il est peu probable qu'il soit emprisonné pour cette première offense. Rien n'empêche un criminel d'être élu président des États-Unis et Trump continue de figurer en tête des sondages.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

27 mai 2024

La semaine passée

  • Le taux à 10 ans à plus de 1% au Japon. Ce n'était pas arrivé depuis mai 2013, mais afin de défendre sa devise (le Yen), la Banque Centrale du Japon a réduit son programme d'achat d'obligations de l'État japonais. Cela réduit mécaniquement la demande pour ces obligations dont le rendement s'est logiquement accru pour atteindre 1,005%.
  • Nvidia impressionne (encore) : pour son 1er trimestre, le fabricant de puces annonce des revenus de 26 $ Mrds, en hausse de 262%, au-dessus des attentes. Nvidia revoit ses perspectives en hausse, sous l'effet de la forte demande en provenance du secteur de l'Intelligence Artificielle, en pleine ébullition. Depuis le début de l'année, le cours de l'action Nvidia a plus que doublé.
  • L'Espagne attire plus (trop?) de touristes. En 2023, le pays est devenu le 2ème pays le plus visité au monde, derrière la France mais devant les US, attirant 85 millions de touristes. Le tourisme représente environ 13% du PNB du pays, mais certaines régions particulièrement populaires, comme les Îles Canaries ou encore le Pays Basque, se plaignent des méfaits du sur-tourisme, qui fait flamber les loyers, et impacte l'environnement.
  • L'ether bientôt disponible en ETF ? Son prix a flambé de 20% en une semaine (+60% depuis le début de l'année), après que la SEC ait donné des indications favorables à plusieurs grandes sociétés de gestion qui ont soumis des propositions d'ETF (Exchange Traded Funds) qui trackent le cours de l'ether. Après le bitcoin, l'ether deviendrait la 2nde crypto-devise ainsi rendue plus accessible aux investisseurs.
  • Le cuivre en route pour 40 000 $/tonne ? Le cours actuel du métal est d'environ 11 000 $ / tonne, mais Pierre Andurand, un vétéran du trading de matières premières, estime que l'électrification du monde (panneaux solaires, véhicules électriques, data centers, ...) fera doubler la demande pour le cuivre. Ce qui devrait en stimuler le prix, qu'il voit atteindre les 40 000 $ dans les 4 années à venir.
  • BNP et le Crédit Agricole se verdissent. Les deux banques, respectivement 2ème et 3ème en Europe, s'engagent à ne plus participer aux émissions obligataires de sociétés pétrolières, sauf si cette dette est clairement associée à des projets "verts" qui favorisent la transition énergétique. Cela étend leur engagement au-delà de leur promesse de prêter moins au secteur des énergies fossiles.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

20 mai 2023

La semaine passée

  • Choose France est un succès. L'évènement vantant les mérites de la France attire plus de 150 patrons étrangers et se solde par une cinquantaine d'annonces d'investissement pour un montant total de plus de 15 milliards d'euros, avec plus 10 000 emplois à la clé. Microsoft, Amazon et IBM investissent dans l'IA en France, la décarbonation, la finance et la santé attirent également.
  • L'Allemagne doit travailler plus. C'est le pays développé où l'on travaille le moins, le temps de travail moyen ayant baissé de 30% depuis 50 ans. L'économie allemande s'est contractée de 0,2% en 2023 et le gouvernement étudie différentes propositions visant à stimuler l'allongement du temps de travail, dont un traitement fiscal avantageux des heures supplémentaires.
  • Roaring Kitty de retour. Le compte social Roaring Kitty, derrière lequel opère le day-trader Keith Gill, s'est réactivé. En 2021, rejoint par des milliers de petits porteurs, il avait causé la hausse explosive du cours de bourse de Gamestop, une petite société cotée. La hausse surprenante avait causé la faillite d'un important hedge fund, qui avait parié sur sa baisse. Suite au dernier post du lundi 13 mai, le cours de bourse de Gamestop prend 74% en séance.
  • L'inflation sous contrôle ? Aux US elle tombe à 3,4% en avril (vs 3,5% en mars). En Europe, la commission Européenne ajuste ses prévisions à la baisse et estime qu'elle devrait tomber à 2,5% en 2024 avant d'atteindre 2% - l'objectif fixé par la BCE - l'année suivante.
  • Les violences en Nouvelle-Calédonie font flamber le nickel. L'augmentation de la production de cette matière première en Indonésie avait fait chuter les prix d'un tiers depuis 2023. La Nouvelle-Calédonie représente 6% de la production mondiale de nickel, et les manifestations meurtrières ont fait rebondir le prix du métal de 7%, qui dépasse à nouveau 21 000 Dollars par tonne.
  • La Russie saisit des actifs d'Unicredit. La cour de justice de Saint Petersbourg saisit 436 millions d'euros d'actifs de la banque italienne, au nom d'une filiale de l'opérateur de gaz Gazprom, qui lui réclame des fonds. Unicredit est une des plus grosses banques européennes encore active en Russie et y emploi 3000 personnes. Elle souhaite s'y désengager, encouragée par la Banque Centrale Européenne.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

13 mai 2024

La semaine passée

  • Xi Jinping en France, entre autres pour discuter des tensions commerciales entre la Chine et l'Europe, notamment dans le domaine des véhicules électriques, que les Chinois produisent en grande quantité et à très bas coût. Dans le domaine du cognac, la menace de tarifs douaniers a été suspendue (faut dire que le président Macron a offert une bouteille de cognac Louis XIII au président chinois).
  • Les banques européennes vont bien. Après les banques françaises, Unicredit et Intesa en Italie et UBS en Suisse annoncent des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, bénéficiant notamment de taux d'intérêt qui restent élevés. En Espagne, BBVA fait une offre hostile de 12 milliards d'euros pour racheter son concurrent local Sabadell, avec pour objectif de créer un champion bancaire européen.
  • Le Royaume-Uni renoue avec la croissance. Après deux trimestres de baisse, son économie croit de +0,6% au 1er trimestre de 2024, plus qu'attendu. C'est un boost pour le premier ministre Rishi Sunak, dont le camp Conservateur est sous pression en amont des élections générales à venir. Mais cela pourrait retarder les réductions de taux directeurs Outre-Manche.
  • "Stormy Daniels" témoigne dans le procès de Donald Trump. L'ancienne actrice porno détaille sa rencontre sexuelle avec l'ancien président, dont elle avait reçu 130 000 $ pour en garder le secret. Les avocats de Trump tentent de discréditer la parole de la témoin clé, alors que le juge a prévenu Trump que s'il continuait d'intimider les témoins et les membres du jury, il risquait la prison.
  • Baidu a un problème d'image. La responsable des relations publiques a posté plusieurs vidéos dans lesquelles elle explique s'attendre à ce que ses équipes ne prennent pas de vacances. Elle les menace de pouvoir les exclure de l'industrie à jamais, tout en précisant qu'elle "n'est pas leur mère". Cela ranime les débats autour de la culture d'entreprise au sein des géants de la tech chinoise.
  • L'armée italienne chasse des sangliers. Il y en aurait 1,5 million à travers le pays, qui diffusent la très contagieuse peste porcine, mortelle à 100% pour les porcs. Le gouvernement souhaite réduire la population de sangliers de 80% afin de protéger son industrie du porc (prosciutto, jambon de parme, ...), qui génère 8,2 milliards d'euros de ventes annuelles.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

6 mai 2023

La semaine passée

  • La France garde ses bonnes notes. Les agences de notation Moody's et Fitch ont maintenu leurs notes de la France, à « Aa2 » et « AA- » respectivement, malgré le dérapage du déficit public en 2023. La troisième agence de notation, S&P, se prononcera sur le même sujet bientôt. En parallèle, l'économie française a crû de 0,2% au 1er trimestre, un peu plus qu'attendu.
  • Le marché de l'emploi aux US se détend. En avril, seulement 175 000 emplois ont été créés, un plus bas depuis 6 mois, et largement moins qu'anticipé. Le taux de chômage augmente à 3,9%. En réaction, les marchés reprennent confiance que la Fed devrait couper les taux directeurs au moins 2 fois en 2024, à commencer en septembre.
  • L'inflation ne se tasse pas en France. Elle reste à 2,4% depuis le début de l'année jusqu'à fin avril. Sur une base mensuelle elle accélère de 0,2% en mars à 0,5% en avril, notamment sous l'effet de la hausse de prix de l'énergie. L'inflation est en (légère) hausse en Allemagne et en Espagne également, ce qui pourrait retarder la décision de l'ECB de procéder à une réduction des taux directeurs.
  • Puig s'introduit en bourse. Le fabricant de produits de beauté espagnol lève 2,6 milliards d'euros en bourse et réalise la plus grosse opération de ce type en Europe. Puig est valorisée à 13,9 milliards d'euros. Contrairement à d'autres empires familiaux, Marc Puig, PDG de la société éponyme, ne souhaite pas en transmettre la direction à ses enfants.
  • Le PDG de Peloton démissionne, dans le cadre d'une réduction de 15% des effectifs. Le fabricant de vélos d'exercice connectés continue de souffrir. Introduite en bourse en septembre 2019 à une valorisation de 8,1 milliard de dollars, et après avoir valu 50 milliards de dollars en 2021 (en pleine pandémie), l'entreprise ne vaut plus que 1,5 milliard de dollars aujourd'hui.
  • Apple rassure. Son chiffre d'affaires au premier trimestre est en baisse de 4%, les ventes d'iPhones chutent de 10% mais les déclarations sur les trimestres à venir sont rassurantes. En outre, Apple annonce un dividende en hausse de 4% et un programme de rachat de 110 milliards de dollars. L'action, qui avait perdu 7% depuis le début de l'année, prend 6% à l'annonce.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

29 avril 2024

La semaine passée

  • Google va verser des dividendes pour la 1ère fois de son existence, après avoir annoncé des résultats financiers supérieurs aux attentes : un chiffre d'affaires de plus de $ 80 milliards au 1er trimestre et des profits de $ 23,7 milliards. Google va aussi racheter pour $ 70 milliards de ses actions. Son action bondit et la valorisation de Google dépasse désormais $ 2 trilliards, rejoignant Microsoft, Apple et Nvidia.
  • Taylor Swift bat des records. Le 1er jour de sa commercialisation, son nouvel album, The Tortured Poets Department a été téléchargé plus de 300 millions de fois sur Spotify et vendu à 1,6 million d'exemplaires, dont un remarquable 1,4 million en format traditionnel (vinyl, CD ou cassette). L'album devient aussi le 3ème à dépasser les 2 millions de copies vendues en une semaine, rejoignant les albums "25" d'Adèle (2015) et "No strings attached" de Nsync (2000).
  • Une remontée de taux aux US ? Alors qu'au début de l'année, les marchés anticipaient plusieurs baisses de taux en 2024, la croissance de l'économie américaine et les pressions inflationnistes font désormais craindre une possible hausse des taux directeurs. Les cours actuels reflètent une chance sur cinq que ce scénario se réalise.
  • L'économie russe en plein boom. Malgré les sanctions économiques infligées à la Russie depuis son invasion de l'Ukraine, son économie semble bien se porter. Sberbank, une banque russe sous contrôle étatique a réalisé une année record en 2023. Elle s'apprête à distribuer 752 milliards de roubles (environ 8 milliards d'euros) de dividendes, soit la moitié de ses profits annuels. La moitié de cette somme viendra remplir les coffres de l'État.
  • TikTok risque d'être banni aux US. Les législateurs américains estiment que l'appli représente un risque pour la sécurité nationalité. Son propriétaire chinois, ByteDance, a 270 jours pour vendre TikTok à un acteur non-chinois (ce à quoi la Chine s'opposera sans doute). Sinon, l'application sera enlevée des stores aux États-Unis. TikTok a l'intention de contester juridiquement cette décision.
  • Hermès surperforme. Au premier trimestre, les ventes augmentent de 17% pour atteindre 3,8 milliards d'euros. Sur la même période, chez LVMH elles n'ont cru que de 2% et que chez Kering elles sont en baisse de 10%. Le marché fait bien la distinction dans le secteur du luxe. En 2024, l'action Hermès est en hausse de plus de 20%, celle de LVMH de 9%, alors que celle de Kering est en baisse de 17%.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

22 avril 2024

La semaine passée

  • Tesla licencie 10% de ses effectifs. La concurrence dans le secteur des véhicules électriques est féroce et les producteurs chinois inondent le marché. L'action Tesla a perdu plus du tiers de sa valeur depuis le début de l'année, une des pires performances parmi les 500 valeurs incluses dans l'indice S&P 500. Elle va donc se séparer de plus de 14 000 employés.
  • Vives tensions au Moyen-Orient. L'attaque attendue (et très peu efficace) par l'Iran sur Israël fait monter les tensions géopolitiques d'un cran, mais ne perturbe pas significativement les marchés financiers. Le prix du baril de pétrole se maintient autour de 90 dollars, les marchés actions finissent en hausse le lendemain de cette attaque. L'espoir demeure que les deux pays évitent l'escalade, sous la pression des grandes puissances.
  • LVMH résiste. Ses profits trimestriels sont en hausse de 2%, malgré un ralentissement de la demande pour des produits de luxe en Chine, où les ventes baissent de 6%. Par gamme de produits, ce sont les vins & spiritueux qui souffrent. Dans le monde, la demande pour le champagne baisse, et les Américains sont moins friands de cognac qu'avant.
  • Mistral lèverait à nouveau ? Depuis sa création en mai 2023, la start-up en intelligence artificielle a vu sa valorisation exploser. Il y a 4 mois seulement, elle a levé 400 M€, à une valorisation de 2 milliards d'euros. Elle serait en pourparlers pour lever 500 M€ de plus, à une valorisation de ... 5 milliards d'euros. Mistral est perçu comme la réponse européenne la plus crédible pour concurrencer OpenIA (derrière ChatGPT) et Anthropic, de la Silicon Valley.
  • Boeing toujours sous pression. Devant le Sénat américain, plusieurs anciens employés dénoncent la culture punitive du constructeur d'avions à l'encontre de ceux qui soulevaient des risques de sécurité. De façon étonnante, le PDG sortant bénéficie d'un salaire annuel de 33 millions de dollars, en hausse de 45%, alors que plusieurs accidents graves ont eu lieu sur des avions Boeing et que l'action a perdu environ 50% de sa valeur sous sa présidence.
  • Trump face au jury. Dans son premier procès pénal, l'ancien président et candidat républicain actuel, Trump est accusé d'avoir falsifié les comptes de sa société pour payer une actrice porno afin d'acheter son silence sur leur liaison. Le jury populaire de 12 personnes a maintenant été constitué, après un processus de sélection strict afin d'en assurer l'impartialité. Les débats débuteront lundi.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

15 avril 2024

La semaine passée

  • L'inflation persiste aux US. L'indice des prix à la consommation y affiche une hausse de 3,5%, plus que le +3,4% attendus. L'inflation a du mal à être maîtrisée. Les traders révisent leur lecture du marché et n'anticipent plus qu'une ou deux baisses de 0,25%, au lieu des trois ou quatre coupes attendues il y a quelques semaines.
  • La BCE se prépare à couper les taux. La Banque Centrale Européenne a, sans surprise, maintenue les taux directeurs de la zone Euro à 4%. Mais sa présidente, Christine Lagarde, a indiqué que certains de ses membres ont proposé de les réduire cette semaine, au lieu d'attendre la prochaine réunion en juin. Cela ne fait qu'augmenter la probabilité de cette réduction à venir.
  • New York plus avantageux que Londres. Le PDG du géant pétrolier Shell souligne l'écart grandissant entre les valorisations boursières des entreprises cotées à New York par rapport à celles qui sont cotées à Londres. Cela rend la place de New York de plus en plus attractive et pourrait conduire un nombre croissant de sociétés à traverser l'Atlantique pour se lister aux US.
  • Fitch plus pessimiste sur la Chine. L'agence de notation maintient sa note de A+ sur le pays, mais change sa perspective de "neutre" à "négative", soulignant le contexte économique de plus en plus incertain, et la transition de son économie, auparavant très / trop dépendante du secteur immobilier. Moody's avait également adopté une perspective négative en décembre dernier.
  • Atos doit se restructurer. Les actions du groupe de technologie ont perdu plus de 90% de leur valeur en 3 ans. La société a plus de €3,6 milliards de dettes à rembourser avant fin 2025. Les négociations avec Airbus se sont arrêtées, d'autres propositions de recapitalisation sont attendues d'ici la fin du mois. En parallèle, Atos négocie la restructuration de sa dette avec ses créditeurs. L'État français suit la situation de prés, étant donné le caractère stratégique d'Atos.
  • Les banques américaines rassurent. JP Morgan et Citigroup sont les premières à dévoiler leurs résultats trimestriels et annoncent des bénéfices de $13,4 et $3,4 milliards respectivement. Cela surpasse les attentes des analystes. Jamie Dimon, le PDG de JP Morgan souligne néanmoins se soucier de contexte géopolitique volatil.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

8 avril 2024

La semaine passée

  • Le marché US de l'emploi très robuste. 303 000 emplois ont été créés en mars, bien plus que les 200 000 anticipés par les économistes. Le taux de chômage est tombé de 3,9% à 3,8%. Cela souligne la bonne santé de l'économie américaine et fait craindre une tension sur les salaires qui alimenterait les pressions inflationnistes. Les anticipations de baisse des taux directeurs se réduisent.
  • L'immobilier en baisse en Europe. Selon Eurostat, les prix de l'immobilier résidentiel dans la zone euro ont baissé de 0,7% au dernier trimestre de 2023. Cette moyenne cache de grands écarts entre les États. Sur une base annuelle, la baisse des prix était le plus prononcée au Luxembourg (-9,1%) en Allemagne (-8,4%), en Finlande (-5,6%) et en France (-3,6%). Mais les prix se sont accrus de 13% à 8% en Pologne, en Croatie et au Portugal.
  • Le pétrole monte. Le prix du baril dépasse la barre des 90 Dollars, un record depuis octobre dernier, en réaction aux tensions de plus en plus vives au Moyen-Orient. Les investisseurs craignent la réaction de l'Iran après une attaque sur leur consulat à Damas, qu'Israël est soupçonné d'avoir initié. Les marchés actions baissent, les investisseurs se désengageant des actifs risqués pour se porter vers les valeurs refuges, comme les obligations d'État et l'or.
  • Shein vise une introduction en bourse. Le groupe de fast fashion, d'origine chinoise, annonce avoir réalisé environ $2 milliards de profits en 2023. Soit plus du double de l'année précédente. Il a demandé l'autorisation aux autorités chinoises et américaines de s'introduire à la bourse de New York ou de Londres. C'est un test important dans le contexte géopolitique actuel.
  • Fraude à l'aide post-COVID en Italie. Une vingtaine de fraudeurs présumés ont été arrêtés et 600 millions d'euros d'actifs (montres de luxe, villas, voitures de luxe, ...) saisis. Les accusés auraient détourné cette gigantesque somme du fonds de relance européen post-pandémie, à travers de multiples (fausses) entreprises.
  • Le groupe de rock Kiss vaut $300 millions. Il vient de vendre ses droits musicaux et d'image à la société Pophouse, fondée par Björn Ulvaeus, un membre du groupe de pop suédois Abba. Pophouse compte organiser des concerts virtuels de Kiss, animé par des avatars du groupe, répliquant ainsi le concept déployé par Abba.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

1 avril 2024

La semaine passée

  • Un excellent 1er trimestre pour les marchés actions. L'indice MSCI World est en hausse de 7,7%, sa meilleure performance trimestrielle depuis 2019. Le marché japonais s'est adjugé de plus de 16% mais c'est surtout l'engouement pour l'Intelligence Artificielle qui a propulsé les cours de bourse. La valorisation de Nvidia s'est accrue de 1 trilliard de Dollars depuis le début de l'année, ce qui représente 20% de la hausse du marché mondial.
  • Le déficit budgétaire de la France explose. Il atteint 5,5%, bien au-delà du 4,9% ciblés. Le ministre des Finances et de l'Économie Bruno Le Maire met en cause des recettes fiscales en forte baisse et appelle au contrôle et à la frugalité budgétaire. Le risque est que la notation de la France soit abbaissée par Moody's (en avril) et/ou Standard & Poor's (en mai). Aujourd'hui le coût de la dette française atteint 57 milliards d'euros, soit le double d'il y a 3 ans.
  • Les tensions commerciales entre les US et la Chine restent vives. Le premier investigue si les voitures électriques chinoises sont suffisamment sécurisées, le second interdit à ses fonctionnaires d'utiliser des iPhones et des Teslas. Mais une détente pourrait se dessiner sur le plan économique. Le Président Xi Jinping a reçu une délégation d'une vingtaine de PDG d'entreprises américaines, dans un effort de relancer les investissements étrangers en Chine.
  • L'inflation baisse en France. Elle tombe à 2,3% en mars, contre 3,2% en février, notamment sous l'effet de la baisse de presque 4% des prix de l'alimentation depuis le début de l'année. Cette baisse, plus forte qu'anticipée, pourrait permettre à la BCE de considérer une réduction des taux directeurs dès sa réunion en avril (au lieu de le faire en juin, comme elle a indiqué).
  • Le PDG d'UBS est le mieux payé. Sergio Ermotti a reçu 15,8 millions de Dollars en compensation l'année dernière, en reconnaissance des efforts déployés pour intégrer le Crédit Suisse, après le rachat en urgence du concurrent local. Cela fait de lui le banquier le mieux payé en Europe (loin derrière les plus de 30 millions de Dollars qu'on reçu les PDGs des banques américaines JP Morgan, de Goldman Sachs et Morgan Stanley). Le cours de l'action d'UBS s'est apprécié de plus de 60% depuis l'acquisition.
  • Sam Bankman-Fried condamné à 25 ans de prison. Le fondateur de la plateforme de trading de crypto-devises FTX a été jugé coupable de fraude et de blanchiment par la justice américaine. De façon ironique, sa condamnation coïncide avec un cours du bitcoin qui se rapproche de son record historique, ce qui pourrait permettre aux victimes de récupérer leur capital.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

25 mars 2024

La semaine passée

  • La Fed fait monter la bourse. La banque centrale américaine indique s'attendre à trois réductions des taux directeurs en 2024, soulignant ainsi que - selon elle - l'inflation est maintenant maîtrisée. Cela suffit pour encourager les investisseurs, qui font grimper les indices boursiers aux USA. Le S&P 500 s'adjuge 2,3% pendant la semaine.
  • Taux directeurs (enfin) positifs au Japon. Depuis 2016, ils étaient négatifs. En effet, la Banque du Japon a dû lutter contre la déflation en stimulant ses banques commerciales à prêter plus. L'inflation est enfin durablement positive, permettant à la BoJ de relever ses taux directeurs à une fourchette de 0% à 0,1%.
  • La Suisse est la 1ère à couper ses taux. Sa banque centrale réduit les taux directeurs de 1,75% à 1,50%. Il s'agit de la première réduction de taux directeurs dans un pays industrialisé, après que les banques centrales aient entamé un cycle de hausse de taux dans le prolongement de la crise sanitaire pour lutter contre l'inflation. En Suisse, l'inflation est tombée à 1,2% en février et est sous la cible des 2% depuis plusieurs mois.
  • Le risque crédit moins bien rémunéré. La forte demande pour les obligations émises par des entreprises a provoqué la réduction de la prime (le spread) que paient les emprunteurs "corporate" par rapport au rendement des obligations d'État. Aux États-Unis, cet écart n'est en moyenne plus que de 0,92% pour les obligations de qualité "investment grade", contre 1,02% en décembre dernier.
  • Nike remplace Adidas, en tant que sponsor des équipes nationales de foot en Allemagne. Adidas a été le fournisseur officiel des équipes depuis 1950, mais, selon la Fédération de foot DFB l'offre de Nike était meilleure, notamment sur le plan financier. C'est un nouveau coup dur pour Adidas, qui souffre depuis l'arrêt du partenariat avec le rappeur Kanye West en octobre 2022.
  • Les IPOs de retour. L'introduction en bourse du réseau social Reddit est un succès. Les actions, introduites à un cours de 34 Dollars, finissent la journée en hausse de 48% pour coter à plus de 50 Dollars. La société vaut presque 10 milliards de Dollars. Ce succès donne espoir à de nombreuses entreprises privées qui visent une introduction en bourse.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

18 mars 2024

La semaine passée

  • L'inflation persiste aux US. Au mois de février, elle s'élève à 3,2% en légère hausse par rapport au 3,1% constaté en janvier. Cela souligne la difficulté pour la Federal Reserve pour totalement vaincre l'inflation et la ramener à son objectif "d'environ 2%".
  • L'art en baisse. Selon le rapport d'Art Basel, le marché de l'art a décliné de 4% à $ 65 milliards en 2023, démontrant que les personnes fortunées ne sont pas à l'abri des effets de l'instabilité géographique et macro-économique. Le segment des oeuvres s'échangeant à plus de $10 millions a particulièrement souffert, en baisse de 40%.
  • Résultats impressionnants pour Inditex, propriétaire de Zara. La société de fast fashion affiche des ventes de € 10,8 milliards au trimestre se terminant fin janvier, en hausse de 8,6%. Les profits annuels atteignent € 5 milliards, en hausse de plus de 30%. En réaction, l'action d'Inditex prend plus de 5% et la capitalisation boursière de la société dépasse les € 135 milliards.
  • TikTok bani aux US ? Alors que le réseau social pourrait dépasser Meta, parent de Facebook, en volume de ventes cette année, la maison des représentants a voté une loi qui forcerait ByteDance, le propriétaire chinois de TikTok, de vendre le réseau à un propriétaire non-Chinois dans les 6 mois à venir. Sinon, l'appli serait bannie des app stores aux US. Cette loi doit encore être approuvée par le Sénat et le Président Biden, mais les premiers acquéreurs potentiels se positionnent déjà.
  • L'Italie se rapproche de l'Allemagne sur les marchés obligataires. À 10 ans, l'écart entre le rendement de l'obligation d'État de l'Italie et celle de l'Allemagne s'est fortement réduit, de plus de 2% en octobre dernier à 1,25% environ ces jours-ci. Il faut dire que l'économie italienne se porte relativement bien, alors que les difficultés s'accumulent en Allemagne.
  • La Chine favorise le tourisme. Pour contribuer à la relance de son économie, la Chine veut de nouveau attirer les touristes étrangers, en éliminant la nécessité d'obtenir un visa (coûteux) pour les ressortissants d'un nombre de pays croissant, dont la France. L'année dernière, le pays n'avait accueilli que 35 millions de touristes étrangers, contre 98 millions en 2019 (pré-COVID).
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

11 mars 2024

La semaine passée

  • Apple puni par l'UE. Bruxelles impose une pénalité de 1,8 milliard d'euros à la marque à la pomme pour avoir transgressé les lois anti-trust européennes, en limitant l'accès à des plateformes de streaming rivales d'Apple Music. Il s'agit de la 3ème plus grosse amende jamais imposée par l'UE. Apple a fait appel.
  • Trump s'impose au Super Tuesday. Dans 14 sur les 15 États dans lesquels les membres du parti républicain ont voté, Donald Trump l'emporte sur Nikki Haley, qui décide de suspendre sa campagne. La candidature de Trump pour les élections présidentielles à venir en novembre est quasiment assurée.
  • Le déficit de la France difficile à contenir. Le ministre des Finances, Bruno Le Maire déclare que le déficit de la France sera significativement supérieur aux prévisions, en raison de la réduction des recettes fiscales en 2023. Une première série de coupes budgétaires pour un total de 10 milliards d'euros, annoncée il y a peu, ne suffira pas.
  • La demande chinoise stimule le prix de l'or. L'once d'or vient de dépasser la barre symbolique de 2100 Dollars et d'atteindre un prix record. Cela reflète, entre autres, l'augmentation de la demande pour le métal jaune par les ménages chinois. Ces derniers voient l'or comme une alternative d'investissement intéressante, dans un contexte où le marché immobilier local ainsi que la bourse de Shanghai sont en crise.
  • La fintech Monzo vaut 5 milliards de Dollars. La banque digitale britannique lève 430 millions de Dollars auprès de plusieurs fonds de capital risque, afin de s'attaquer au marché américain. Elle s'intéresserait aussi aux marchés allemand et français. Dans ces pays, le PDG de Monzo voit une opportunité dans l'insatisfaction très répandue des clients vis-à-vis de leurs banques.
  • Des baisses de taux directeurs en perspective. Des deux côtés de l'Atlantique, les banques centrales signalent leur intention d'enclencher la baisse de leurs taux directeurs dans les mois à venir, dans la mesure où les indicateurs économiques montrent de plus en plus clairement que l'inflation est en baisse significative, et se rapproche des 2% que les banques centrales visent.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

4 mars 2024

La semaine passée

  • Atos en difficultés : la société technologique française très endettée avait cherché un temps à vendre sa division Tech Foundations au milliardaire Czech Daniel Kretinsky. Ce dernier a retiré son offre. Atos est en discussion active avec Airbus ainsi qu'avec ses banques pour renégocier sa dette, dont €3,65 milliards doivent être remboursés avant fin 2025. Le Crédit Agricole a déjà fait savoir ne pas être très flexible sur le sujet.
  • Bitcoin au-dessus de $60K. Alors qu'il était tombé en dessous des 20 000 Dollars fin 2022, le cours de la crypto-devise est à nouveau supérieur à 60 000 Dollars. L'introduction d'ETF (des trackers) sur le Bitcoin, récemment autorisés par la SEC, le régulateur américain, permettent à une base d'investisseurs beaucoup plus large d'acheter du Bitcoin.
  • L'inflation baisse un peu, de 2,8% en janvier à 2,6% en février au sein de la zone euro. Dans le même temps, selon une étude de l'UE les entreprises anticipent de ralentir l'augmentation de leurs prix dans les mois à venir, ce qui permet d'anticiper que la baisse de l'inflation pourra se poursuivre.
  • Uber vaut plus de 120 milliards de Dollars en bourse, après une hausse de 150% de son cours de bourse en douze mois, sous l'impulsion de décisions radicales prises notamment par son PDG Dara Khosrowshahi. L'atteinte de ce palier de valorisation déclenche une clause de son contrat : il recevra des options sur actions Uber d'une valeur de 136 millions de Dollars.
  • Le meilleur marché actions ? ... La Turquie. Depuis le début de l'année, la bourse d'Istanbul affiche une hausse de 20 % (exprimé en Dollars), sous l'impulsion de son segment "technologique", qui est en hausse de 61%. Afin de se protéger contre l'inflation rampante, enregistrée à +65% annualisés en janvier, les investisseurs locaux investissent en masse à la bourse.
  • Nvidia vaut plus de 2 000 milliards de Dollars et rejoint Apple et Microsoft dans ce club très restreint des plus grandes capitalisations boursières au monde. Le cours de son action a pris 66% depuis le début de l'année, portée par l'enthousiasme des investisseurs au sujet de l'Intelligence Artificielle. Ce secteur en plein boom est très consommateur des puces électroniques que Nvidia produit.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

26 février 2024

La semaine passée

  • La croissance revue à la baisse en France. Le Ministre des Finances et de l'Économie, Bruno Lemaire, ne prévoit plus que 1% de croissance du PIB en France pour 2024, contre 1,4% précédemment. En cause, la guerre en Ukraine, et les difficultés économiques en Allemagne, l'un de nos principaux partenaires. Il annonce un plan d'économie de 10 milliards d'euros.
  • Le coût du transport maritime explose. Les attaques des Houthis dans la Mer Rouge obligent de plus en plus de porte-conteneurs de faire le tour du Cap de Bon Espérance, rallongeant le voyage d'une dizaine de jours (en moyenne) et nécessitant plus de fuel.
  • Capital One acquiert Discover : l'acquisition de 35,5 milliards de Dollars va créer un nouveau géant financier qui fera concurrence à Visa et Mastercard dans les paiements électroniques. La combinaison des deux acteurs américains deviendra le plus grand émetteur de cartes de crédit en volume de prêts, ainsi que la 6ème plus grosse banque aux USA.
  • Nvidia au top : le fabricant de microprocesseurs annonce des revenus trimestriels records de 22,1 milliards de Dollars au dernier trimestre de 2023, en hausse de 265%. Les investissements en IA gonflent la demande pour les puces produites par Nvidia, dont le cours de bourse a pris plus de 60% depuis le début de l'année. En conséquence, la valeur boursière de la société dépasse désormais celle d'Alphabet (parent de Google).
  • Alunage commercial réussi : la société privée américaine Intuitive Machines a réussi de poser son engin Odysseus sur la surface de la lune. Il s'agit de la première fois depuis 50 ans que les US retournent à l'exploration de la planète, après avoir interrompu son programme Apollo en 1972. La Nasa souligne qu'il est important de trouver un modèle économique viable avant d'installer une base humaine habitée sur la lune.
  • Salon de l'Agriculture mouvementé. Pour la première fois de son histoire, l'ouverture du Salon de l'Agriculture a été retardée, à cause d'échauffourées entre certains agriculteurs manifestants et la police. Malgré certaines annonces faites par le président Macron sur place, en complément de mesures en faveur des agriculteurs décidées par le gouvernement, les tensions restent vives.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

19 février 2024

La semaine passée

  • Super Bowl record : avec 123 millions de foyers devant leurs téléviseurs, ce fut l'émission la plus regardée depuis l'atterrissage sur la lune de la fusée Apollo en 1969, aidé par le fait que le petit ami de Taylor Swift, Travis Kelce était sur le terrain. Le spot télé de 30 secondes a coûté 7 millions de Dollars. Pour rappel, en 2021, le NFL (National Football League) avait vendu les droits de diffusion des matchs pour 11 années, pour 110 milliards de Dollars environ !
  • Le taux du chômage stable à 7,5% au dernier trimestre de 2024 selon l'INSEE, après avoir touché un plus bas de 7,1% au premier trimestre de 2023, en France. Il reste élevé (17,5%) pour les jeunes actifs âgés de 15 à 24 ans et il est supérieur chez les hommes (7,6%) que chez les femmes (7,4%). En novembre dernier, le taux du chômage pour la zone euro était de 6,4%.
  • L'inflation continue tomber aux US, mais moins rapidement que prévu, de 3,4% en décembre dernier à 3,1% en janvier (vs. 2,9% attendue). Cela réduit la probabilité que la Fed réduise les taux directeurs en Mai. La bourse accuse le coup, et les rendements sur les US Treasuries à deux ans s'envolent de 0,15% pour atteindre 4,62%.
  • Bezos s'allège dans Amazon. Le fondateur de la plateforme d'e-commerce a vendu pour 4 milliards de Dollars d'actions en une semaine. Ce n'est pas nécessairement un signe qu'il ne croit plus en Amazon, car après cette vente de 24 millions d'actions, il en reste le principal actionnaire, avec 9% des parts.
  • Stellantis et Renault au top et ... prudents : le premier annonce des bénéfices record de 18,6 milliards d'euros (+11% vs 2022) et un programme de rachat d'actions. Le second annonce une marge opérationnelle record de 7,9% et accroît ses dividendes à 1,85 euro par action. L'action Renault s'adjuge 6% dans la foulée. Pourtant, les deux constructeurs automobiles restent prudents sur le futur, et soulignent la pression sur les marges.
  • La BCE moins optimiste. La Banque Centrale Européenne n'anticipe plus que 0,8% de croissance pour la zone euro en 2024. Pour mémoire, elle avait envisagé un taux de croissance de 1,2% il y a quelques mois. L'inflation, constatée à 5,4% en 2024, devrait tomber à 2,7% en 2024.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

12 février 2024

La semaine passée

  • La limite de 1,5°C dépassée pour la 1ère fois. Copernicus Climate Change Service a constaté que de janvier 2023 à février 2024 la température moyenne sur terre a atteint un record de 15,02°C, soit 1,52°C au-dessus de la moyenne de l'ère pré-industrielle. La limite de 1,5°C avait été retenue dans les accords de Paris comme étant celle à ne pas dépasser idéalement, la limite de 2°C étant à respecter absolument.
  • L'action L'Oréal perd 7% en bourse : Pour 2023, L'Oréal annonce un chiffre d'affaires de plus de 41 milliards d'euros, en hausse de 7,6%, et des bénéfices opérationnels de plus de 8 milliards d'euros, en hausse de plus de 9%. Mais les investisseurs n'ont pas apprécié la baisse de 6,2% des ventes en Asie du Nord, qui représentent 30% des ventes du groupe.
  • La déflation chinoise persiste. Les prix à la consommation ont baissé de 0,8% en janvier et pour le 4ème mois consécutif. La Chine fait face à une crise profonde de son secteur immobilier, l'effondrement des cours de bourse et une baisse de ses exportations. Cette déflation mine la confiance des consommateurs et des entreprises. Yi Huiman, le patron de l'autorité des marchés chinoise, est licencié.
  • Taylor Swift bats tous les records. Elle a gagné le Grammy Award pour le Meilleur Album pour la 4ème fois, une première dans l'histoire de la musique. Les ventes d'albums de l'artiste représentent plus de 2% des ventes totales aux USA (soit plus que la totalité des ventes dans la catégorie du jazz ou de la musique classique). Son succès est à contre-courant de l'industrie de la musique, qui souffre (Spotify vient de licencier 2 000 employés) et qui craint l'impact de l'Intelligence Artificielle.
  • Doutes sur la santé de Joe Biden : un rapport publié par un conseiller au département de la justice des États-Unis exprime des sérieux doutes sur la capacité de mémoire du Président, qui s'apprête à briguer un nouveau mandat à l'âge de 82 ans. Dans des discours récents, le Président Biden a confondu le Président Macron avec le Président Mitterand et a désigné Abdel Fattah El-Sisi, l'actuel Président d'Egypte, comme étant le Président du Mexique.
  • La banque d'Italie optimiste : son président, Fabio Panetta, estime que l'inflation baisse plus vite que prévue au sein de la zone Euro. Ce qui devrait permettre à la BCE de procéder aux premières réductions des taux directeurs dans un futur proche. En occurrence, l'inflation a effectivement été réduite de 10,6% en octobre 2022 à 2,8% en janvier 2024 (proche de l'objectif de 2%).
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

5 février 2024

La semaine passée

  • Les USA créent 353K emplois en janvier, presque le double du nombre attendu par les économistes. Cela témoigne de la robustesse de l'économie américaine et fait craindre que la Fed puisse retarder ses réductions des taux directeurs. Surtout que son président, Jay Powell, a fait plusieurs déclarations dans ce sens. Le rendement du Treasury à 2 ans monte de 0,20% pour atteindre 4,40%.
  • La crise immobilière en Chine s'accentue. Le cour de justice d'Hong Kong déclare la liquidation d'Evergrande, un des plus grands promoteurs immobiliers chinois, avec plus de 300 milliards de Dollars de dettes, contractées auprès d'investisseurs locaux et internationaux. Cette liquidation sera un test crucial pour les investisseurs, qui doutent de la capacité du liquidateur à mettre la main sur les immeubles (finis ou en construction) d'Evergrande en Chine au nom des créditeurs.
  • Elon Musk ne touchera pas son bonus. La cour de justice du Delaware a estimé que la formule conçu par Musk en 2018 pour déterminer son salaire variable selon les objectifs atteint par Tesla était trop généreuse envers le milliardaire, au détriment des autres actionnaires. Il faut dire qu'il était question d'un bonus de 55 milliards de Dollars. En réaction, Musk souhaite transférer le siège de Tesla du Delaware au Texas.
  • L'inflation baisse ... un peu, dans la zone euro. Elle tombe à 2,8% en janvier (vs. 2,9% en décembre). L'inflation sous-jacente, corrigée pour l'alimentation et l'énergie, ne tombe qu'à 3,3%, alors que les spécialistes s'attendaient à une réduction à 3,2%. Cela suffira-t-il pour permettre à la BCE de réduire les taux au printemps, ou faudra-t-il attendre plus longtemps ?
  • Apple lance le Vision Pro. Ce casque de réalité virtuelle est commercialisé aux US à un prix de 3 499 Dollars. Precedence Research estime que le marché pour ces casques s'élève à 12,5 milliards de Dollars aujourd'hui, mais qu'il en vaudra 57,2 milliards de Dollars en 2029. Serait-ce le relais de croissance qu'Apple espère, alors que les ventes de certains de ses produits se tassent ?
  • Gain de 4,4 € milliards sur l'argent bloqué de la Russie : Euroclear bloque 191 € milliards de la banque centrale russe depuis que l'Union Européenne impose des sanctions à la Russie suite à son invasion de l'Ukraine. La hausse des taux a généré 4,4 € milliards d'intérêts sur cet argent en 2023 (vs seulement 821 € millions en 2022). Ces profits extra-ordinaires seront déployés pour venir en aide à l'Ukraine.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

29 janvier 2024

La semaine passée

  • Trump gagne au New Hampshire : après sa victoire en Iowa, il reçoit 54% de votes au New Hampshire. Son unique rivale Nikki Haley obtient 43% des votes. Cette dernière s'engage à continuer de faire campagne pour les primaires Républicains à venir en Caroline du Sud, où elle fut gouverneure. Trump menace directement tous ceux qui continuent à soutenir Haley financièrement.
  • L'action Tesla chute de 8% à l'annonce des résultats annuels du constructeur de véhicules électriques. L'entreprise prévoit des ventes en forte baisse cette année, sous l'effet d'une baisse de la demande, une concurrence accrue et des taux d'intérêts qui restent élevés. Elle a livré 1,8 million de véhicules en 2023, mais ne donne pas de cible pour 2024.
  • L'action LVMH gagne 10%. Le mastodonte du luxe annonce des résultats trimestriels en hausse de 10%, rassurant les analystes qui craignaient un ralentissement dans ce secteur. LVMH finit ainsi 2023 avec des ventes de 86,2 milliards de Dollars, en hausse de 9%. Malgré ce rebond, le cours de l'action reste environ 16% en dessous du niveau record atteint en avril 2023. Bernard Arnault, le PDG et actionnaire principal de LVMH, propose que ses deux fils, Alexandre et Frédéric, rejoignent le Conseil de Surveillance.
  • Agriculteurs en colère. Malgré les annonces faites par le Premier ministre Gabriel Attal, qui promet "du concret, du solide", les agriculteurs s'engagent à bloquer les accès à Paris, après avoir bloqués plusieurs autoroutes la semaine dernière. Ils protestent contre une réglementation trop complexe, et des coûts de production trop élevés.
  • L'économie américaine continue de croître. Le Produit National Brut du pays a cru de 3,3% (annualisé) au dernier trimestre de 2023, conduisant à une croissance annuelle de 3,1% pour la plus grande économie au monde. Dans un contexte de taux plus élevés, cette résilience a surpris bon nombre d'experts.
  • Mark Knopfler vend (une partie de) sa collection de guitares. Le guitariste des Dire Straits vendra 120 de ses guitares aux enchères, dont le Fender Stratocaster qu'il utilisa pour enregistrer le morceau emblématique "Sultans of Swing". Knopfler fera don du quart des fruits de cette vente à la Croix-Rouge et d'autres associations caritatives.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

22 janvier 2024

La semaine passée

  • Donald Trump l'emporte en Iowa. Aux élections primaires républicaines, il récolte plus de 50% des voix, alors que Ron DeSantis et Nikki Haley reçoivent 21% et 19% des votes respectivement. DeSantis abandonne et déclare soutenir Trump. Haley doit réussir au New Hampshire et en Caroline du Sud, les prochains États à s'exprimer sur le choix du candidat républicain aux élections présidentielles en novembre.
  • La population chinoise baisse, pour la seconde année consécutive, à 1,4 milliard. Les 11 millions de décès excèdent les 9 millions de naissances. Le déclin démographique pèse sur l'économie, que les dirigeants politiques essaient de faire rebondir. Le secteur immobilier souffre particulièrement, la promotion immobilière a chuté de presque 10% en 2023.
  • Lancement des premiers ETF bitcoin. Après une dizaine d'années d'échanges avec le régulateur, la SEC a formellement autorisé le lancement d'une dizaine d'ETFs (Exchange Traded Funds) répliquant le cours du bitcoin. Les sociétés de gestion Blackrock et Fidelity attirent plusieurs centaines de millions de Dollars pour leurs ETFs en quelques jours. Mais les investisseurs en crypto-devises ont aussi retiré plus d'un milliard de Dollars de bitcoins de la plateforme Grayscale (qui facture 1,5% de commissions, soit plus de 1% de plus que les gestionnaires des ETFs).
  • La BCE refroidit les marchés. Sa présidente, Christine Lagarde, estime que les premières réductions des taux directeurs pourraient être envisagées cet été, mais probablement pas au printemps, comme de nombreux investisseurs commençaient à espérer / anticiper. Ses commentaires pèsent sur les marchés financiers.
  • Mistral impressionne à Davos. Les dirigeants de la start up française en intelligence artificielle se sont rendus à la réunion annuelle du Forum Économique Mondial dans le village Suisse. De nombreux PDGs y ont salué la qualité de leur modèle d'IA, en concurrence avec ChatGPT. Le fabricant de puces électroniques Nvidia vient d'ailleurs d'investir dans Mistral, avec lequel il a conclu un partenariat commercial.
  • Le S&P 500 au plus haut. L'indice actions américaines atteint 4842 points, un record historique. Depuis le début de l'année, le S&P 500 s'est adjugé 1,5%. Le marché augmente donc à un rythme plus modéré qu'à la fin de 2023, où l'indice a pris 16% en deux mois. Dans le même temps, l'indice Hang Seng, indicateur du marché des actions chinoises poursuit sa chute. Après avoir perdu 14% l'année dernière, il a baissé de 11% depuis le début de l'année.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

15 janvier 2024

La semaine passée

  • Le chômage baisse en Europe : en novembre 2023, il tombe à 6,4% pour la zone euro, soulignant la robustesse du marché de l'emploi. Ainsi le taux de chômage a presque baissé de moitié depuis 2013, où il avait atteint 12%. Cette donnée pourrait renforcer la prudence avec laquelle BCE pourrait entamer son cycle de baisse des taux.
  • Gabriel Attal nommé Premier ministre : après quelques jours de suspense, le président Macron a nommé l'ancien ministre de l'éducation comme Premier ministre, en remplacement d'Élisabeth Borne. À 34 ans, il devient le plus jeune Premier ministre de France. Le gouvernement est resserré avec seulement 14 ministres, dont une certaine Rachida Dati, nommée ministre de la culture.
  • Boeing chute en bourse, après qu'un porte de secours se détache d'un de leurs avions de type 737 (sans faire de victimes). Son action baisse de 8%, celle de son fournisseur de portes de secours, Spirit AeroSystems, chute de 11%. Airbus, le plus gros constructeur au monde, a livré 735 nouveaux avions en 2023 contre 528 pour Boeing ... dont 396 de type 737 Max.
  • Déluge d'émissions obligataires en Dollars et en Euros. Les émetteurs profitent de la baisse des taux longs pour lever des dizaines de milliards de dette. La demande est généralement forte : l'émission obligataire de l'Arabie Saoudite de 12 milliards de Dollars attire 30 milliards de demande. L'Espagne, qui a émis 15 milliards d'euros de dette à 10 ans, attire 138 milliards d'euros de demande.
  • L'inflation maîtrisée aux US ? L'indice des prix à la production y a baissé de 0,1% en décembre, alors que les économistes s'attendaient à une légère hausse. Cette statistique soutient ceux qui militent pour une réduction prochaine des taux directeurs par la Fed.
  • Le pétrole en hausse. Le prix du baril dépasse de nouveau les 80 Dollars. Les tensions géo-politiques et les attaques par les rebelles Houthis dans la Mer Rouge forcent les transporteurs à faire passer leurs navires par le Cap de Bonne-Espérance (au lieu du Canal de Suez), ce qui rallonge leurs trajets, et donc leur consommation de fuel, de beaucoup.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

8 janvier 2024

La semaine passée

  • L'inflation rebondit en Europe : après 6 mois consécutifs de baisse, elle atteint 2,9% pour la zone euro en décembre (vs 2,4% en novembre). En France et en Allemagne, l'inflation s'établit à 4,1% et 3,8% respectivement, contre 3,9% et 2,3% en novembre. Les coûts de l'énergie et des services en particulier sont en hausse. Cela pourrait retarder le moment où la BCE pourra à nouveau commencer à réduire ses taux directeurs.
  • Carrefour vs. Pepsico : le distributeur a enlevé les produits de l'industriel Pepsico des étagères de ses magasins. Il estime que les augmentations de prix proposées par Pepsico sont trop élevées. Une stratégie de négociation douloureuse pour les deux parties. En attendant un accord, les clients de Carrefour devront trouver le Pepsi, l'ice tea de Lipton ou les chips Lays ailleurs.
  • Première semaine morose : après 9 semaines consécutives de hausse, les marchés actions ont fini la 1ère semaine de 2024 en baisse. Ainsi le S&P 500 a chuté de 1,5% en 4 séances. Les analystes soulignent que dans les années où l'indice boursier est en baisse sur les 5 premiers jours de l'année, il ne monte que de 1,1% en moyenne (vs +11,2%, toujours en moyenne, pour les années où le marché finit en hausse après 5 jours).
  • Le CCF renaît : après de longues négociations, My Money Group finalise le rachat des activités de banque de détail d'HSBC en France et relance le Crédit Commercial de France qui compte 800 000 clients. La marque bancaire avait disparu en 2005, cinq ans après son rachat par HSBC.
  • Le marché de l'emploi se tasse aux US : il n'y avait que 8,8 millions d'offres d'emploi en novembre dernier, le niveau le plus faible depuis mars 2021. Et le nombre de recrutements n'a atteint que 5,5 millions, en baisse de plus de 300 000 par rapport au mois d'octobre. Ce ralentissement du marché de l'emploi pourrait renforcer la probabilité que la banque centrale américaine réduise ses taux directeurs dans un futur proche.
  • La Cour Suprême va statuer sur l'éligibilité de Trump : la cour suprême de l'État du Colorado a jugé qu'il ne pouvait se présenter aux élections présidentielles, Donald Trump ayant incité ses concitoyens à l'insurrection. La Cour Suprême des États-Unis, dont 3 des 9 juges ont été nommé par Trump, doit maintenant statuer si le Colorado (et d'autres États) a le droit d'exclure le candidat Trump des listes électorales.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

1 janvier 2024

La semaine passée

  • Meilleurs voeux, à vous et aux vôtres, de la part de l'équipe Cashbee. Nous vous souhaitons une très heureuse année 2024, remplie de joies et de découvertes. Quelque soit la direction que prendront les marchés financiers, nous tâcherons de la rendre fructueuse sur le plan financier.
  • La bourse finit 2023 en forte hausse. L'indice boursier mondial MSCI World termine l'année en hausse de 22%, gagnant notamment 16% pendant les deux derniers mois de l'année. Les marchés obligataires finissent l'année en hausse également, l'indice Bloomberg Global Aggregate a pris 6% sur l'année.
  • Golden Goose en bourse ? Le fonds de capital risque Permira, propriétaire de la marque de baskets au logo étoilé qui se vendent 500 euros la paire, appréciés par des célébrités comme Taylor Swift et Selena Gomez, souhaite l'introduire à la bourse Milan dans les mois à venir. La société serait alors valorisée aux alentours de 3 milliards d'euros (vs. 1,3 milliards quand Permira l'a acquis en 2020).
  • À quand la baisse des taux ? Sur un panel de 48 économistes, plus de la moitié anticipe que la Banque Centrale Européenne coupera ses taux directeurs, actuellement à 4%, au 2nd trimestre de 2024. Faut dire que l'inflation dans la zone euro est tombé à 2,4% en novembre (après avoir atteint un pic à 10% un an auparavant), ce qui se rapproche de l'objectif de 2% que se fixe la BCE.
  • 60 000 banquiers en moins. Selon le Financial Times, les grandes banques ont viré au moins 60 000 employés en 2023, face à la chute brutale du nombre de fusions et acquisitions et d'introductions en bourse. La plus grosse coupe est le résultat du rachat de Crédit Suisse par sa rivale UBS, qui a immédiatement annoncé 13 000 licenciements.
  • Moins d'offres pour les diplômés d'Harvard : l'université américaine qui délivre des MBAs parmi les plus prestigieux du monde indique que parmi ses diplômés à la recherche d'un emploi, seuls 86% avaient reçu une offre, contre 95% et 96% en 2022 et 2021 respectivement. Une baisse notamment due à une réduction du nombre de recrutements de la part des sociétés de conseil en stratégie et des grandes entreprises technologiques.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

25 décembre 2023

La semaine passée

  • Joyeuses fêtes et bonne année. Cashbee vous remercie pour votre fidélité et espère avoir pu vous informer de façon pertinente en 2023. Nous vous souhaitons à vous et à vos proches une excellente année 2024.
  • Le cardinal corrompu ? Cardinal Giovanni Angelo Becciu, un temps un des plus hauts responsables du Vatican, en charge des finances et des investissements, a été condamné à 5,5 ans de prison, pour abus de biens. Il a notamment approuvé l'achat d'un bien immobilier à Londres pour un total de 300 millions de livres entre 2014 et 2018, pour le vendre en 2022 avec une perte de 100 millions de livres. Il clame son innocence et a fait appel.
  • L'icône US Steel sous contrôle nippon ? Nippon Steel souhaite acquérir US Steel pour 14,9 milliards de Dollars, quelques mois seulement après que ce dernier ait refusé une offre de son rivale américain Cleveland-Cliffs à 7,3 milliards de Dollars. Créée en 1901, US steel a été la plus grosse société au monde.
  • La Turquie relève ses taux à 42,5% ! Les taux directeurs turques étaient à 8,5% en juin, mais la nouvelle directrice de la banque centrale souhaite combattre l'inflation galopante. Elle relève donc pour la 7ème fois en autant de mois les taux directeurs. Le combat n'est pas encore gagné : en novembre, l'inflation atteignait à 60% (sur une base annuelle).
  • Le prix des grands crus chute. Après des années de forte hausse, le cours des grands vins a baissé en 2023, selon la plateforme d'échange de vin Liv-ex. En Bourgogne, les prix chutent de 15,7% en moyenne, les grands champagnes auraient perdu 17,2%. Une caisse de Domaine Romanée-Conti Richebourg 2017, en baisse de 29%, vaut 38 000 euros tout de même.
  • Nike voit la demande s'affaiblir. La marque d'équipement sportif annonce une restructuration visant à réduire ses coûts de 2 milliards de Dollars en 3 ans, car elle constate une baisse de la demande pour ses produits. Son titre baisse de 11% en bourse et fait chuter le secteur (Adidas -6%, Puma -4,5%, JD Sports -4,8%, ...).
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

18 décembre 2023

La semaine passée

  • L'inflation baisse aux US et tombe à 3,1% en novembre (vs 3,2% en octobre). L'inflation sous-jacente, hors produits alimentaire et énergie, reste stable à 4%. Ces chiffres ont sans doute rassuré la Federal Reserve et contribué à sa décision de maintenir les taux directeurs aux niveaux actuels de 5,25%.
  • La Fed fait monter la bourse. Au-delà de maintenir ses taux directeurs inchangés, la Fed a aussi indiqué qu'elle pense qu'ils ont probablement atteint un pic et qu'en 2024 elle compte progressivement les réduire de 0,75%. Une déclaration qui signale que la banque centrale pense avoir vaincu l'inflation. Ce qui a déclenché une baisse des taux à moyen et long terme, le rendement du US Treasury à 10 ans tombant sous la barre des 4%. Et une forte hausse des actions américaines. L'indice S&P 500 monte de 1,4% pour atteindre un plus haut depuis janvier 2022.
  • La BCE et la Banque d'Angleterre moins optimistes. La première maintient ses taux directeurs à 4%, la seconde à 5,25%. Les deux banques centrales estiment qu'il reste du pain sur la planche dans leurs combats contre l'inflation.
  • Budget en baisse pour Noël. Selon une étude du CSA, le budget moyen pour fêter Noël s'établit à 549 euros en France, en baisse de 19 euros par rapport à 2023. Pour minimiser les dépenses, 40% des sondés font leurs achats pendant les périodes promotionnelles, et 24% ne feront des cadeaux uniquement aux enfants. Fait inquiétant, 13% des sondés comptent s'endetter pour financer les fêtes de fin d'année.
  • Vivendi se découpe en trois. Le conglomérat, contrôlé par la famille Bolloré qui en détient 30%, annonce vouloir se scinder en trois, séparant la chaîne de télévision payante Canal+, du publicitaire Havas, et, enfin, des autres activités média et divertissement du groupe, centrées autour de Lagardère. Le mélange de ces activités disparates est difficile à lire pour les actionnaires. L'action Vivendi s'échangeait à une décote d'environ 40% à la valeur de ses actifs. À l'annonce, le titre prend 10%.
  • Tesla "répare" 2 millions de véhicules ... à distance. La sécurité routière américaine a déterminé que son système d'aide à la conduite en mode auto-pilote ne maintenait pas suffisamment les conducteurs en éveil, suite à une série d'accidents routiers. Tesla promet de remédier aux manquements en améliorant la programmation embarquée de ces véhicules par une mise a jour à distance.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

11 décembre 2023

La semaine passée

  • L'emploi décolle aux US. L'économie américaine crée 199K emplois en novembre, bien plus que les 150K observés en octobre. Le taux de chômage chute de 3,9% à 3,7%. Cela fait renaître la crainte que les taux resteront élevés pendant plus long temps ("higher for longer"). En conséquence, la bourse corrige et les taux remontent.
  • La guerre des gangs en Suède pourrait peser sur la santé économique du pays, selon le gouverneur de la banque centrale. La Suède, dont l'économie est déjà en contraction, souffre d'une guerre de territoire entre gangs qui pourrait affecter la confiance des entrepreneurs, et conduire à des coûts juridiques et de sécurité en forte hausse.
  • La COP 28 est-elle devenue un salon professionnel ? Le nombre de PDG de grandes entreprises, de sociétés d'assurance et de banques qui se sont rendus à Dubai pour la COP 28 atteint un record. Certains critiquent le fait que ces PDG profitent de la conférence pour conclure des contrats commerciaux en marge des discussions officielles visant à favoriser la protection de la planète et la transition énergétique.
  • Les écoles de commerce françaises au top. Dans le classement du Financial Times des meilleures écoles de commerce en Europe, quatre écoles françaises sont dans le top dix, HEC étant la meilleure, suivi par l'ESCP (4ème), l'EDHEC (7ème) et l'Essec (9ème).
  • En 2023, les sinistres coûteront plus de 100 milliards de Dollars dans le monde, pour la 4ème année consécutive, notamment à cause des dégâts causés par les tempêtes aux US et en Italie, selon l'assureur SwissRe. Cela a des conséquences pour les primes d'assurance (en continuelle hausse), mais certaines régions du monde pourraient devenir impossibles à assurer.
  • Le PSG vaut plus de 4 milliards d'euros. La société d'investissement Arctos Partners vient de rentrer au capital du club de foot parisien en rachetant des parts au Qatar. Celui-ci avait acquis le club en 2011 pour 70 millions d'euros environ. Il a depuis investi au moins 1,5 milliard d'euros pour financer l'acquisition de joueurs (dont un certain Kylian M'Bappé) et transformer la marque du club, ... sans jamais gagner la ligue des champions.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

4 décembre 2023

La semaine passée

  • Fort rebond en Novembre : sous l'effet d'anticipations croissantes que les banques centrales et notamment la Fed pourraient commencer à réduire leurs taux directeurs en 2024, les bourses ont rebondi. L'indice actions monde MSCI a augmenté de près de 9% et le Nasdaq de presque 11% en novembre.
  • Le Dollar s'affaiblit : les mêmes anticipations de baisse des taux à venir fait dévisser la devise américaine. Le Dollar baisse contre les autres devises majeures. Il faut désormais 1,09 Dollars pour acheter un Euro (contre 1,05 il y a quelques semaines).
  • Vol transatlantique décarboné ? Virgin Airways a effectué un vol Londres New York entièrement propulsé par huile de cuisson usagée et des graisses animalières, des carburants durables. L'empreinte carbone nette de ce vol ne représenterait que 30% de celle d'un vol transatlantique traditionnel. Les environnementalistes soulignent que la seule façon de véritablement décarboner l'aviation est de moins prendre l'avion pour se déplacer.
  • L'inflation chute en France. Les spécialistes s'attendaient à 4,1% mais l'inflation est tombée à 3,8% en novembre, en forte baisse par rapport au 4,5% enregistré en octobre. Plus largement, l'inflation en européenne est tombée à 2,3% (vs. 2,9% en octobre).
  • Kissinger et Munger décèdent. Dans la même semaine, Henry Kissinger, diplomate de renom, ancien secrétaire d'État américain et prix Nobel de la paix en 1973 et Charlie Munger, l'acolyte indissociable de l'investisseur légendaire Warren Buffet meurent. Le premier avait cent ans, le second 99.
  • La jauge de la peur plus bas : l'indice Vix, qui mesure combien les investisseurs sont prêts à payer pour se protéger contre les fluctuations de S&P 500, est tombé à 12,4 (vs 20 en octobre). Il s'agit du plus bas niveau depuis novembre 2019.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

27 novembre 2023

La semaine passée

  • Bayer plonge en bourse : l'anticoagulant Asundexian, sur lequel la société pharmaceutique misait énormément, ne donnait pas les résultats espérés lors des tests cliniques. L'action perd 20% en une journée et le cours de bourse tombe à un plus bas depuis 2008. Bayer souffre également des nombreux procès à l'encontre de son désherbant RoundUp, accusé d'être cancérigène.
  • L'Italie n'est pas une "ordure" : l'agence de notation Moody's maintient sa note "investment grade" de Baa3 sur l'Italie, qui ne tombe donc pas dans la catégorie des "obligations ordure" (ou junk bonds), un scénario craint par les dirigeants du pays. En réaction, le rendement de l'obligation d'État italien à 10 ans tombe à 4,32%, et l'écart par rapport à son équivalent allemand tombe à 1,70%.
  • Binance coupable : accusé de blanchiment d'argent aux États-Unis, la première plateforme de trading de cryptodevises reconnaît ses torts. Elle a laissé passer plus de 100 000 transactions suspicieuses, sans alerter les autorités. Binance va devoir payer $4,3 milliards d'amendes. Son patron, Changpeng Zhao, démissionne et risque la prison.
  • L'extrême droite l'emporte aux Pays-Bas : dans un choc électoral, le partie de la Liberté de Geert Wilders reçoit le plus de voix des électeurs néerlandais et obtient 37 sièges au parlement, loin devant les parties politiques traditionnels. Mais former une coalition majoritaire ne sera pas simple, car il faudra trouver un accord avec au moins 3 autres parties politiques.
  • La Turquie porte ses taux directeurs à ... 40% ! La banque centrale turque les augmente de 5% pour poursuivre sa lutte contre l'inflation galopante. En juin dernier, les taux directeurs étaient à 8,5%.
  • Sam Altman de retour à la tête d'OpenIA : en quelques jours après avoir été viré, le fondateur d'OpenAI et inventeur de ChatGPT a été ré-instauré à son poste, après que plus de 95% des employés ait menacé de démissionner, pour suivre leur PDG chez Microsoft où il avait été immédiatement embauché.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

20 novembre 2023

La semaine passée

  • L'inflation baisse encore aux US : Elle tombe à 3,2% en octobre (vs. 3,7% en septembre), renforçant les espoirs que la Fed n'augmentera plus les taux directeurs et pourrait même commencer à les réduire en 2024. En conséquence, les rendements sur les US Treasuries tombent (ce qui en fait monter les prix) et les marchés actions US poursuivent leur ascension. En une seule séance, les indices S&P et Nasdaq montent de 1,3% et de 2,4% respectivement.
  • Chômage en hausse : Le taux du chômage atteint 7,4% au 3ème trimestre (vs 7,2% au second trimestre) en France, où l'on compte désormais 2,3 millions de chômeurs. La récente hausse affecte notamment les jeunes actifs et les femmes. Pour les personnes âgées entre 15 et 24 ans, le taux de chômage grimpe de 16,9% à 17,6%.
  • Alstom déraille : L'action chute de plus de 20% suite à l'annonce que l'entreprise cherche à vendre pour au moins 1 milliard d'euros d'actifs et pourrait procéder à une augmentation de capital afin de faire face à des difficultés de cash-flow. Alstom ne versera probablement pas de dividendes cette année. Depuis le 1er janvier, le cours de son action a été divisé par deux.
  • La Commission européenne plus pessimiste : Elle réduit ses anticipations et estime que la croissance au sein de l'UE ne devrait être que de 0,6% en 2023, et de 1,3% en 2024. La persistance de l'inflation, le conflit en Ukraine et la guerre à Gaza pèsent sur l'économie européenne.
  • Le cofondateur de ChatGPT viré : Sam Altman, un des cofondateurs et PGD d'OpenAI, qui a lancé le chatbot ChatGPT il y a un peu plus d'un an, a été viré de son entreprise par le Conseil de Surveillance, qui a déclaré avoir perdu confiance en lui. Microsoft, qui a investi plusieurs milliards dans la start-up, perd 2% en bourse à cette annonce.
  • IBM, Apple et Disney quittent X : Ces grandes entreprises suspendent leurs pubs sur le réseau social anciennement connu comme Twitter. Certaines de leurs publicités seraient apparues à côté de posts haineux et antisémites. Cela complique les efforts de la nouvelle directrice générale de X pour attirer plus d'annonceurs sur la plateforme, afin d'en accroître les revenus, après son rachat par le milliardaire Elon Musk pour 44 milliards de Dollars l'année dernière.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

13 novembre 2023

La semaine passée

  • La plus grande banque chinoise hackée : Infectée par un rançongiciel, la banque ICBC a été empêchée d'exécuter des ordres sur le marché des obligations d'État américain. L'attaque a ainsi affecté le bon fonctionnement de ce marché de 25 trilliards de Dollars, soulignant l'importance que prend la cybersécurité dans la gestion des risques.
  • N26 se retire du Brésil, et ne se focalisera donc plus que sur l'Europe. N26 a aussi réduit ses effectifs de 4% cette année, dans le but de contrôler ses coûts. La néo-banque a dû déployer d'importants efforts pour renforcer ses dispositifs de lutte contre le blanchiment, à la demande expresse du régulateur allemand, qui pourrait lever une partie des restrictions imposées depuis 2021.
  • La bataille fait rage en IA : Elon Musk, via sa start-up en intelligence artificielle xIA, lance Grok, un concurrent direct de ChatGPT, proposé par OpenAI. Grok se distinguerait par des réponses plus drôles (voir sarcastiques), et par le fait que le système puise ses réponses notamment dans la data générée sur la plateforme X (anciennement Twitter), de façon quasi-instantanée.
  • La bataille fait rage en IA (2) : Au même moment, la jeune start-up française en IA générative Mistral, qui avait levé 105 millions d'euros quelques semaines seulement après sa création, serait en passe de lever 400 millions d'euros de plus, à une valorisation comprise entre 1,5 et 2 milliards d'euros. Les fonds de capital risque et les géants de la tech souhaitent se positionner sur ce qu'ils voient comme la prochaine révolution technologique, similaire à l'introduction de l'internet.
  • La Turquie s'endette en Dollars : Le pays a réussi à placer pour 2,5 milliards d'obligations à 5 ans (ayant reçu des marques d'intérêt pour un total de 7 milliards de Dollars environ) à un coupon de 8,5%. Il s'agit d'obligations de type Sukuk, c'est-à-dire conformes à la loi religieuse islamique Sharia, qui interdit la facturation d'intérêts. Cela a permis de maximiser la demande en provenance du Moyen-Orient, en complément de celle d'investisseurs obligataires traditionnels.
  • Un Picasso à 121 millions de Dollars : Le portrait "Femme à la montre" a été adjugé par Sotheby's, pour un montant en ligne avec les anticipations. Sur 31 lots proposés aux enchères, seul un tableau, "Grey Stone II" d'Agnes Martin s'est vendu largement au-dessus des estimations, attestant d'un marché de l'art fébrile.
  • Le premier visa climatique : Une première mondiale, l'Australie permet aux habitants des îles pacifiques Tuvalu de bénéficier d'un visa pour s'installer en Australie pour des raisons climatiques. Les milliers de Tuvalu sont à risque de se faire submerger par la montée des océans.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

6 novembre 2023

La semaine passée

  • L'inflation chute dans la zone euro : En octobre, elle tombe à 2,9%, en forte baisse par rapport au 4,3% enregistré en septembre. Cela augmente la probabilité que la BCE continuera de maintenir les taux directeurs au niveau actuel de 4%, sans les augmenter. La hausse des taux a clairement freiné la croissance économique, encore à peine positive pour la France au 3ème trimestre, mais en baisse de 0,1% pour la zone euro dans son ensemble.
  • X vaut moins que Twitter : Le milliardaire Elon Musk avait acheté Twitter pour 44 milliards de Dollars il y a un an. Renommée X, la société ne vaut plus que 19 milliards de Dollars sur la base de la valeur des actions accordées aux employés récemment. La plateforme jouit de 245 millions d'utilisateurs quotidiens mais reste déficitaire, malgré la réduction de 80% de ses effectifs.
  • La Fed maintient ses taux directeurs, pour la 2nde fois consécutive à 5,25% / 5,50%. L'inflation est bien retombée d'un pic à 9,1% en juin 2022 à 3,7% en septembre. Les marchés financiers ont salué la décision de la banque centrale. Le rendement des US Treasuries a baissé (le deux ans tombant à 4,81% et le 10 ans en dessous de 4,50%) et l'indice actions S&P 500 a bondit de 5,9% sur la semaine, la plus forte hausse hebdomadaire depuis un an. Ailleurs, la Banque d'Angleterre maintient également ses taux directeurs, à 5,25%.
  • Tout va bien chez Ferrari : le fabricant de bolides annonce des résultats trimestriels de 332 millions d'euros, en hausse de 46%, notamment grâce aux "personnalisations" que ses clients demandent. Pour la 1ère fois la vente de véhicules hybrides dépasse celle des véhicules traditionnels. La firme a promis que 40% des véhicules vendus à la fin de la décennie seraient 100% électriques.
  • Sam Bankman-Fried condamné : Après moins de 5 heures de délibérations, le jury déclare le jeune patron de la plateforme de crypto-devises FTX coupable de fraude et de blanchiment d'argent. Il y a un an, sa société avait implosé après que 8 milliards de Dollars, confiés par des investisseurs, aient disparu. L'ancien milliardaire risque une peine maximale cumulative de plus de 100 ans d'emprisonnement.
  • WeWork en faillite ? La société qui valait 47 milliards de Dollars en 2019, avec la promesse de révolutionner le monde du travail en proposant des espaces de coworking à travers le monde n'a pas payé ses intérêts sur sa dette et pourrait se déclarer en faillite la semaine prochaine (la procédure du Chapter 11). Le cours de son action a chuté de plus de 98% cette année, l'entreprise ne vaut plus que 50 millions de Dollars.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

30 octobre 2023

La semaine passée

  • Le luxe se tasse : ce secteur n'échappe finalement pas au ralentissement économique. Kering (propriétaire de Gucci et Yves Saint Laurent) annonce des revenus en baisse de 13% au 3ème trimestre. Sur la même période, les ventes n'augmentent que de 9% chez LVMH, bien moins que les +17% affichés au second. Hermès tire son épingle du jeu. Le fabricant de sacs Birkin voit ses ventes augmenter de plus de 15% au dernier trimestre, ayant réalisé une hausse de plus de 27% au second trimestre.
  • Le Bitcoin en forte hausse : le cours de la cryptodevise a grimpé de plus de 10% en quelques jours pour repasser la barre des 35 000 dollars. Les intervenants anticipent que le régulateur américain (la Federal Reserve) approuvera l'introduction en bourse d'ETFs (Exchange Traded Funds) indexés sur le Bitcoin au début de l'année prochaine, ce qui pourrait attirer de nombreux nouveaux investisseurs individuels dans le secteur.
  • Taux d'intérêt en hausse sur le livret Cashbee : il vient de passer de 2,8% à 3%. Les nouveaux inscrits bénéficient même de 4% pendant les 4 premiers mois (dans la limite de 150 000 euros).
  • La BCE stable à 4% : après 10 hausses consécutives de ses taux directeurs, la banque centrale européenne a décidé de les maintenir à 4%. Il faut dire que l'inflation est retombée de son pic à 10,6% à 4,3% en septembre. Et que l'économie européenne ralentit.
  • Microsoft vs Google : le premier voit le cours de son action bondir de 4% à l'annonce de ses résultats trimestriels. Son avance en Intelligence Artificielle semble prendre de l'ampleur. L'action du second chute de 9%, parce que sa croissance dans le "cloud business" n'était que de 22%, ce qui pourrait indiquer une prise de retard dans le domaine de l'IA. De façon plus générale, la bourse punit fortement les entreprises qui n'atteignent pas tout à fait les résultats attendus.
  • La bourse américaine officiellement en correction : depuis la fin du mois de juillet, l'indice S&P 500 a perdu un peu plus de 10%, ce qui - dans le jargon - correspond à une correction. Ce sont les anticipations de taux d'intérêt élevés pendant longtemps ("higher for longer") qui ont notamment pesé sur le marché des actions.
  • L'Afrique du Sud gagne la coupe du monde de rugby, battant les All Blacks néo-zélandais d'un point au Stade de France.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

23 octobre 2023

La semaine passée

  • Le USD / EUR à parité ? La devise européenne a chuté de 6% depuis mi-juillet contre le dollar, et s'échange aujourd'hui à 1,06 dollar. Deux banques, Citi et JP Morgan estiment que le conflit en Israël et le ralentissement économique en Europe vont peser sur l'Euro, et que la parité sera atteinte.
  • Netflix rebondit : la firme de streaming gagne 9 millions de nouveaux souscripteurs au 3ème trimestre pour se rapprocher de 250 millions d'abonnés. Le blocage du partage de codes d'accès a un impact positif et peu d'abonnés quittent la plateforme quand elle augmente ses tarifs. L'action gagne 12% après l'annonce de ces bons résultats.
  • Des taux d'intérêts au plus haut aux US : le rendement sur les US Treasuries à 2 ans atteint 5,20%, un record depuis 2006, et à 10 ans, il atteint 4,85%. Ils avaient pourtant baissé après l'attaque du Hamas en Israël, sous l'effet de la demande pour les valeurs refuges. Mais la résilience de la consommation (elle a augmenté de 0,7% en septembre, bien au-delà des attentes du marché) fait craindre de nouvelles hausses de taux par la Federal Reserve.
  • New York attaque trois plateformes de crypto-devises : le procureur général de la ville accuse Digital Currency Group, Gemini (des frères jumeaux Winkelvoss) et Genesis d'avoir escroqué 230 000 investisseurs pour un montant total de 1,1 milliard de dollars.
  • DJ-D Sol arrête sa carrière : DJ-D Sol fut le nom de scène de David Solomon, le PDG de la prestigieuse banque d'affaires Goldman Sachs, qui, même après avoir été nommé à la tête de la banque, continuait de faire de sets à des festivals de renom. Mais les critiques se sont empilées, y compris de la part de certains membres du conseil de surveillance de l'institution. La banque vient d'annoncer son 8ème trimestre consécutif de revenus en baisse.
  • OpenAI vaut 86 milliards de dollars ? C'est à cette valorisation que la société derrière ChatGPT chercherait à lever des fonds, seulement 6 mois après avoir reçu du capital d'investisseurs comme Microsoft à une valorisation de "seulement" 29 milliards.
  • Toujours pas de Speaker aux US : après avoir évincé leur collègue Républicain Kevin McCarthy il y a deux semaines, les Républicains viennent d'écarter par un vote secret la candidature de Jim Jordan. Il s'agit du 3ème candidat Républicain qui n'arrive pas à rassembler suffisamment de soutien de son propre parti pour emporter le vote. Sans Speaker, le Congrès ne peut pas voter les lois, dont certaines sont urgentes (l'aide supplémentaire à l'Ukraine ou à Israël par exemple).
  • La Grèce investment grade : l'agence de notation Standard & Poor's relève la dette de l'État Grec à BBB- et replace ainsi le pays parmi ceux dont la dette est "investissable". Son concurrent moins connu DBRS avait pris la même décision un peu plus tôt cette année. Pour Moody's et Fitch, la Grèce reste dans la catégorie des émetteurs à haut risque.
  • Sir Bobby Charlton décède : le joueur de foot anobli par la reine a gagné la coupe du monde avec l'Angleterre en 1966 et la coupe des Clubs champions en 1968 avec Manchester United. Il est considéré comme un des meilleurs milieux offensifs anglais de tous les temps.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

16 octobre 2023

La semaine passée

  • Claudia Goldin, professeure à Harvard, reçoit le prix Nobel d'économie, pour ses analyses de l'évolution du marché du travail des femmes durant plus de deux siècles aux États-Unis, mettant en évidence l'évolution des inégalités entre les hommes et les femmes. Elle est la troisième femme à recevoir ce prix prestigieux.
  • Birkenstock trébuche après l'introduction en bourse : valorisée à 8,6 milliards de Dollars, l'action du fabricant de sandales allemand perd plus de 10% lors de sa première séance boursière. Cela souligne la fébrilité des marchés actions.
  • Les banques américaines annoncent des profits en hausse : les résultats de JP Morgan, Wells Fargo et Citi ont augmenté au 3ème trimestre. Pour JP Morgan, ils sont en hausse de 35% pour atteindre 13,2 milliards de dollars, au-dessus des attentes des analystes. Son patron, Jamie Dimon explique que c'est la conséquence d'une augmentation de la marge d'intérêt (la banque prête à des taux plus élevés sans avoir trop augmenté les intérêts qu'elle verse sur les dépôts) et un taux de défaut qui reste bas. Il prévient que ces deux variables se normaliseront.
  • La guerre en Israël fait monter le prix du pétrole : celui du baril dépasse à nouveau 90 dollars. L'armée israélienne prépare son offensive terrestre à Gaza contre le Hamas, les grandes puissances craignent que le conflit n'embrase le Moyen-Orient plus largement.
  • Le Congrès américain toujours à l'arrêt : depuis que son Speaker a été évincé, les Républicains ont bien du mal à trouver un remplaçant qui emporte l'adhésion. Steve Scalise, initialement pressenti, s'est retiré de la course. Sans Speaker, la maison des représentants ne peut pas voter les lois. L'aide supplémentaire à destination de l'Ukraine et d'Israël est en attente.
  • Coupe du monde de rugby : les demi-finalistes sont connus. Il s'agit de l'Argentine, de l'Angleterre, de la Nouvelle-Zélande et ... de l'Afrique du Sud, qui a battu la France sur le score serré de 29 à 28.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

9 octobre 2023

La semaine passée

  • Le Hamas attaque Israël et lance des milliers de rockets depuis la bande de Gaza. Les attaques ont causé la mort de centaines d'Israéliens. Israël mobilise ses réserves militaires et riposte. La devise israélienne, le shekel, s'affaiblit et le le prix du pétrole, lui monte.
  • Le Speaker of the House écarté : du jamais-vu ! Le républicain Kevin McCarthy a été évincé par ses pairs de son poste de Speaker de la maison des représentants (le 3ème poste politique le plus important aux US, après le président et le vice-président). Certains membres républicains du Congrès, déçus de l'accord que McCarthy avait trouvé avec les Démocrates pour éviter le shutdown le weekend dernier, ont voté avec les Démocrates pour destituer le Speaker.
  • Forte création d'emplois aux US : l'économie américaine ajoute 339 000 emplois en septembre, bien plus que les 117 000 attendus. Cela fait craindre une surchauffe de l'économie, qui pourrait conduire la banque centrale a maintenir les taux à des niveaux élevés pendant encore longtemps. Les marchés obligataires continuent de corriger. Le rendement sur le US Treasury à 30 ans touche 5,05%, un record depuis 2007.
  • Hausse des taux sur les Comptes à Terme Cashbee Pro : My Money Bank, la banque partenaire de Cashbee, verse désormais 4,20% sur les comptes à terme à 12 mois à destination des entreprises et associations.
  • Alstom chute de 37% en bourse après avoir annoncé un Free Cash Flow négatif pour 2023, alors qu'elle avait communiqué sur un chiffre largement positif auparavant. Les investisseurs craignent une augmentation de capital (potentiellement fortement dilutive), le directeur financier fait allusion à de possibles cessions d'actifs.
  • 100 roubles pour un dollar : la devise russe, malgré des hausses de taux appliquées par la banque centrale, continue de chuter contre les devises occidentales et notamment le US Dollar. Le rouble a baissé de plus de 25% depuis que la Russie a envahi l'Ukraine.
  • Lens bat Arsenal : de retour en Ligue des Champions après 21 ans, Lens bat Arsenal 2 buts à 1. Ambiance de folie dans le mythique stade Bollaert. Le PSG perd 1 à 4 à Newcastle.
  • Coupe du monde de rugby : la France bat l'Italie et se qualifie pour les quarts de finales.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

2 octobre 2023

La semaine passée

  • L'inflation tombe en Europe : de 5,2% en août à 4,3% en septembre. Et l'inflation sous-jacente (corrigée des produits alimentaires et de l'énergie) tombe aussi plus qu'attendu, de 5,3% à 4,5%. Cette baisse augmente la probabilité que la BCE cesse d'augmenter les taux directeurs aux prochaines occasions.
  • Un accord de dernière minute aux US : le Congrès a trouvé un accord in extremis pour relever le plafond de la dette publique permettant de financer les services publics (parcs nationaux, services médicaux, musées, l'armée, ...) et de payer les salaires des fonctionnaires pendant 45 jours. Il évite ainsi le "shutdown" de l'économie, déjà atteinte en 1995 sous Bill Clinton et en 2013 sous Barack Obama. Mais le répit est de courte durée et les divergences d'opinions entre les Républicains, qui réclament des coupes sévères dans le budget, et les Démocrates, qui s'y opposent sont importantes.
  • Budget de la France modestement resserré : le budget proposé par le ministre des Finances Bruno Lemaire contient 16 milliards de réductions de dépenses, ce qui ramènerait le déficit budgétaire du pays à 4,4% du PNB. Mieux que 4,9% de cette année, mais encore loin de la cible des 3% du PNB imposé par l'Union européenne. Car ce budget comprend aussi 7 milliards de dépenses additionnelles pour financer la transition énergétique et d'autres dépenses visant à protéger les retraités et les moins fortunés contre les effets de l'inflation.
  • Affluence record à l'Oktoberfest : malgré des prix en hausse - le litre de bière coûte entre 12,60 et 14,90 euros, en hausse de 6,1% par rapport à 2022 - plus d'un million de personnes ont participé à cette fête de la bière lors du seul premier weekend (contre 700 000 personnes l'année dernière). Le beau temps a sans doute aidé, mais le phénomène dénote la résistance du consommateur allemand. Les experts anticipent que 7 millions de litres de bière seront vendus durant les 18 jours du festival.
  • Amazon accusé de pratiques anti-compétitives par le FTC : le régulateur et 17 états américains ont intenté un procès contre Amazon, accusant le géant de l'e-commerce d'avoir délibérément empêché des compétiteurs et des vendeurs de baisser leurs prix afin de préserver son pouvoir quasi-monopolistique. Amazon contrôle environ 40% du marché des ventes en ligne.
  • McKinsey sous pression : la société de conseil est accusée d'avoir contribué à l'épidémie d'overdoses par opiacés aux États-Unis. Elle a conseillé les sociétés pharmaceutiques sur les méthodes à déployer pour booster les ventes d'anti-douleurs hyper-addictifs comme l'OxyCodin. McKinsey ajoute 230 millions de dollars pour régler de multiples plaintes dans le domaine, sans admettre d'être coupable des actions qui lui sont reprochées.
  • Débat entre candidats républicains ... sans Trump : les candidats républicains à la présidence des États-Unis ont débattu pour la 2nde fois en live, en absence du candidat Donald Trump, très largement en tête dans les sondages, et qui refuse de débattre avec ses concurrents. Selon le site 538.com, il est soutenu par 54% des électeurs républicains. Loin devant le gouverneur de l'État de Floride, Ron DeSantis, qui n'est soutenu que par 13,8% de ces électeurs.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

25 septembre 2023

La semaine passée

  • God save the king : la visite officielle de 3 jours en France du roi Charles et sa femme Camille, qui avait été reportée à la dernière minute en mars dernier, a finalement eu lieu, sans passionner les foules.
  • C'est compliqué pour la Fed : la banque centrale américaine a décidé de maintenir ses taux directeurs à 5,25% / 5,50%. En effet sa politique de forte hausse des taux commence à peser sur l'économie et le marché de l'emploi. La difficulté pour elle est de savoir si le maintien des taux suffira pour ramener l'inflation à son niveau cible (autour de 2%), ou si un tour de vis supplémentaire sera requis dans les mois à venir. Elle signale au passage qu'elle estime nécessaire de maintenir les taux à des niveaux élevés pendant une durée longue ("higher for longer"). Les indices actions (S&P500, NASDAQ) finissent la semaine en baisse
  • La Banque d'Angleterre aussi maintient ses taux directeurs, à 5,25%, après 14 hausses consécutives initiées en décembre 2021. Pour souligner l'intensité du débat autour de cette décision, seuls 5 des 9 membres du comité de la politique monétaire ont voté en faveur de ce maintien, les 4 autres votant pour une nouvelle hausse. La devise britannique tombe à 1,22 contre le Dollar.
  • Xavier Niel consolide sa position dans le journal Le Monde : il vient de racheter les parts que détenait le milliardaire Daniel Kretinsky (qui lui-même est en passe d'acquérir le contrôle du groupe Casino). Ce deal permet à Xavier Niel de se rapprocher de son objectif ultime, qui est de loger une part majoritaire dans le journal avec le plus d'abonnés en France dans une fondation, le mettant ainsi à l'abri de tout rachat potentiel futur.
  • La grève dans l'industrie de l'automobile aux US s'étend. Le puissant syndicat des United Auto Workers élargit la grève à 38 fournisseurs de parts ciblant spécifiquement Stellantis et General Motors, mais épargnant Ford dont les dirigeants auraient proposé plus de concessions en faveur des ouvriers, qui réclament de fortes augmentations de salaires.
  • La dette indienne ajoutée à l'indice JP Morgan : la banque a décidé d'inclure les obligations étatiques de l'Inde dans son indice obligataire marchés émergents à partir de juin 2024. Cela devrait conduire à des dizaines de milliards de dollars d'achat sur ces titres, notamment de la part des gestionnaires qui trackent cet indice.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

17 septembre 2023

La semaine passée

  • Apple lance l'iPhone 15 : le nouveau modèle sera-t-il celui qui détrônera Samsung et par lequel la marque à la pomme deviendra le plus grand producteur de smartphones par nombre d'unités vendues ? Le lancement coïncide avec un mouvement anti-Apple en Chine, où le gouvernement interdit désormais certains fonctionnaires d'utiliser des téléphones de la marque. Le marché chinois étant crucial pour Apple, la mesure a fait chuter son cours de bourse de plusieurs pour cents.
  • Les introductions en bourse repartent : Softbank introduit Arm au Nasdaq en vendant environ 10% des actions du fabricant de puces. Après avoir reçu un volume d'ordres égal à plus de cinq fois la taille de la transaction, les actions d'Arm sont introduites à un prix unitaire de 51 dollars par action. Ce prix a bondi de 25% le premier jour de cotation, pour dépasser 63 dollars, valorisant ainsi la société à 65 milliards de dollars. La transaction ranime le secteur du marché des IPO (Initial Public Offering), très atone depuis l'année dernière. Dans la foulée, d'autres entreprises privées sont sur les rangs. Ainsi, la société d'e-commerce Instacart annonce vouloir s'introduire en bourse à une valeur de 9,3 milliards de Dollars (soit le quart de la valorisation atteinte en 2021 pour sa dernière levée de capitaux auprès de fonds spécialisés en capital risque).
  • La BCE relève les taux directeurs pour la 10ème fois consécutive. Avec cette augmentation de 0,25% elle les porte à 4%, un niveau record. Cela malgré des signes de ralentissement de l'économie, car la BCE juge que l'inflation reste trop importante.
  • La Grèce de nouveau "investment grade" : l'agence de notation DBRS relève sa note sur la dette de l'État grec à BBB pour la faire entrer dans le secteur "investment grade". DBRS ne fait pas partie des trois grandes agences de notation (Moody's, S&P et Fitch), mais sa décision est importante, car elle est reconnue par la Banque Centrale Européenne et elle devrait contribuer à la réhabilitation de la signature grecque dans les yeux des investisseurs obligataires de la zone Euro.
  • L'inflation aux US monte ... et baisse : en août, elle s'enregistre à 3,7%, en hausse par rapport au 3,2% observée en juillet, notamment sous l'effet de la hausse du prix du pétrole. Corrigée de l'énergie et des produits alimentaires, l'inflation sous-jacente baisse et tombe de 4,7% à 4,3%. Pas facile pour la Fed de décider sur une prochaine hausse éventuelle des taux directeurs.
  • Les US attaquent Google : invoquant la loi antitrust, le département de la justice américain accuse le géant de la tech d'avoir obtenu une position de quasi-monopole en payant Apple et Samsung pour installer son outil comme option par défaut sur leurs smartphones. Aujourd'hui, 89% des recherches sur internet se font via Google. La société se défend en estimant que son produit est tout simplement meilleur que ceux de la concurrence.
  • Luis Rubiales démissionne enfin : 3 semaines après avoir embrassé une joueuse de l'équipe de foot féminine d'Espagne sur la bouche, et suite à d'intenses pressions médiatiques et politiques, le patron de la Fédération de Foot en Espagne soumet sa lettre de démission, tout en clamant son innocence.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

10 septembre 2023

La semaine passée

  • Le prix du pétrole en hausse : sous l'effet de la réduction volontaire de leurs productions, la Russie et l'Arabie Saoudite ont fait grimper le prix du baril de pétrole, qui dépasse 90 dollars pour la première fois cette année.
  • Novo Nordisk détrône LVMH : la société pharmaceutique danoise, connue pour ses médicaments contre le diabète et, plus récemment, la perte de poids a vu sa capitalisation boursière grimper de 41% cette année (et quadrupler depuis 2018). Elle pèse désormais 428 milliards de dollars en bourse, ce qui en fait l'entreprise cotée la plus importante en Europe.
  • Baisse de la construction en Europe : l'indice des directeurs d'achat du secteur tombe à 43,3. Tout niveau en dessous de 50 indique une contraction dans le secteur immobilier, conséquence de la forte hausse des taux d'emprunt.
  • La production tombe en Allemagne, de 0,8% et pour le 3ème mois consécutif, notamment sous l'effet d'une chute de 9% dans la production automobile en juillet. Le chancelier allemand Olaf Scholz promet de réduire la bureaucratie, afin de relancer l'économie.
  • L'économie chinoise (et sa devise) continuent de souffrir : les exportations ont baissé de plus de 8% en août, et pour le 4ème mois consécutif. Le renminbi, la devise chinoise, faiblit par rapport au dollar. Il faut désormais 7,32 renminbi pour un dollar, un point bas depuis 2007. Le gouvernement chinois a annoncé une série de mesures pour soutenir le secteur immobilier afin de relancer l'économie.
  • La France bats les All Blacks 27 à 13 en match d'ouverture de la coupe du monde de rugby. 2,5 millions de places ont été vendues et le tournoi est perçu comme un test grandeur nature pour les Jeux olympiques à venir.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

4 septembre 2023

La semaine passée

  • Augmentation des salaires en Allemagne : ils augmentent de 6,6% (annualisé) au 2nd trimestre, soit légèrement plus que l'inflation, enregistrée à 6,5% pour la même période. C'est une bonne nouvelle pour la consommation en Allemagne, mais ajoute aux pressions inflationnistes que la BCE tente de faire baisser.
  • Moins d'offres d'emplois aux US : il n'y en avait que 8,8 millions au mois de juillet, largement en dessous des attentes. Ce qui pourrait indiquer que les taux d'intérêts élevés pèsent sur l'activité économique. Dans le même temps, le taux du chômage grimpe à 3,8%. De tels signaux pourraient conduire la Fed à maintenir les taux directeurs aux niveaux actuels, plutôt que de les augmenter à nouveau. De façon peut-être contre-intuitive, ces données indicatives d'un ralentissement économique, ont donc causé une hausse des marchés actions.
  • L'inflation stable pour la zone euro à 5,3% en août, mais l'inflation sous-jacente, excluant l'alimentation et l'énergie, baisse légèrement de 5,5% en juillet à 5,30%. Le taux du chômage est resté stable à 6,4%. Est-ce suffisant pour que la BCE décide de ne pas augmenter les taux directeurs pour la 10ème fois consécutive ?
  • Le bitcoin en ETF : un panel de juges a décidé que la Fed avait eu tort de rejeter la demande de la société Grayscale de lancer un ETF bitcoin. La crypto-devise prend 6% à l'annonce, pour se rapprocher des 26 000 euros. Son prix retombe à la fin de la semaine, car la Fed décide de retarder ses autorisations sur plusieurs demandes de ce type, dont celle du géant Blackrock.
  • Profits trimestriels records pour UBS, qui enregistre un gain de 29 milliards de Dollars au second trimestre, notamment grâce au gain comptable que la banque helvétique enregistre sur son acquisition de son rivale Crédit Suisse. Il s'agit tout simplement des plus gros bénéfices jamais enregistrés par une banque en un trimestre.
  • Résolution à l'amiable dans le monde des échecs : le numéro 1 mondial, Magnus Carlsen et le jeune prodige Hans Niemann ont résolu leur dispute. Le premier avait accusé le second d'avoir triché pour le battre au Sinquefield Cup l'année dernière. En retour, Niemann avait attaqué Carlsen pour diffamation et réclamait 100 millions de dollars. Leur combat se fera désormais autour d'un échiquier.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

28 août 2023

La semaine passée

  • La Fed reste vigilante, son président Jay Powell déclare à la réunion annuelle de la banque centrale américaine que, selon lui, l'inflation reste encore trop élevée. En réaction, les rendements sur les US Treasuries augmentent pour atteindre 5,07% à 2 ans et le dollar se renforce. L'EUR/USD tombe à 1,08.
  • Les BRICS souhaitent s'élargir : le groupement des BRICS (le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud) cherche à faire contre-poids au bloc occidental. Il a invité six autres pays (l'Argentine, l'Égypte, l'Ethiopie, l'Arabie Saoudite, l'Iran et les Émirats Arabes Unis) à le rejoindre.
  • Introduction de la société technologique Arm au Nasdaq pourrait (enfin) signaler la reprise des introductions en bourse. En effet, le volume de ce type de transactions a chuté de plus de 90% aux US en 2022 par rapport à 2021. Le propriétaire d'Arm, la société d'investissement Softbank, envisage de vendre des actions d'Arm au public à une valorisation comprise entre 60 et 70 milliards de dollars, ce qui en ferait la plus grosse opération de ce type depuis presque deux ans.
  • La Turquie augmente fortement ses taux directeurs pour lutter contre l'inflation galopante. La banque centrale les relève de 7,5% d'un coup, pour les porter à 25%.
  • L'action Nvidia gagne (encore) 6% en bourse à l'annonce de ses résultats trimestriels. Le fabricant de puces électroniques, indispensables pour entraîner les modèles d'IA, double ses bénéfices, dépassant ainsi les attentes des analystes. Le cours de bourse de la société a plus que triplé cette année. Nvidia pèse désormais plus de 1 200 milliards de dollars.
  • Le groupe Wagner décapité : son leader et chef de guerre, Yevgeny Prigozhin, est mort dans un crash d'avion, avec plusieurs de ses proches lieutenants. Lui et son groupe de paramilitaires avait joué un rôle important dans l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il avait aussi dirigé ses troupes sur une marche de mutinerie vers Moscou en juin. Le président américain Joe Biden déclare que "peu de choses se passent en Russie, sans que Putin n'y soit pour quelque chose".
  • Vols au British Museum : au cours de plusieurs années, des milliers d'objets précieux auraient été volés du musée. Les dirigeants ont ignoré des alertes d'experts d'arts signalant la vente en ligne des objets dérobés. Le scandale prend de l'ampleur, et le directeur et son adjoint ont démissionné.
  • Luis Rubiales suspendu : le patron de la Fédération de foot espagnole qui a embrassé Jenni Hermoso, capitaine de l'équipe de foot féminine sur la bouche a été suspendu de ses fonctions pour 90 jours. Il continue de refuser de démissionner, malgré la pression politique, publique, du monde sportif et entrepreneurial.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

21 août 2023

La semaine passée

  • Crise (immobilière) en Chine : le développeur immobilier Evergreen a demande la protection sous la loi contre les faillites aux US, le constructeur immobilier Country Garden n'a pas versé les intérêts dus sur une partie de sa dette en Dollars. Les marchés internationaux craignent un ralentissement du secteur immobilier en Chine, responsable pour environ un quart de l'activité économique du pays. L'économie chinoise connaît déjà des fragilités (déflation, baisse des exportations, montée du chômage parmi les jeunes).
  • Baisse des marchés actions : la baisse des demandeurs d'emploi aux US fait craindre que la Federal Reserve (la banque centrale) soit obligée de maintenir des taux directeurs à des niveaux élevés pendant plus longtemps, ce qui pèserait sur l'activité économique. Combiné avec la nervosité grandissante au sujet de l'économie chinoise, les marchés actions corrigent, le S&P500 baisse de 2,1% alors que l'indice Nasdaq perd 2,6%.
  • Rendement obligataires en hausse : toujours à cause des pressions inflationnistes, perçues comme étant plus persistantes que prévues, le rendement sur les obligations étatiques à long terme ont continué leur ascendance. Ainsi, le rendement sur le US Treasury à 10 a atteint 4,23%, en hausse de 0,27% sur la semaine.
  • VinFast vaut plus que Ford, General Motors ou Stellantis. Le fabricant de voitures électriques vietnamien a été coté en bourse et ses actions ont clôturé à plus de 37 Dollars, donnant une valorisation de 85 milliards de dollars à la start-up, qui n'est pas encore rentable et qui tente de rentrer sur le marché américain. Elle vaut ainsi plus que les trois fabricants de voitures traditionnels.
  • Le rouble s'effondre, et passe le seuil psychologique de plus de 100 roubles pour un dollar. Une hausse urgente de 3,5% des taux directeurs par la banque centrale ne semble pas suffire et le président Putin réfléchirait à l'introduction de mesures de contrôle de capital pour soutenir la devise russe, comme par exemple de forcer les sociétés exportatrices de vendre 80% des devises qu'elles reçoivent. La guerre en Ukraine coûte cher.
  • Succès de la coupe de monde de foot féminin : le tournoi a attiré 2 milliards de téléspectateurs, et a enflammé des fans sur tous les continents. L'Espagne l'emporte contre l'Angleterre en finale.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

14 août 2023

La semaine passée

  • L'inflation aux US sous contrôle ? Elle monte légèrement à 3,2% en juillet (contre 3% en juin) en ligne avec les attentes. Cela renforce la probabilité que la Fed pause ses hausses des taux directeurs, et décide de les maintenir à leurs niveaux actuels à leur prochaine réunion en septembre.
  • WeWork au plus mal : la société annonce ne plus être certaine de pouvoir continuer d'opérer. Le cours de son action chute de plus de 20% pour tomber à 0,21 Dollars. Fin 2020, l'action valait encore 10 Dollars. À son introduction en bourse, elle était à 13 Dollars.
  • Les banques italiennes sous pression : le gouvernement italien annonce vouloir introduire une surtaxe sur les bénéfices de ses banques, afin de collecter environ 3 milliards d'euros d'impôts supplémentaires. Les cours de bourse des banques chutent entre 6% et 11% dans la journée, effaçant ainsi 9 milliards d'euros de capitalisation boursière. Le lendemain, le gouvernement limite la casse en précisant que cette sur-taxe ne pourra pas dépasser 0,1% de la valeur des actifs des banques.
  • S&P arrête de noter les critères ESG : dans un contexte de scepticisme grandissant, l'agence de notation cesse d'attribuer des notes de 1 à 5 pour évaluer les risques Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance auxquels s'exposent les sociétés qu'elle évalue.
  • Sam Bankman-Fried en prison. Le fondateur de la société de trading de crypto-devises aujourd'hui en liquidation s'est vu révoquer sa liberté sous caution. Selon le juge, il aurait tenté d'influencer des témoins en attente de son procès.
  • Foot : l'équipe de France féminine se fait battre en quart de finale de la Coupe du Monde par le pays hôte, l'Australie. Côté hommes, l'attaquant Kylian M'Bappé réintègre le groupe du PSG, après des tractations positives sur son éventuel prolongement au club.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

7 août 2023

La semaine passée

  • Croissance économique en Europe au 2nd trimestre. À +0,3% la croissance est modeste, mais elle montre la résilience de l'économie européenne, face aux hausses consécutives des taux directeurs, appliquées par la BCE pour lutter contre l'inflation. Pour souligner cette résilience, le taux de chômage de la zone euro est également tombé à son plus bas niveau historique : 6,4% au mois de juin.
  • Uber déclare, enfin, des résultats d'exploitation positifs. La société annonce 326 millions de Dollars de bénéfices opérationnels avant impôts au second trimestre, après avoir accumulé des pertes d'exploitation de plus de 31 milliards de Dollars depuis 2014 !
  • Donald Trump de nouveau inculpé : le procureur l'accuse d'avoir voulu changer les résultats des élections présidentielles de 2020 de façon illégale. En réponse aux accusations, l'ex-Président, qui reste de loin le candidat le plus probable de gagner les primaires du partie républicain, se positionne en victime.
  • Fitch abaisse la note des États-Unis : selon l'agence de notation, les USA ne méritent plus la toute meilleure note de AAA, au regard des discussions toujours tendues entre les Démocrates et Républicains au sujet du plafond de dette. Les US sont donc rétrogradés à la catégorie AA+ (ce qui est toujours deux crans au-dessus de la note de AA- accordée à la France).
  • Jour du dépassement : nous venons d'entamer la 2e moitié de l'année mais l'humanité a déjà consommé l'ensemble des ressources que notre planète peut régénérer en un an. Pire, en France, ce jour du dépassement se situe début mai. Pour rappel, en 1970, ce jour intervenait le 29 décembre.
  • Le marché de l'emploi aux US semble se détendre. Le rapport sur l'emploi fait part de la création de 187 000 emplois en juillet, en dessous des 200 000 emplois attendus.
  • Amazon vs Apple : les deux géants de la tech ont annoncé des résultats trimestriels contrastés. Amazon surprend favorablement, son action bondit de plus de 8%. Apple déçoit, son action perd presque 5%.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

31 juillet 2023

La semaine passée

  • Alerte sur les SCPI : le gestionnaire Amundi ajuste les valorisations de trois de ses SCPI à la baisse (jusqu'à -17% pour l'une d'entre elles), afin de prendre en compte la baisse de la valeur des biens immobiliers que ces SCPI détiennent. La hausse des taux d'intérêt pèse sur l'immobilier et notamment l'immobilier de bureaux. D'autres ajustements de ce type sont à craindre, car les 3 SCPI concernés contrôlent 9 milliards d'actifs immobiliers sur un total d'un peu plus de 93 milliards d'actifs immobiliers logés dans des SCPI.
  • Hausses de taux directeurs : la Fed a relevé, comme anticipé, ses taux directeurs de 0,25% pour les porter à une fourchette de 5,25% à 5,50%, le plus haut niveau depuis 22 ans. Le lendemain, la BCE en fait autant et porte les taux directeurs pour la zone euro à 3,75% soit son niveau record (également atteint en 2001).
  • Le Ministre des affaires étrangères chinois disparaît : Qin Gang, pourtant perçu comme un proche du Président Xi Jinping, n'a plus été vu en public depuis un mois, et a été formellement remplacé par son prédécesseur Wang Yi.
  • La France sur la bonne voie : l'inflation y est tombée à 5% en juin (vs 5,3% en mai), son niveau le plus bas depuis 16 mois. En outre, durant le 2nd trimestre, l'économie à cru de 0,5%. Sur le plan Européen, le contexte n'est pas aussi rose. Christine Lagarde, présidente de la BCE, reconnaît que les accélérateurs externes de l'inflation, comme le prix de l'énergie, semblent se tasser,. Mais elle prévient que les accélérateurs internes, comme la pression sur les salaires, continuent de l'inquiéter.
  • M'Bappé à vendre ? Le PSG se déclare prêt à vendre son attaquant star et aurait reçu au moins une offre de la part d'un club Saoudien pour 300 millions d'euros.
  • Le nageur Léon Marchand explose le record de Michael Phelps (détenu depuis 2002) sur le 400 m 4 nages et gagne plusieurs autres courses aux championnats du monde de natation au Japon. À un an des JO à Paris, cela promet.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

24 juillet 2023

La semaine passée

  • Remaniement : Élisabeth Borne reste Premier ministre, mais le gouvernement est recomposé, avec 8 nouveaux membres.
  • L'inflation tombe au Royaume-Uni, de 8,7% en mai à 7,9% en juin. Les spécialistes s'attendaient à 8,2%. Cela augmente la probabilité que la Banque d'Angleterre n'augmente ses taux directeurs que de 0,25% (au lieu de +0,50%) en août, ... ce qui les porterait à 5,25% tout de même.
  • Les grandes banques américaines réduisent leurs effectifs. Elles ont collectivement dépensé plus d'un milliard de Dollars en indemnités de licenciement, ayant activement recruté durant les périodes de confinement et devant aujourd'hui faire face à la forte réduction du nombre d'opérations de financement, d'introduction en bourse et de fusions et acquisitions.
  • Netflix s'attaque au partage de compte. La stratégie semble payante car la plateforme de streaming gagne 6 million de souscripteurs payants. Son action, fortement chahutée l'année dernière, est en hausse d'environ 60% en 2023, mais perd 8% à l'annonce des résultats, le marché étant déçu par les résultats financiers.
  • Les banques ne font pas pleinement profiter leurs clients de la hausse des taux. Une étude de l'agence de notation S&P souligne qu'en moyenne, les grandes banques de la zone euro ne font bénéficier leurs clients déposants que de 20% de la hausse des taux initiée par la Banque Centrale Européenne, depuis le début de 2022.
  • Début de la coupe de monde de football féminin en Australie et en Nouvelle Zélande. La France, perçue comme outsider, fait match nul contre la Jamaïque.
  • Tour de France : le Danois Jonas Vingegaard gagne le Tour de France masculin pour la seconde fois consécutive. Le Tour de France féminin débute.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

17 juillet 2023

La semaine passée

  • Le taux du livret A reste à 3%. La formule de calcul, fonction notamment de l'inflation, aurait donné un taux de 4,1%, mais le Gouverneur de la Banque de France a proposé d'y déroger afin de maintenir le taux à son niveau actuel. Le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire a décidé de suivre cette recommandation, tout en promettant que ce taux serait maintenu jusqu'en 2025, afin de protéger le coût de financement de la construction de logements sociaux.
  • L'inflation tombe encore aux États-Unis, de 4% en mai à 3% en juin. Par ailleurs, l'indice des prix à la production n'y augmente que de 0,1% en juin, bien moins que prévu. Ces chiffres renforcent les anticipations des spécialistes de marché que la Fed pourrait ralentir, ou même stopper ses augmentations de taux directeurs, après la prochaine hausse, attendue à la fin du mois.
  • La France déroule le tapis rouge pour le Premier ministre indien, Narendra Modi. Invité d'honneur du Président Macron au défilé du 14 juillet, son pays fait de grosses commandes aux entreprises françaises, notamment dans le domaine militaire.
  • La gestion pilotée de Cashbee délivre de bonnes perfs au 1er semestre. Les différents profils affichent des performances nettes de frais entre +5,20% pour le profil Climat, et +7,73%, pour le profil Tech.
  • Résultats prometteurs des grandes banques américaines. Au second trimestre, JP Morgan, Wells et Citigroup ont collectivement généré 49 milliards de Dollars de revenus nets d'intérêts (c'est-à-dire la différence entre ce que leur coûtent les dépôts et les intérêts qu'elles gagnent sur les prêts accordés), 30% de plus que l'année dernière.
  • Alcaraz bat Djokovic à Wimbledon en 5 sets et un peu moins de 5 heures. Le Serbe était invaincu à Wimbledon depuis 10 ans. Changement de garde ?
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

10 juillet 2023

La semaine passée

  • Commandes en forte hausse en Allemagne : les commandes à la fabrication augmentent de 6,8% au mois de mai, bien au-delà des 1,2% attendus. Cela est notamment dû aux commandes de véhicules, qui ont augmenté de 8,6%.
  • La Fed devrait reprendre la hausse des taux : le compte rendu de la réunion des dirigeants de la banque centrale américaine au mois de juin vient d'être rendu public. Il apparaît clairement que "presque tous les membres" sont en faveur de nouvelles hausses des taux directeurs, après une brève pause le mois dernier. Selon la Fed, l'inflation n'est toujours pas pleinement maîtrisée.
  • Les taux en USD montent : en anticipation des hausses de taux à venir de la part de la Fed, les rendements des US Treasuries ont (encore) augmenté. Le Treasury à 2 ans s'échange désormais à plus de 5%. Mais, de façon plus surprenante, les taux à 10 et 30 ans dépassent aujourd'hui les 4%. Le marché s'attend à ce que l'inflation - et donc les taux - restent élevés pendant plus longtemps.
  • Le marché de l'emploi aux États-Unis est-il moins sous pression ? "Seulement" 209 000 emplois ont été créés au mois de juin, largement en dessous des attentes des spécialistes, ce qui pourrait être un signe que les efforts de la Fed pour combattre l'inflation commencent à porter leurs fruits.
  • L'immobilier de luxe à Dubai domine en 2023. Au 1er trimestre, 92 transactions ont été conclues pour des biens d'une valeur de plus de 10 millions de dollars, pour un total de transactions atteignant 1,7 milliard de dollars (selon l'agence immobilière Knight Frank). Dubai dépasse ainsi en valeur et en nombre de transactions les marchés immobiliers de Hong Kong, New York et Londres. Les acheteurs d'origine russe sont particulièrement nombreux sur ce segment de l'ultra-luxe.
  • Meta lance Threads, une application de messagerie en concurrence directe avec Twitter. Des dizaines de millions d'utilisateurs s'inscrivent dès son lancement. Twitter, ainsi que son propriétaire emblématique Elon Musk, menacent d'attaquer Meta et son non moins emblématique fondateur Mark Zuckerberg.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

3 juillet 2023

La semaine passée

  • Tensions violentes en France : après qu'un jeune homme ait été abattu par un policier, des bandes de jeunes casseurs s'attaquent à la police, dégradent le mobilier public, incendient des véhicules et des bâtiments, et pillent des magasins dans de nombreuses villes en France.
  • L'inflation tombe en Europe : elle s'établit à 5,5 % pour le mois de juin, contre 6,1 % enregistré en mai. En revanche, l'inflation sous-jacente, qui exclut l'évolution des prix de l'énergie et des aliments, augmente légèrement de 5,3 % à 5,4 %. La Banque Centrale Européenne estime toujours que le combat contre l'inflation n'est pas terminé, alertant ainsi les marchés que de nouvelles hausses des taux directeurs sont à anticiper.
  • Un premier semestre en forte hausse pour les marchés actions, notamment aux États-Unis. L'indice S&P 500 s'est adjugé 16 % depuis le début de l'année, et le NASDAQ a augmenté de 32 % (sa plus forte hausse depuis 1984). Cette hausse est notamment le résultat de la performance des actions des mastodontes de la tech : Apple, Amazon, Alphabet, Meta, Microsoft, Nvidia et Tesla. En Europe, le CAC 40 en France et le Dax allemand ont augmenté de 14 % et 16 % respectivement. Mais le Footsie anglais n'a progressé que de 1 % sur la période.
  • Le renminbi à son plus bas depuis 7 ans par rapport au dollar américain. La combinaison du ralentissement de la croissance économique de la Chine, de la baisse des exportations et de l'attractivité du dollar américain (suite aux nombreuses hausses des taux directeurs aux États-Unis) pèse sur la devise chinoise.
  • L'inversion de la courbe des taux aux États-Unis s'accentue. Le rendement du Treasury à 2 ans a dépassé de plus de 1,00 % celui du Treasury à 10 ans. Statistiquement, une courbe des taux inversée est suivie d'une récession économique.
  • Apple vaut 3 000 milliards de dollars : le titre de la marque à la pomme a déjà augmenté de 46 % depuis le début de l'année. La plus grosse capitalisation boursière au monde dépasse la barre symbolique des 3 billions de dollars.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

26 juin 2023

La semaine passée

  • Tentative de coup en Russie : Le groupe Wagner marche sur Moscou, avant de replier chemin. Le chef de guerre Yevgheni Prigozhin quitte la Russie pour s'installer en Biélorussie, selon un accord négocié par le président de ce pays.
  • Le fonds souverain ADQ a exploré le rachat de Lazard, la prestigieuse banque d'affaires vieille de 175 ans. La holding souveraine d'Abu Dhabi et le management n'ont pas pu trouver un accord satisfaisant. L'action de Lazard est en baisse de 8% depuis le début de l'année, ce qui valorise la banque à 3,7 milliards de Dollars environ aujourd'hui.
  • L'inflation reste élevée au Royaume-Uni : elle s'établit à 8,7% en mai, bien plus haut que les estimations. En conséquence, la Banque d'Angleterre maintient sa politique de hausse des taux directeurs et les relève de 0,50% pour les porter à 5%, afin de poursuivre sa lutte contre l'inflation.
  • La Turquie revient aux fondamentaux. Alors que l'inflation s'est envolée, sous la direction du président Erdogan la banque centrale a tenté une politique monétaire originale : baisser radicalement les taux directeurs. Après sa récente réélection, et alors que le taux d'inflation atteint 85%, le président a installé une nouvelle équipe dirigeante à la banque centrale, qui adopte des méthodes plus traditionnelles. Elle vient de porter le taux directeur de 8,5% à 15% d'un coup (une hausse de 6,5%).
  • Biden accueille Modi en grande pompe : la visite d'État du premier ministre indien à Washington - qui s'est adressé aux deux chambres du Congres - souligne l'importance grandissante des liens commerciaux et stratégiques entre l'Inde et les États-Unis. Dans le même temps, les relations entre les USA et la Chine restent tendues, le président américain ayant décrit le premier ministre chinois Xi Jinping comme étant un "dictateur" au début de la semaine.
  • Le Bitcoin en forte hausse : la cryptodevise passe la barre des 30 000 US Dollars, ce qui représente une hausse de plus de 82% depuis le début de l'année.
  • Le sentiment moins optimiste des directeurs d'achats : en Europe, l'indice tombe de 52,8 le mois dernier à 50,3, indiquant une baisse de la confiance des directeurs d'achat. Un score inférieur à 50 indique une contraction de l'activité économique.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

19 juin 2023

La semaine passée

  • Silvio Berlusconi est mort, à 86 ans. Homme d'affaires, milliardaire et premier ministre d'Italie pendant 9 ans, il aura été un des personnages politiques les plus controversés de son temps, connu pour son flaire en affaires, mais aussi pour ses fêtes "bunga-bunga".
  • L'inflation baisse aux US : son taux annualisé tombe à 4% en mai, contre 4,9% en avril et largement en-dessous du pic de 9,1% atteint en juin dernier. La chute de l'inflation est moins prononcée lorsqu'on enlève les produits énergétiques et alimentaires. Comme attendu, la Fed a décidé de maintenir ses taux directeurs (après dix hausses consécutives).
  • La BCE relève ses taux directeurs de 0,25%, à 3,50%, comme attendu. La banque centrale de la zone euro estime que cela était nécessaire afin de poursuivre son combat contre l'inflation, aujourd'hui encore bien plus élevé que l'objectif de 2%. Alors que la Fed pause ses augmentations de taux, l'euro se renforce logiquement contre le US Dollar. Le taux de change atteint 1,10 $ pour 1 €.
  • L'IA très en vogue : le domaine de l'intelligence artificielle est très convoité par les investisseurs spécialisés en capital risque. Ainsi, la start-up Mistral, créée par trois chercheurs français, anciens de Meta et de Google, lève 105 millions d'euros auprès de Lightspeed Venture Partners (un des premiers investisseurs dans Snapchat), Eric Schmitt (ex-PDG de Google), le milliardaire Xavier Niel et Bpifrance. Elle est ainsi valorisée à 240 millions d'euros ... 4 semaines après sa création.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

12 juin 2023

La semaine passée

  • Apple au plus haut. Le cours de son action, en hausse de 47% depuis le début de l'année, à brièvement atteint 184,36 Dollars, un nouveau record, correspondant à une valorisation boursière de 2,9 trilliard de Dollars. La firme vient de dévoiler son casque de réalité virtuelle, disponible en magasin à partir de 2024.
  • Le Qatar soumet son offre "finale" pour Manchester United : Sheikh Jassim bin Hamad Al-Thani a soumis ce qu'il décrit comme sa dernière offre pour le club de foot. Elle serait largement supérieure à la valorisation boursière du club, qui se situe aujourd'hui à 3 milliards de Dollars environ.
  • Golden Goose en bourse ? La société d'investissement Permira, son propriétaire, réfléchirait à vendre le fabricant de baskets très tendance ou à introduire la société en bourse, pour une valorisation d'environ 2,5 milliards d'euros.
  • L'ex-président Trump inculpé : il est accusé d'avoir ramené de nombreux documents classés secrets défense à son domicile. Comme à son habitude, l'accusé y voit une grande machination politique visant à nuire à ses efforts de réélection.
  • C'est officiel, nous sommes dans un marché "bull" : L'indice S&P500 s'est apprécié de 0,6% jeudi dernier pour atteindre 4 294 points, ce qui représente un accroissement de 20% par rapport au point bas atteint en octobre dernier. Le franchissement de ce cap permet de caractériser un marché comme étant "bull" (le taureau étant associé à un marché haussier). La hausse fut notamment propulsée par les entreprises de la tech, les contributions de Tesla et du fabricant de puces Nvidia étant particulièrement remarquables.
  • Weekend sportif : Manchester City gagne la ligue des champions pour la 1ère fois de son histoire. À Roland Garros, Iga Swiatek, chez les femmes, et Novak Djokovic, chez les hommes, gagnent le tournoi. Le Serbe est de nouveau classé 1er joueur mondial et gagne ainsi son 23ème Grand Chelem, un de plus de Rafaël Nadal.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

5 juin 2023

La semaine passée

  • Nvidia passe la barre, et rejoint le club très fermé des sociétés cotées qui valent plus de 1000 milliards de Dollars (Apple, Alphabet, Microsoft,...) . Le cours de son action s'est accru de plus de 180% depuis le début de l'année, alors que son PDG ne cesse de faire part de la demande explosive pour les microprocesseurs que sa société fabrique.
  • L'inflation poursuit sa baisse en Europe. En France, elle tombe à 5,1% en mai, vs 5,9% en avril selon l'INSEE. En Allemagne, elle baisse de 7,6% en avril à 6,3% en mai. Ce ralentissement stimule les espoirs que la BCE pourrait prochainement modifier sa politique monétaire de hausse des taux.
  • Le marché de l'emploi tendu aux US : 339 000 nouveaux jobs ont été créés en mai (alors que seulement 195 000 recrutements étaient attendus). Par ailleurs, le nombre d'offre d'emplois reste élevé à 9,38 million. Ces statistiques soulignent la robustesse de l'économie américaine, et la pression qui pourrait se maintenir sur les salaires. L'annonce fait craindre que la Federal Reserve doive combattre les pressions inflationnistes pendant encore un temps, et poursuive sa politique de hausse des taux directeurs.
  • Le plafond de la dette américaine relevé in extremis : 4 jours avant que les caisses des États-Unis soient vides, un accord a été trouvé entre Républicains et Démocrates pour relever le plafond de la dette du pays.
  • S&P maintient la note de la France. Contrairement à sa consoeur Fitch, l'agence de notation Standard & Poor's a maintenu sa note de double-A pour la France. elle maintient aussi sa perspective "négative".
  • Plus de Français à Roland Garros : les 28 joueurs français qualifiés pour le tournoi ont été éliminés au 1er ou au 2nd tour.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

29 mai 2023

La semaine passée

  • Casino doit restructurer sa dette : le groupe, contrôlé par Jean-Charles Naouri a entamé une procédure de conciliation avec ses prêteurs. Croulant sous une dette de 6,4 milliards d'euros, dont plusieurs milliards sont dus en 2025, l'entreprise souhaite trouver une solution avec ses banques créditrices. Par ailleurs, le milliardaire Daniel Kretinsky, qui détient déjà 10% de Casino travaille sur une offre pour renflouer le groupe. Une offre concurrente pourrait venir de Teract, soutenue par les entrepreneurs Moez-Alexandre Zouari, Xavier Niel et Matthieu Pigasse.
  • Ron DeSantis, gouverneur de la Floride, se lance dans la bataille présidentielle et vise la nomination du parti républicain. Il annonce sur candidature sur Twitter, non sans quelques difficultés techniques. Parmi tous les candidats déclarés, l'ancien président Donald Trump est en tête des sondages.
  • Simply the best : Tina Turner, la reine du rock 'n roll, est décédée à 83 ans. Ses multiples tubes incluent "What's Love Got To Do With It", "Proud Mary", et "Private Dancer".
  • Fitch met les US sous surveillance : l'agence de notation a mise sa note AAA - la meilleure possible -attribuée aux États-Unis sous surveillance pour une possible révision à la baisse. En effet, le Trésor américain pourrait manquer de fonds pour honorer ses factures (dont les intérêts et le remboursement de sa dette) à partir de début juin, si aucun accord bi-partisan sur l'augmentation du plafond de la dette n'est trouvée.
  • L'Allemagne en récession : Destatis, l'agence statistique fédérale d'Allemagne a revu ses chiffres et constate que le PNB allemand a baissé de 0,3% au premier trimestre de 2023. Comme celui-ci avait décliné de 0,5% au dernier trimestre de l'année dernière, on peut parler de récession économique, définie par deux trimestres consécutifs de baisse d'activité.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

22 mai 2023

La semaine passée

  • Bashar El-Assad invité à la COP-28 : les Émirats Arabes Unis ont invité la président de la Syrie à participer au prochain sommet mondial sur le climat. Ce signal fort de réhabilitation du leader accusé de crimes de guerre causera sans doute de l'inconfort parmi les dirigeants des pays de l'Ouest.
  • L'inflation européenne en passe d'être maîtrisée ? L'indice des prix à la production en Allemagne chute. L'inflation Outre-Rhin est tombée à 4,1% en mai contre 6,7% en avril. L'indice boursier allemand, le DAX, poursuit sa hausse a atteint même un nouveau record à 16 290 points.
  • L'inter Milan et Man City en finale de la coupe d'Europe, après avoir battu le Milan AC et le Real Madrid en demi-finales. Le club Mancunien n'a jamais gagné ce tournoi.
  • Le PDG de Morgan Stanley sur le départ. James Gorman, à la tête de la banque d'investissement depuis 13 ans annonce vouloir quitter son poste dans les 12 mois à venir. Sous son ère, Morgan Stanley est aussi devenu un géant de la gestion d'actifs et le cours de son action a presque triplé.
  • TikTok interdit au Montana : le gouverneur a introduit une loi interdisant le réseau social aux citoyens de cet état à partir de janvier prochain afin de les protéger contre "la surveillance du parti communiste chinois". Il s'agit probablement du début de la prochaine bataille dans la Big Tech.
  • Deux Rembrandts découverts : après avoir passés plus de 200 ans dans une collection privée anglaise, deux portraits du maître néerlandais seront vendus aux enchères par Christie's, après que les experts du Rijksmuseum et de Christie's en aient confirmé l'authenticité. Le prix de vente est estimé à 5 à 8 millions de livres pour la paire.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

15 mai 2023

La semaine passée

  • L'inflation aux US baisse légèrement aux US et tombe à 4,9% au mois d'avril. Le président de la Fed, Jay Powell avait déjà déclaré la semaine dernière, que la banque centrale américaine, après avoir relevé les taux directeurs de 0,25% à 5% "se rapprochait et pourrait même en avoir fini avec le cycle de hausse des taux."
  • Ferrari vaut plus que Stellantis : la marque au cheval, qui ne fabrique "que" 13 000 bolides par an (contre 5,8 million de véhicules pour le groupe Stellantis), a vu son action grimper de 34% depuis le début de l'année. Séparé depuis 2015 de son parent Fiat - une des marques de Stellantis -, la capitalisation boursière de Ferrari dépasse désormais 49 milliards d'euros, soit plus de 1 milliard d'euros de plus que son ancien propriétaire.
  • Élections en Turquie : ni le leader de l'opposition, Kemal Kihçdaroglu, ni le président en place Recep Erdogan n'ont réussi à collecter plus de 50% des voix lors des élections présidentielles tenues le weekend dernier. Les Turques sont donc appelés à voter au second tour. Le président actuel, en place depuis 20 ans, a moins perdu en popularité qu'anticipé, malgré la grave crise économique que connait le pays.
  • Les consommateurs américains moins confiants : l'indice de l'Université de Michigan tombe à 57,7 au mois de May contre 63,5 en avril. Les consommateurs s'inquiètent notamment de l'approche du plafond de la dette, sans qu'il y ait un accord en vue entre les Républicains et les Démocrates pour l'augmenter.
  • Le risque de défaut des États-Unis se rapproche : les économistes estiment que le plafond actuel permet aux pays de se financer jusqu'au 1er juin. Après, le pays pourrait, en théorie, être en défaut de paiements, à mois que ses dirigeants trouvent un accord dans les semaines à venir (ou qu'une solution juridique alternative et innovante puisse être trouvée pour permettre au Trésor américain de continuer à s'endetter).
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

8 mai 2023

La semaine passée

  • La hausse des taux continue : pour poursuivre sa lutte contre l'inflation, la BCE augmente de 0,25% les taux directeurs et les porte à 3,75%. Sa présidente, Christine Lagarde, signale que le cycle de hausse n'est pas terminé. Aux US, la Fed en fait autant. Elle aura ainsi augmenté ses taux directeurs de plus de 5% en 14 mois.
  • Les banques régionales américaines restent sous pression : après la faillite de Silicon Valley Bank, la First Republic Bank a dû être rachetée à la casse par JP Morgan, après l'intervention du régulateur. Le secteur reste fragile et c'est maintenant la banque californienne PacWest qui est sous pression. Son titre a perdu 51% en quelques jours.
  • Les comptes à terme Cashbee Pro (encore) plus attractifs : notre partenaire bancaire My Money Bank augmente les intérêts qu'elle verse sur ses comptes à terme à destination des entreprises. À 12 mois elle versera désormais 4,10% !
  • Les très bons résultats d'Apple : au dernier trimestre, la marque à la pomme a vu ses ventes d'iPhone bondir pour dépasser 51 milliards de Dollars. Par ailleurs, 975 million de personnes utilisent une partie de ses Services (streaming de musique, usage d'iCloud, ...), un chiffre qui a quasiment doublé en 3 ans. Son action, qui a déjà progressé de plus de 30% depuis le début de l'année, prends 2%.
  • La fête à Naples : le club de la ville emporte la Série A et devient champion d'Italie, titre que le club n'avait pas gagné depuis 1990, à l'ère d'un certain Diego Maradona.
  • Vive le roi Charles. Il a été officiellement couronné, à l'âge de 74 ans.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

1 mai 2023

La semaine passée

  • Les fonctionnaires allemands ont obtenu une augmentation de salaire de 5,5% à partir de mars 2024, dans un contexte inflationniste.
  • LVMH franchi le cap des 500 milliards de Dollars de valorisation et est la seule entreprise européenne parmi les 10 plus grandes capitalisations boursières au monde, derrière Visa, devant Tesla.
  • First Republic a vu ses dépôts fondre de 100 milliards de Dollars en mars. Son action, qui avait déjà perdu 90% de sa valeur, chute de nouveau en bourse. Une intervention de la Fed n'est pas a exclure, si la banque régionale ne trouve pas un acquéreur rapidement. Cette nouvelle alerte fait tanguer les bourses du monde entier et affecte notamment le secteur bancaire aux US.
  • Les géants de la tech rassurent en annonçant de bons résultats. Meta, propriétaire de Facebook, Instagram et WhatsApp, impressionne en annonçant des revenus et un nombre d'utilisateurs en croissance. En outre, ces utilisateurs passent plus de temps sur les applications du groupe, notamment sur Instagram. Le cours de bourse de Meta bondit de 12%.
  • Les économies américaine et européen décélèrent : le PNB américain ne croît que de 1,1% au premier trimestre, contre +2,2% enregistré au dernier trimestre de 2022. Celui de la zone euro n'augmente que de 0,1% (vs 0,2% attendue) sous l'effet d'une stagnation de l'économie allemande notamment. La France fait légèrement mieux à +0,2%. L'augmentation des taux directeurs par les banques centrales freine la croissance économique.
  • Toulouse emporte la Coupe de France, en écrasant Nantes, 5 à 1.
  • Fitch rabaisse la notre de la France de AA à AA-, citant notamment le niveau d'endettement élevé du pays, et le manque de flexibilité dont dispose le président Macron pour faire appliquer son programme de réformes.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

24 avril 2023

La semaine passée

  • Le compte à vue rémunéré d'Apple verse 4,15%. En partenariat avec Goldman Sachs, Apple vient ainsi directement concurrencer les grandes banques américaines dans le domaine des dépôts. Le taux d'intérêt proposé est 10 fois supérieur à la moyenne aux US.
  • L'économie chinoise (re-)décolle et enregistre une croissance de +4,5% (taux annualisé) au 1er trimestre.
  • Une partie de N26 à vendre : l'assureur Allianz, qui détient environ 5% de la néo-banque a mis sa participation en vente à un prix qui valorise N26 à 3 milliards de Dollars, soir 68% de moins que celle à laquelle la fintech allemande avait effectué sa dernière levée de fonds en octobre 2021. Au prix proposé, Allianz triplerait néanmoins sa mise.
  • Cashbee passe la barre des 10 000 clients. Un grand merci à ceux qui nous font confiance. N'hésitez pas à parler de notre appli d'épargne autour de vous !
  • L'activité économique soutenue en zone euro : en avril, l'indice des directeurs d'achat augmente pour le 6ème mois consécutif et atteint 54,4, ce qui dénote une croissance de l'activité économique. Un signe de plus qui poussera probablement la BCE à augmenter de nouveau ses taux directeurs au début du mois de mai.
  • Les régulateurs américains resserrent la vis sur des entités non-financières dont la faillite pourrait avoir des impacts plus larges sur le système financier. Des grands gérants d'actifs et sociétés d'assurances tomberaient ainsi sous la supervision des régulateurs, afin de minimiser le risque de crise financière.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

17 avril 2023

La semaine passée

  • L'inflation contradictoire aux US : elle baisse au mois de mars et tombe à 5% contre 6% en février. Mais l'inflation sous-jacente, excluant les dépenses énergétiques et alimentaires, monte à 5,6%, ce qui suggère que la pression sur le prix de certains biens et services reste élevée. Cela ne facilitera pas la tâche de la Fed, qui doit décider de remonter les taux directeurs (ou pas !) en mai.
  • Le Conseil Constitutionnel a validé (en très grande partie) la loi sur les retraites, qui a été promulguée dans la foulée. Les protestations continuent.
  • Retour au bureau : le télétravail c'est fini ... pour les Managing Directeurs de JP Morgan, la méga-banque américaine. Les banquiers "senior" sont sommés de passer leur temps au bureau, car les leaders sont là pour "transmettre leur savoir, renforcer la culture de la banque et doivent être disponible pour des rendez-vous impromptus et du feedback immédiat".
  • Les exportations chinoises rebondissent : +14,8% en mars (vs -7% attendu). Les importations n'ont baissé que de 1,4% (vs -5% attendu). Du coup, le pays réalise un excédent commercial de plus de 88 milliards de Dollars.
  • Excellents résultats trimestriels des grandes banques américaines : JP Morgan, Citigroup et Wells Fargo annoncent des résultats trimestriels meilleurs qu'anticipé. Les grands groupes bancaires bénéficient notamment de la crise de confiance envers des acteurs de taille plus modeste, suite à la faillite de la Silicon Valley Bank. Les clients transfèrent en masse les liquidités auparavant déposées dans des banques régionales.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

10 avril 2023

La semaine passée

  • Trump, accusé, plaidera non-coupable aux 34 accusations pour falsification de documents comptables, portées à son encontre par le procureur du district de Manhattan. Sa cote de popularité décolle parmi les Républicains
  • Les intérêts en forte hausse sur les Comptes à Terme Cashbee : la banque partenaire de Cashbee, My Money Bank, relève les taux d'intérêt sur ses Comptes à Terme à destination des entreprises. Les taux à 6 et à 12 mois passent ainsi de 2,60% à 3,00% et de 3,10% à 3,60% respectivement. Il a rarement été aussi attractif de faire travailler sa trésorerie d'entreprise.
  • L'Oréal achète Aesop pour 2,5 milliards de Dollars. Certes, Aesop n'a réalisé "que" 530 millions de Dollars de ventes en 2022, mais ce chiffre augmente de 20% par an (avant que L'Oréal ne mette ses moyens pour accélérer cette croissance), en générant des marges brutes de l'ordre de 87%.
  • L'économie américaine crée moins d'emplois : elle en avait créé 362k en février, et 472k en janvier. En mars ce chiffre tombe à 236 000. Les mesures de lutte contre l'inflation commencent à porter leurs fruits aux US. La Fed pourrait donc ralentir le rythme de hausse de taux directeurs.
  • Le prix du pétrole décolle de 8% pour dépasser les 80 US Dollars par baril suite à la décision de l'Organisation des Pays Producteur de Pétrole de réduire la production de l'or noir d'un million de barils par jour.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

3 avril 2023

La semaine passée

  • Stabilité bancaire retrouvée ? La Silicon Valley Bank, dont la mise sous tutelle avait déclenchée de grandes turbulences dans le secteur bancaire à travers le monde, a été racheté par la banque First Citizens. Après le rachat en urgence de Crédit Suisse par son rivale UBS, les acquisitions des banques faibles par des concurrentes plus fortes favorisent le retour de la confiance des investisseurs dans le secteur.
  • Manifestations en France : les protestations contre la réforme des retraites continuent, avec une nouvelle journée de grève nationale. Le nombre de manifestants est en baisse par rapport aux manifestations record de la semaine précédente.
  • Alibaba se scinde en 6 et décolle en bourse, le titre prend 15% à l'annonce. Les investisseurs anticipent que chaque unité pourrait être cotée en bourse séparément, ce qui conduirait à une valorisation totale plus importante du groupe. Par ailleurs, Jack Ma, le fondateur d'Alibaba est réapparu officiellement en Chine depuis de longues années d'absence.
  • UBS change de PDG. Une dizaine de jours seulement après avoir annoncé l'acquisition à prix cassé de son rivale Crédit Suisse, la banque rappelle Sergio Ermotti, qui fut son PDG pendant 10 ans jusqu'en 2020, pour reprendre les reines de l'institution et diriger le processus d'intégration - sans doute très complexe - des deux mastodontes. Le PDG actuel, Ralph Hamers, est écarté.
  • L'inflation en Europe baisse ? En mars, elle tombe à 6,9% pour la zone euro contre 8,5% en février. Malheureusement, l'inflation sous-jacente, qui n'inclut pas les dépenses énergétiques et alimentaires, s'est accrue pour atteindre 5,7%, un record.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

27 mars 2023

La semaine passée

  • Réforme des retraites adoptée ... au 49.3. Les motions de censure n'obtiennent pas la majorité requise, à 6 votes près. Le président Macron renouvelle sa confiance en son Premier Ministre, la mobilisation des opposants à la réforme reste forte. Les manifestations prennent une tournure plus violente.
  • La Fed continue d'augmenter les taux directeurs, et les augmente de 0,25%, malgré les récentes faillites de plusieurs banques de taille moyenne (dont la Silicon Valley Bank). Elle signale néanmoins que son cycle de hausse pourrait bientôt toucher à sa fin.
  • L'acquisition forcée de Crédit Suisse par UBS : l'acquisition urgente et orchestré par les pouvoirs publics semble avoir eu l'effet désiré, en évitant une ruée aux guichets en Suisse. Mais la décision des autorités d'imposer des pertes aux détenteurs d'obligations en capital hybride (dont la valeur a été réduite à zéro) alors que les actionnaires de la banque reçoivent tout de même 3 milliards de francs suisses crée la consternation parmi les investisseurs obligataires, qui menacent d'attaquer les autorités suisses en justice.
  • La stabilité retrouvée du secteur bancaire reste fragile : sans raison apparente, les investisseurs s'attaquent à la Deutsche Bank, le première banque allemande. Le coût pour s'assurer contre un défaut de la banque (mesuré par le coût de son Credit Default Swap) explose, se qui pèse sur son cours de bourse. Le titre perd 20% en bourse avant de rebondir un peu.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

20 mars 2023

La semaine passée

  • Volatilité extrême dans le secteur bancaire : après la mise sous tutelle de plusieurs banques régionales aux US, dont notamment la Silicon Valley Bank, la méfiance vis-à-vis des banques s'est propagée à travers le monde. Le mastodonte HSBC en profite pour acheter la filiale britannique de SVB pour ... une livre symbolique.
  • Crédit Suisse racheté en urgence et à prix cassé : son actionnaire de référence, la Saudi National Bank déclare ne pas vouloir soutenir la banque en cas de besoin, précipitant la chute du cours de l'action, qui touche 1,56 francs suisses (une baisse de plus de 35% cette année, et de plus de 80% en deux ans) mercredi dernier. La banque centrale helvétique intervient, met 50 milliards de francs suisses à disposition, et l'action CS rebondit de plus de 30% le lendemain... pour re-baisser ensuite, car la fuite des dépôts persiste. Après une weekend de négociations frénétiques, et sous pression de la banque centrale et le gouvernement helvétiques, UBS, la plus grande banque suisse, achète Crédit Suisse pour 3 milliards de francs suisses, soit à peu près le tiers de sa valeur boursière à la clôture vendredi.
  • La BCE augmente les taux directeurs de 0,50%, comme elle avait signalé de la faire, afin de continuer à combattre l'inflation et malgré les perturbations dans le secteur bancaire.
  • 49.3 : craignant ne pas pouvoir obtenir les votes nécessaires, c'est par ce biais que le gouvernement souhaite adopter la réforme des retraites. Le mouvement social persiste / s'amplifie.
  • L'inflation tombe un peu aux US : elle était de 6% sur une base annualisée en février vs. 6,4% en janvier. La persistance de l'inflation milite pour une nouvelle augmentation des taux directeurs par la Fed. Mais la fébrilité du secteur bancaire pourrait peser dans les délibérations et compliquent la tâche de la banque centrale.
  • L'ovni Haaland : à seulement 22 ans, l'attaquant de Manchester City entre dans les 20 meilleurs buteurs de l'histoire en Champions League, avec 33 buts en 25 matchs. Faut dire qu'il a réalisé un quintuplet contre Leipzig.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

13 mars 2023

La semaine passée

  • L'effondrement éclair de la Silicon Valley Bank, placée sous tutelle, fait trembler le monde bancaire. Les investisseurs dans le secteur se demandent si d'autres institutions pourraient connaître les mêmes faiblesses que la SVB, dont le portefeuille d'investissement en obligations d'état américains avait perdu beaucoup de valeur (à cause de la hausse des taux), au même moment où des retraits importants ont obligé la banque à liquider ses placements.
  • La Fed cherche à faire peur. Son président, Jay Powell, signale qu'il n'hésitera pas de revenir à des hausses des taux directeurs plus importantes que +0,25% si l'inflation persiste à ses niveaux actuels. Les indices boursiers américains baissent, le US Dollar rebondit. Par ailleurs, ces commentaires poussent le rendement sur le Treasury à 2 ans au-dessus de 5% (une première depuis 2007), renforçant ainsi l'inversion de la courbe des taux aux US : le rendement de l'obligation d'état à 2 ans dépasse de plus de 1% celui à 10 ans.
  • Le job de la Fed n'est pas simple. En février, l'économie américaine a créé 311 000 emplois, plus que les 225 000 créations d'emploi attendues. Mais dans le même temps, le taux de chômage s'est légèrement accru pour atteindre 3,6% et les salaires n'augmentent que de 0,2%. Alors, augmenter les taux directeurs ? Sans doute, mais de combien ?
  • Une amitié retrouvée avec le Royaume-Uni ? Le président Macron a reçu le premier ministre Sunak pour le premier sommet franco-britannique depuis 5 ans, durant lesquels le désaccord sur le traitement des migrants a causé des tensions palpables.
  • Victoire historique de la France sur l'Angleterre qui bat le XV de la Rose 53 - 10 à Twickenham, dans le tournoi des six nations.
  • Crédit Suisse au plus bas : le cours de son action a touché 2,51 Francs Suisses seulement, en baisse de plus de 12% depuis le début de l'année, après que la SEC (les autorités de marché aux US) ait demandé à la banque de retarder la publication de ses résultats annuels.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

6 mars 2023

La semaine passée

  • L'inflation rebondit en France et en Espagne, où elle atteint 7,2% et 6,2% en février, contre 7% et 5,9% en janvier respectivement. Un revirement de la tendance qui fait chuter immédiatement les marchés actions, les investisseurs craignant que la BCE devra augmenter ses taux directeurs plus fortement et pendant plus longtemps, afin de faire de combattre l'inflation.
  • Par conséquent, l'inflation baisse moins vite en Europe : pour la zone Euro, l'inflation en février s'affiche à 8,5%, en très légère baisse par rapport au 8,6% enregistré en janvier, et bien plus haut que le 8,2% attendu.
  • Record immobilier à Londres ? Une gigantesque villa, avec 4 hectares de terrain, situé dans le prestigieux Regent's Park à Londres est à vendre, après que ses propriétaires Saoudiens n'aient pas remboursé l'emprunt immobilier. La bicoque pourrait attirer des offres autour de 250 millions de livres, ce qui en ferait la maison la plus chère du Royaume-Uni.
  • Taux d'intérêt élevés aux US : les investisseurs craignent que la Fed continuera de serrer la visse, en augmentant les taux directeurs plus qu'anticipé. Cela s'est ressenti sur le marché obligataire, où le taux sur la dette étatique à deux ans a frôlé les 5% et où le rendement des US Treasuries à 10 ans dépasse les 4%.
  • La Chine rebondit : l'indice des directeurs d'achat ressort à 52,6 en février, en forte hausse sur le 50,1 enregistré en janvier. Tout chiffre au-dessus de 50 indique une expansion économique.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

27 février 2023

La semaine passée

  • L'activité en Europe rebondit : l'indice qui mesure l'activité de fabrication de biens et de services auprès des directeurs d'achat est ressortie à 52,3 pour le mois de janvier, en hausse par rapport au 50,2 enregistré en décembre et bien au-delà des attentes. Un niveau supérieur à 50 de cet indice signifie une hausse de l'activité. Cette résilience fait craindre une pression sur les prix et sur le coût de la main d'oeuvre. Par ricochet, cela pourrait conduire la Banque Centrale Européenne à maintenir sa politique monétaire restrictive actuelle, marquée par des hausses de taux.
  • McKinsey réduit ses effectifs : la société de conseil, connue en France pour les missions effectuées pour le gouvernement, se sépare de 2 000 employés. Faut dire que l'entreprise avait renforcé ses équipes de 17 000 personnes en 5 ans, pour atteindre un effectif total de 45 000 employés.
  • Et si les banques centrales avaient raison ? Les marchés actions avaient commencé l'année en trombe et semblaient ignorer les discours pourtant clairs et répétés des banques centrales. Celles-ci soulignaient la résilience des économies, conduisant à une tension sur les prix qui rend leur lutte contre l'inflation plus complexe. Et qui leur obligera probablement de poursuivre leurs politiques de hausse des taux directeurs pendant plus longtemps. La semaine dernière, ils semblerait que les investisseurs ont (enfin) entendu le message. Le S&P 500 termine en baisse de 2,7%, l'indice Nasdaq recule de 3,3% sur la semaine.
  • David Bowie, don exceptionnel : la succession du chanteur a fait don d'environ 80 000 objets personnel de l'artiste au Victoria & Albert Museum. Le musée recevra ainsi de nombreux costumes, instruments de musique, partitions et écrits personnels de l'icône du rock, décédé en 2016. La valeur du don est inestimable.
  • Les ventes d'Alibaba augmentent au dernier trimestre de 2022. Le géant du e-commerce annonce des ventes en hausse de 2%, lui permettant de réaliser des profits trimestriels de 50 milliards de Renminbi (soit plus de 7 milliards de Dollars), en hausse de 12%.
  • La guerre en Ukraine a un an. À cette occasion, le président ukrainien Zelensky a reçu plusieurs chefs d'État à Kiev, dont le président américain Biden. Tous réitèrent leurs soutien, alors que l'armée russe semble préparer une offensive au printemps.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

20 février 2023

La semaine passée

  • L'inflation baisse à peine aux US : de 6,5% en décembre, l'inflation tombe à 6,4% en janvier, alors que les experts s'attendaient à 6,2%. Sur le même thème, les ventes au détail augmentent de 3,0% en janvier, bien plus que les 1,8% attendu. Ce qui souligne la robustesse de la demande des consommateurs et de l'économie américaine. En conséquence, la Fed signale qu'elle maintiendra une politique monétaire restrictive tant que sa bataille contre l'inflation n'est pas gagnée.
  • Airbnb déclare ses premiers bénéfices annuels : la plateforme bénéficie du rebond du tourisme international. Après une perte de 353 millions de Dollars en 2021, elle enregistre des bénéfices annuels de 1,9 milliards de Dollars en 2022.
  • La bourse rebondit en Turquie: après une semaine de fermeture suite au tremblement de terre dévastateur, l'indice Bist de la bourse d'Istanbul s'adjuge 9,9%. Cette forte hausse fut notamment stimulée par le gouvernement, en imposant aux fonds de pension publics d'accroître significativement leurs expositions aux actions.
  • Mais où est donc Bao Fan ? Le fondateur et PDG de la banque d'investissement China Renaissance a disparu, ce qui fait craindre qu'il fasse l'objet d'investigations de la part du gouvernement. L'action de la banque s'écroule de 50% avant de rebondir pour finir la journée en baisse de 28%.
  • Le patron de la Banque Mondiale partira de façon anticipée. David Malpass, nommé par le président Trump, a annoncé vouloir partir avec un an d'avance sur la fin de son mandat. Sa position était devenue difficilement tenable, après qu'il ait exprimé des doutes au sujet du réchauffement climatique.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

13 février 2023

La semaine passée

  • Marchés actions en baisse : les banques centrales ont clairement signalé qu'elles préserveront les taux directeurs à des niveaux élevés tant que l'inflation ne sera pas fermement sous contrôle. Ce qui risque de durer plus longtemps que certains investisseurs ont anticipé. Par ailleurs, les résultats financiers de plusieurs entreprises cotées ont déçu. En conséquence, les marchés actions ont rendu une partie de la hausse enregistrée depuis le début de l'année. Le Dow Jones, le S&P500 et le Nasdaq ont perdu 0,2%, 1,1% et 2,4% respectivement.
  • Uber domine : la plateforme annonce avoir dépassé les 2 milliards de courses au dernier trimestre de l'année dernière pour la 1ère fois de son histoire. Cela correspond à presque 1 millions de courses par heure.
  • Tremblement de terre dévastateur en Turquie et en Syrie : le séisme cause des dizaines de milliers de morts. La bourse d'Istanbul s'effondre de 16% avant que les autorités stoppent le trading (une première depuis 1999).
  • L'inflation tombe en Allemagne de 9,6% en décembre à 9,2% en janvier. Si la tendance est positive, il n'en reste pas moins qu'elle est toujours à des niveaux historiquement élevés, et loin des 2% visés par la Banque Centrale Européenne.
  • Crédit Suisse annonce des pertes record et une restructuration profonde de ses activités. La banque helvétique a perdu 1,4 milliard de francs suisses au dernier trimestre 2022, et 7,3 milliards de francs suisses sur l'année. Elle compte réduire son effectif de 9 000 personnes (sur un total de 52 000) et sépare son activité de banque d'investissement, dans le cadre d'une restructuration fondamentale. Le cours de son action tombe à l'annonce et est en baisse de plus de 60% sur un an.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

6 février 2023

La semaine passée

  • Inflation, le verre à moitié plein ... et à moitié vide : en janvier, pour la zone euro, l'inflation est ressortie à 8,5%, en baisse par rapport aux attentes (9%) et au mois dernier (9,2%). Mais l'inflation sous-jacente, corrigée du coût de l'énergie et des aliments, n'a pas diminuée et reste à 5,2%. Or la Banque Centrale Européenne surveille les deux mesures et la persistance à un niveau historiquement élevé de la seconde pèsera dans la balance et pourrait conduire la BCE à maintenir sa politique de hausse des taux directeurs.
  • La Fed modère, alors que la BCE et la Banque d'Angleterre maintiennent le rythme : comme anticipé, la banque centrale américaine a augmenté les taux directeurs "que" de 0,25%, de 4,50% à 4,75%, alors que ses consoeurs Outre-Atlantique augmentent leurs taux directeurs de 0,50%, en ligne avec les anticipations des marchés. Notons que le ton employé par le président de la Fed, Jay Powell, était bien plus optimiste que celui de Christine Lagarde, la présidente de la BCE.
  • Revenus trimestriels en baisse chez Apple pour la première fois depuis trois an et demi. La conséquence de la disruption des chaînes d'approvisionnement, notamment en Chine, causant des délais de livraison d'iPhones durant la période de Noël. La firme à la pomme a tout de même généré 30 milliards de Dollars de profits. Ce chiffre étant en dessous des attentes, l'action tombe de 3%.
  • Chez Google, les revenus publicitaires sont en baisse de 4%. Les résultats financiers de la firme déçoivent, le programme de réduction des coûts est perçu comme insuffisant, malgré l'élimination de 12000 postes. L'action perd 4%.
  • Crise financière du groupe Adani : le conglomérat indien, contrôlé par le milliardaire Gautam Adani, a vu les cours de bourse de ses dix entités côtés chuter, à la suite d'allégations de faiblesses financières de l'investisseur activiste Hindenburg Research. En cumulé, les baisses des valorisations boursières s'élève à plus de 100 milliards de Dollars. Une augmentation de capital en cours de 2,4 milliards de Dollars a été annulée.
  • L'économie américaine créatrice d'emplois : au mois de décembre plus de 500 000 jobs ont été créés aux US, là où les spécialistes ne s'attendaient qu'à 185 000. Le taux de chômage tombe à 3,4%, son plus bas niveau depuis 54 ans. Le marché action chute à cette annonce, car la robustesse de l'économie pourrait inciter la Fed de maintenir sa politique de hausse de taux pendant plus longtemps.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

30 janvier 2023

La semaine passée

  • Le patron de Microsoft prudent : l'annonce des résultats annuels de Microsoft avait de quoi rassurer. Les revenus générés notamment par Azure, la filiale spécialisée dans le stockage de données dans le cloud ont progressé de +38% au dernier trimestre. Mais le PDG a tempéré l'enthousiasme des investisseurs en projetant des revenus autour de 51 milliards de Dollars pour le trimestre en cours, soit 1,5 milliard de Dollars en-dessous des attentes du marché. En parallèle, Microsoft parie gros sur l'intelligence artificielle, en investissant dans OpenAI, le fournisseur de ChatGPT bot.
  • Excellente semaine pour les actions américaines : le département du commerce a annoncé que le Produit National Brut des États-Unis avait augmenté de 2,9% au dernier trimestre de l'année dernière (mieux que le 2,6% attendu). Par ailleurs l'indice des prix à la consommation, hors énergie et aliments, n'a augmenté "que" de 4,4%. Ces indicateurs font grandir l'espoir que la Federal Reserve peut réussir de faire atterrir l'économie américaine en douceur (le "soft landing") et éviter une récession. Les principaux marchés actions ont fini la semaine en hausse, le Nasdaq grimpant de 4,3%, alors que le S&P 500 s'adjuge 2,4% et le Dow Jones augmente de 1,8%.
  • Tesla rassure et rebondit : le fabricant de voitures électriques annonce un résultat trimestriel record. Par ailleurs, elle espère livrer 2 millions de véhicules en 2023, en réponse à une demande qui continue de croître. Les observations rassurantes de la part d'Elon Musk, son PDG emblématique, font décoller le cours de l'action qui gagne 11% le jour de ces annonces et plus de 33% en une semaine.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

23 janvier 2023

La semaine passée

  • La population chinoise baisse : pour la 1ère fois en 60 ans, en 2022, le nombre de Chinois a diminué. La population s'est réduite de 850 000 personnes pour tomber à 1,41175 milliard de personnes, selon le bureau des statistiques. Ce déclin en tendance (depuis l'introduction de la politique d'un enfant par foyer en 1980) a été accéléré par la politique zéro-COVID. Elle a poussé un grand nombre de couples de retarder ou changer leurs projets familiaux. Cette baisse aura des conséquences importantes pour l'économie chinoise et mondiale, la population chinoise constituant une source importante de labeur et de demande. Les Nations Unies estiment que la population indienne dépassera celle de la Chine en 2023.
  • Lagarde persiste et signe : au forum économique mondial, à Davos, la présidente de la Banque Centrale Européenne déclare qu'elle "gardera le cap" et maintiendra des taux directeurs élevés, afin de ramener l'inflation à son niveau cible de 2%. En réaction à ce qui pourrait signaler une environnement de taux élevés pour plus longtemps, les marchés actions baissent.
  • Le Bitcoin reprend des couleurs : la cryptodevise s'est apprécié de pas loin de 30% en quelques semaines, d'un cours d'environ 17 000 Dollars à environ 21 000 Dollars. Les spécialistes expliquent cette hausse par un regain d'intérêt pour les actifs risqués. Aux cours actuels, nous sommes loin des 70 000 dollars que le cours du bitcoin avait atteint en novembre 2021. Par ailleurs, ce rebond pourrait être fragile, dans le contexte de la mise en liquidation successive de plusieurs (très) gros acteurs, dont la plateforme de trading FTX. Dernière en date, Genesis, un des plus gros prêteurs de crypto-devises vient d'ailleurs de se mettre en faillite. La plateforme doit 3 milliards de Dollars à ses créditeurs et clients.
  • Netflix rebondit en bourse : les résultats trimestriels ont été favorablement accueillis, notamment le fait que les services de streaming ont gagné 7,7 million de nouveaux clients. Après avoir perdu près du tiers de sa valorisation boursière l'année dernière, le cours de l'action prends 8%. 25 ans après avoir créé Netflix, Reed Hastings en profite pour quitter ses fonctions de PDG, afin de se focaliser sur ses activités philanthropiques.
  • Google réduit ses effectifs : la firme se sépare de 12 000 employés, soit de 6% de son staff, en réponse au ralentissement de l'économie. À l'annonce, son action augmente de 5%.
  • Première journée de mobilisation sociale en France : entre 1 et 2 millions de personnes ont manifesté contre la réforme des retraites, proposée par le gouvernement, qui rallongerait notamment l'âge de départ à la retraite à 64 ans. Le mouvement de contestation pourrait se durcir dans les semaines à venir.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

16 janvier 2023

La semaine passée

  • La crypto-sphère réduit ses effectifs : la plateforme Coinbase annonce réduire ses effectifs de 25%. La semaine précédente, son concurrent Huobi avait annoncé se séparer de 30% de ses employés, alors que la banque Silvergate, très largement dédiée aux acteurs de la crypto-sphère vire 40% de ses collaborateurs. L'effondrement de FTX pèsent sur les volumes d'échanges et font craindre des interventions plus appuyées des régulateurs.
  • Les prix immobiliers augmentent moins vite dans la zone euro : au 3ème trimestre de 2022, les prix de l'immobilier n'ont cru que de 6,8% sur une base annualisée (vs. 9,2% au 2nd trimestre). Les emprunts immobiliers se renchérissent avec la montée des taux et cela commence à peser sur le marché immobilier.
  • Goldman Sachs réduit ses effectifs : après une année difficile et dans un contexte ou le nombre de fusions et acquisitions sont en baisse, la prestigieuse banque d'affaires cherche à réduire ses coûts et se sépare de plus de 3000 employés, soit 6,3% du personnel.
  • L'inflation continue de baisser aux US : les prix à la consommation n'ont augmenté "que" de 6,5% (sur une base annualisée) en décembre dernier, ce qui constitue le 6ème mois consécutif de baisse, après un plus haut enregistré en juin dernier à +9,1%. Par conséquent, les spécialistes commencent à se demander si la Fed continuera d'augmenter les taux directeurs par coup de 0,50%, ou si elle réduira ses hausses futures à 0,25%.
  • La Banque Mondiale se méfie d'une récession globale : elle révise ses anticipations pour la croissance économique mondiale de 3,0% à 1,7% pour 2023 et souligne le risque de récession, dans un scénario adverse.
  • Les résultats des grandes banques rassurent aux US : même si le patron de JP Morgan s'est montré prudent sur le futur, les résultats trimestriels de sa banque, ainsi que ceux de Bank of America et Citigroup, ont rassuré les marchés.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

Briefing Cashbee du 9 janvier 2023

La semaine passée

  • L'inflation française (et allemande) en baisse : en France, elle a atteint 6,7% en décembre, alors que les spécialistes s'attendaient à 7,3%. L'inflation est donc en baisse par rapport à novembre, où elle avait atteint 7,1%. En Allemagne, l'observation est similaire. En décembre, l'inflation y a été observée à 9,6% contre 11,3% en novembre. Les économistes s'attendaient à 10,7%. Deux signaux positifs pour la Banque Centrale Européenne. Mais comme l'inflation sous-jacente (celle qui exclue l'énergie et les produits alimentaires) continue de grimper, la BCE continuera selon toute probabilité de remonter les taux directeurs en février et en mars.
  • SBF plaidera non coupable : le procès de Sam Bankman-Fried, le fondateur de la plateforme de trading de crypto-devises FTX, aujourd'hui en liquidation, commencera le 2 octobre prochain aux US. L'intéressé plaidera non-coupable aux accusations de fraude.
  • Apple ne vaut "plus que" 2 trilliard de Dollars : la plus grosse entreprise au monde a perdu plus de mille milliard de Dollars de valorisation boursière. Ayant atteint une valorisation de plus de 3000 milliards de Dollars en janvier 2022, elle ne vaut plus "que" 2000 milliards de Dollars. Les investisseurs craignent que la marque à la pomme rencontre d'importantes difficultés d'approvisionnement, notamment de la part de ses fournisseurs de composants basés en Chine.
  • Réduction d'effectifs dans la tech : au tour de Salesforce et d'Amazon d'annoncer le départ forcé de 8 000 et de 18 000 employés respectivement. Le secteur avait trop recruté pendant les périodes de confinement et de nombreux acteurs réduisent leurs effectifs dans le cadre d'un ralentissent de l'économie mondiale.
  • La création d'emploi en baisse aux US : en décembre, l'économie américaine n'a créé "que" 223 000 emplois, le 5ème mois consécutif où ce chiffre est en baisse. Ce qui démontre que la hausse des taux pèse sur la croissance économique. En effet, le chiffre de décembre est à comparer avec les 714 000 emplois créés au mois de février dernier, le meilleur mois de l'année 2022. La nouvelle a suffit pour faire monter les marchés actions, qui finissent la semaine dans le vert (+1,4% pour le S&P500 et +0,9% pour le Nasdaq).
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

Briefing Cashbee du 2 janvier 2023

La semaine passée

  • En 2022, les marchés financiers ont fortement corrigé : côté actions, l'indice MSCI World, qui rassemble les plus grosses valorisations boursières au monde, a perdu 20% l'année dernière. Le Nasdaq, où sont cotées de nombreuses sociétés technologiques, a chuté de 33%. Côté obligataire, ce n'était pas mieux : l'indice Bloomberg Multiverse, qui regroupe des obligations étatiques et d'entreprises a perdu 16%.
  • Le SMIC revalorisé : il augmente de 1,8% pour atteindre 1709 euros bruts (soit 1353 euros nets) par mois, à partir du 1er janvier.
  • La Chine abandonne sa politique zéro-COVID et dégrade ce virus à une infection de classe "B" ce qui lui permet de ne plus publier de statistiques sur le taux d'infection et de mortalité de la maladie. Les hôpitaux semblent débordés. Le cours de l'action de Fu Shou Yuan International Group, le plus gros fournisseur de services funéraires du pays continue de grimper. Il a bondi de plus de 80% ces dernières semaines.
  • Tesla continue de s'effondrer en bourse. L'action a perdu 44% en décembre et plus de 70% sur un an. La production est à nouveau en pause à Shanghai et des doutes persistent sur la capacité d'Elon Musk de gérer la société, alors qu'il doit dévouer une partie de son temps au réseau social Twitter, dont il est également le PDG. Par conséquent, Tesla ne fait plus partie des 10 plus grosses valorisation boursières aux US et Musk n'est plus l'homme le plus riche du monde.
  • Lula au pouvoir au Brésil : exactement 20 ans après avoir après avoir été désigné comme président du plus grand pays d'Amérique Latine, quelques années en prison, et une bataille électorale serrée, Lula accède à nouveau à la présidence de son pays. Il promet de renverser de nombreuses décisions prises par son prédécesseur Bolsenaro, notamment sur le plan social et écologique.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

26 décembre 2022

La semaine passée

  • Hausse du livret A au 1er février 2023 : le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a affirmé qu'il y aura "une nouvelle hausse du Livret A au 1er février". Rémunéré à 2% aujourd'hui, il a indiqué que la hausse serait "sensible", sans donner le niveau du futur taux.
  • L'étau se resserre autour de FTX et de son fondateur SBF : Caroline Ellison, PDG d'Alameda Research, filiale de FTX, et Zixiao Wang, co-fondateur de FTX, deux associés de Sam Bankman-Fried (SBF), le fondateur emblématique de la plateforme de crypto, plaideront coupables de la fraude dont ils sont accusés. SBF lui-même a été extradé des Bahamas aux États-Unis où il a été remis en liberté sous caution. Une caution de 250 millions de Dollars tout de même, qui lui permet de vivre chez ses parents durant son procès.
  • Les utilisateurs de Twitter votent, Musk démissionna : le milliardaire, nouveau propriétaire et PDG du réseau social a sollicité les utilisateurs de Twitter le weekend dernier, qui ont majoritairement voté pour sa démission. Il a déclaré qu'il quittera son poste quand il aura trouvé quelqu'un qui soit "suffisamment stupide pour prendre le job".
  • Tesla perd 18% en une semaine : le titre du fabricant de véhicules électroniques est sous pression et Tesla ne vaut "plus" qu'un peu moins de 400 milliards de Dollars contre 1200 milliards en début d'année. Les investisseurs craignent des ventes successives d'actions par le PDG, le milliardaire Elon Musk, qui doit financer son acquisition de Twitter. Ils se demandent aussi si l'emblématique homme d'affaires va pouvoir se concentrer sur Tesla, alors que les projections de ventes sont sous pression et qu'il consacre beaucoup de son temps pour rentabiliser Twitter.
  • Les taux directeurs continueront de monter en Europe : dans une interview au Financial Times, Klaas Knot, le patron de la banque centrale des Pays-Bas et membre du comité européen qui détermine les taux directeurs pour la zone euro, indique que nous ne venons que d'entamer "la seconde moitié du cycle de hausse des taux" et que la lutte contre l'inflation reste la priorité de la Banque Centrale Européenne. Bref, il y aura encore plusieurs hausses de taux à prévoir en 2023.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

19 décembre 2022

La semaine passée

  • SBF en prison : Sam Bankman-Fried, le jeune fondateur de la plateforme de crypto-trading FTX a été arrêté aux Bahamas, la veille de son apparition devant le Sénat américain, où il était attendu pour rendre des comptes sur l'effondrement de son groupe, dans lequel plus d'un million d'investisseurs en crypto sont susceptibles de perdre leurs placements. Il est accusé par les US de fraude massive.
  • L'inflation en baisse aux US : l'augmentation des prix à la consommation ressort à 7,1% (annualisée) pour novembre, alors que les spécialistes s'attendaient à 7,3% et à comparer au 7,7% du mois d'octobre. La politique monétaire de hausse des taux directeurs commence à porter ses fruits. Comme anticipé, la Fed a d'ailleurs décidé d'augmenter les taux directeurs de 0,50% seulement, après plusieurs hausses de 0,75%. La question pour 2023 ne sera plus si le pic de l'inflation sera atteint, mais plutôt pendant combien de temps les banques centrales devront maintenir des taux élevés pour la faire baisser jusqu'au niveau cible d'environ 2%.
  • Hausse des taux d'intérêts sur les Comptes à Terme Cashbee Pro : la banque partenaire de Cashbee, My Money Bank, a relevé ses taux, et propose désormais un taux de 3,10% sur son compte à terme à 12 mois, destiné aux entreprises. Pour plus de détails, c'est ici.
  • Coupe du monde : aux termes d'une finale haletante, c'est l'Argentine qui l'emporte sur la France. Messi, élu joueur du tournoi, emporte enfin, à 35 ans, le trophée qui lui manquait. M'Bappé, avec 8 buts, est le meilleur buteur et le premier joueur depuis 1966 à marquer 3 buts en finale. Le tout avant de fêter ses 24 ans.
  • Taux directeurs en hausse, mais moins vite : tout comme la Fed aux US, la BCE et la Banque d'Angleterre ont décidé de relever leurs taux directeurs respectifs de 0,50%. Pour la zone euro, le taux directeur est donc désormais de 2%. La BCE en a profité pour signaler qu'elle prévoyait plusieurs hausses de la même ampleur en 2023.
  • Le ralentissement économique commence à mordre : la banque d'affaires Goldman Sachs va procéder à une réduction de ses effectifs, notamment dans sa banque de détail, Amazon a retardé la date à laquelle plusieurs jeunes diplômés étaient censés commencer de 6 mois, la licorne Meero pivote, se sépare de son PDG fondateur et réduira ses effectifs.
  • Percée scientifique, la fusion créatrice d'énergie propre : un laboratoire californien a réussi a créer une réaction de fusion qui a dégagé plus d'énergie que celle requise pour la provoquer. Nous sommes très loin de la production à l'échelle, mais il s'agit néanmoins d'une énorme avancée dans le recherche d'une ressource - potentiellement illimitée - d'énergie propre.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

12 décembre 2022

La semaine passée

  • Les activités de service toujours soutenues aux US : l'indice de l'Institute for Supply Management, qui traque ces activités, a augmenté en novembre, pour atteindre 56,5 (vs 54,4 en octobre). Les analystes craignent que cela puisse forcer la banque centrale de maintenir des taux directeurs élevés pendant plus longtemps. Les marchés actions corrigent.
  • Une basketteuse contre un marchand d'armes : victoire diplomatique, les US ont négocié la libération de la star du basket Brittney Griner, emprisonnée en Russie pour détention de hashish, contre le renvoi de Viktor Bout, un marchand d'armes Russe, proche de Putin. Connu comme le "Marchand de la Mort", celui-ci servait une peine de 25 ans d'emprisonnement aux US.
  • ExxonMobil annonce un programme de rachat d'actions massif : après avoir publié des résultats records pendant deux trimestres consécutifs, le pétrolier annonce un programme de rachat d'actions de 50 milliards de Dollars. Son action est en hausse de plus de 60% depuis le début de l'année.
  • Coupe du monde : après des quarts de finales intenses, l'Argentine, la Croatie, la France et l'outsider Maroc se retrouvent en demi-finales. Malgré les appels (initiaux) aux boycott, le match France - Angleterre a battu des records de spectateurs. Sur une note purement personnelle, nous regrettons l'élimination des Pays-Bas de la compétition.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

5 décembre 2022

La semaine passée

  • L'inflation à son pic en Europe ? En novembre, l'inflation pour la zone euro était de 10% (sur une base annualisée), ce qui représente une baisse par rapport au 10,6% enregistré en octobre. Les économistes tablaient un taux annualisé de 10,4%. Ils pourraient donc commencer à espérer des remontées de taux à un rythme plus modéré. Mais la présidente de la Banque Centrale Européenne se méfie. Le débat au sein de la BCE sur l'envergure de la prochaine hausse des taux (maintenir des paliers de 0,75% ou réduire la prochaine hausse à 0,50%) sera donc sans doute intense.
  • Jiang Zemin, l'ancien dirigeant chinois, décède. Il avait pris la direction du parti communiste chinois (et donc la Chine) de 1989, just après le massacre des manifestants sur la place Tiananmen. Perçu comme "pro-business", et relativement tolérant par rapport à ses prédécesseurs et l'actuel secrétaire général Xi Jinping, il avait réussi à faire accéder son pays à l'Organisation Mondiale du Commerce.
  • HSBC se recentre sur l'Asie : après avoir vendu sa banque de détail en France à My Money Group (banque partenaire de Cashbee), HSBC annonce la vente de ses activités au Canada à la banque canadienne RBC pour 10 milliards de Dollars et la fermeture d'un quart de ses agences au Royaume-Uni. Sous pression d'un de ses plus gros actionnaires - la société d'assurance chinoise Ping An - la banque se recentre sur ses activités en Asie.
  • Cashbee lance un nouveau produit structuré : à la demande de ses clients, l'application d'épargne Cashbee commercialise un nouveau produit structuré, à capital garanti, visant 6% de rendement. Il s'appelle Onyx 1.
  • Malgré les hausses de taux, la création d'emploi reste forte aux US : 263 000 emplois ont été créés en novembre aux US, plus qu'attendu. Et le taux de chômage est resté stable à 3,7%. Si le marché actions a initialement fortement corrigé, les investisseurs ont été réconfortés par les paroles du président de la Fed Jérôme Powell, qui suggère un rythme de hausse des taux plus modéré.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

28 novembre 2022

La semaine passée

  • Coupe du monde : quelques grosses surprises initiales (défaites initiales de l'Allemagne - contre le Japon - et de l'Argentine - contre l'Arabie Saoudite). L'Espagne impressionne, la France se qualifie pour les huitièmes.
  • Le zéro-COVID peut-elle tenir en Chine ? Alors que les cas de COVID atteignent des records en Chine (40 000 cas officiellement enregistrés), les 3 années de fortes restrictions commencent à peser sur la population. Le weekend dernier, les premiers signes de résistance et de mécontentement public ont filtrés sur les réseaux sociaux,. Des milliers de manifestants, dans des dizaines de métropoles (Shanghai, Beijing, Chengdu, Wuhan...) réclament plus de libertés et même un changement de dirigeants. Une instabilité sociale est-elle à anticiper / craindre ? Le cours des actions chinoises chute.
  • L'ex patron de Disney reprends les reines : 11 mois seulement après avoir cédé sa place, le légendaire PDG Bob Iger revient à la tête de Disney, son successeur Bob Chapek ayant été évincé après des oppositions fortes de certains de ses subordonnés et des résultats décevants. À l'annonce, l'action Disney prend plus de 6%.
  • La Fed réduira probablement l'ampleur de ses hausses de taux : les compte rendus officiels des réunions de la Fed (publiés plusieurs semaines après leur tenues) sont toujours scrutés par les analystes financiers. La phrase qui a cette fois-ci retenu leur attention est : "Une substantielle majorité des participants a jugé qu'un ralentissement dans le rythme de l'augmentation serait probablement bientôt approprié". Le langage laisse de nombreuses portes ouvertes, mais est néanmoins perçu come une indication forte qu'après des hausses successives de 0,75%, la prochaine hausse des taux directeurs aux US ne sera "que" de 0,50%.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

21 novembre 2022

La semaine passée

  • Donald Trump de nouveau candidat à la Maison Blanche : malgré les échecs aux élections sénatoriales de mi-mandat de plusieurs candidats républicains pro-Trump, et un courant de plus en plus vocal au sein de son parti qui estime que sa candidature serait contre-productive, l'ancien président a déclaré sa candidature aux élections présidentielles de 2024. Son intention ? "Make America great again!"... again.
  • La coupe de monde de foot débute au Qatar, qui - dans un revirement de dernière minute - interdit les boissons alcoolisées dans les stades. Sans doute un coup dur pour Budweiser, un des principaux sponsors du tournoi. Benzema s'est blessé, un coup dur pour l'équipe de France. Le match d'ouverture se solde par une victoire facile de l'Équateur sur la nation hôte. Un coup dur pour l'équipe du Qatar.
  • L'inflation atteint 11,1% au Royaume-Uni en octobre, un record depuis plus de 40 ans et en hausse par rapport au 10,1% enregistré en septembre. Hors aliments et énergie, le niveau de l'inflation "core" se maintient à 6,5%.
  • La bourse de Paris plus importante que celle de Londres ? La valeur totale des capitalisations boursières de sociétés cotées à la bourse de Paris (2,83 trilliard de dollars) s'approche de celle des entreprises cotées à Londres (2,89 trilliard de dollars), sous l'effet de la faiblesse de la livre sterling et la sous-performance relative des sociétés anglaises. Ne crions pas victoire trop tôt, la bourse de Londres s'accapare toujours la majorité des transactions de change et de produits dérivés. Par ailleurs, en 3 ans elle a su attirer 60 introductions en bourse, contre seulement 19 à Paris.
  • La COP 27 une demi réussite (ou un demi échec ?) : après de longues négociations, un accord a pu être trouvé sur le principe selon lequel les pays riches contribueront à un fonds destiné à financer les réparations des dégâts causées par le dérèglement climatique dans des pays en voie de développement . Mais peu de précisions sur le montant de ce fonds. Et aucune avancée sur la réduction de la consommation mondiale d'énergies fossiles.
  • La débâcle FTX : après le départ du fondateur emblématique Sam Bankman-Fried, FTX est désormais dirigé par John Ray III, un spécialiste des liquidations complexes. Selon lui, FTX constitue le pire cas d'un échec entrepreneurial en 40 ans de carrière (alors qu'il s'est également occupé de la liquidation d'Enron !), constatant une "défaillance totale des systèmes de contrôle et une totale absence de données financières fiables".
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

14 novembre 2022

La semaine passée

  • Le pic de l'inflation derrière nous ? Aux US, la question peut se poser car le taux d'inflation est tombé à 7,7% en octobre, inférieur au 7,9% attendu, et en nette baisse par rapport au 9,1% enregistrés cet été.
  • Fort rebond du marché actions aux US : les "bons" chiffres de l'inflation front naître l'espoir que la Federal Reserve pourrait adopter une politique de hausse de taux moins aggressive. Par conséquent, les marchés actions se sont envolés. Le S&P 500 termine la semaine en hausse de 5,9%, le Nasdaq prend 8,1%. Sur le marché obligataire, le rendement du Treasury à 10 ans chutant à 3,82% ayant débuté la semaine à 4,16%.
  • Crise majeure dans la crypto : FTX, une des plus grosses plateformes d'échange de crypto-devises, s'est déclarée en banqueroute. Elle avait essayé d'éviter cette issue en demandant à son rivale, Binance, de la racheter à la casse. Ce dernier a retiré son offre de rachat, après quelques jours d'analyse des livres de FTX. La société, qui valait 32 milliards de Dollars il y a encore quelques mois, doit des milliards a des milliers de créditeurs et de clients. Un certain nombre de ses actionnaires, dont les fonds de capital risque Sequoia et Softbank, valorisent leurs participations dans FTX à ... zéro. Cette crise explique sans doute la forte chute du prix des crypto-devises, le cours du bitcoin retombant de 17%, d'un peu plus de 21 000 Dollars à environ 16 000 US Dollars.
  • Le Sénat américain pourrait rester sous contrôle Démocrate : la victoire écrasante des Républicains n'a pas eu lieu aux élections à mi-mandat. Dans de nombreux États clés, le ou la candidat.e Démocrate l'a emporté, permettant au partie démocrate de retenir 50 sur les 100 sièges du Sénat. Or, en cas d'égalité parfaite, la Vice Présidente (démocrate) a le vote décisif.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

7 novembre 2022

La semaine passée

  • Inflation record en Europe : elle atteint 10,7% pour le mois d'octobre, en forte hausse par rapport au 9,9% enregistré en septembre. Il s'agit du niveau le plus élevé jamais enregistré depuis la création de l'euro il y a 23 ans, et plus de 5 fois le niveau cible de 2%. Il est de nature à pousser la Banque Centrale Européenne à poursuivre sa politique de hausse des taux directeurs.
  • La Fed relève ses taux directeurs de 0,75% pour la 4ème fois consécutive. Les taux directeurs sont ainsi amenés à un niveau entre 3,75% et 4% aux US. Les marchés boursiers ont d'abord salué la probabilité accrue que les futures hausses de taux pourraient être d'une taille plus modeste. Mais le rebond initial s'est rapidement inversé lors que Jay Powell (le président de la Fed) a indiqué que le seuil que les taux directeurs devront atteindre pour faire chuter l'inflation serait plus élevé qu'anticipé. Le S&P 500 perd 2,5%, le Nasdaq, 3,4% durant la journée.
  • La Banque d'Angleterre aussi : sa hausse de 0,75% amène les taux directeurs au Royaume-Uni à 3,00%, un record depuis fin 2008. La banque centrale en profite pour préciser qu'elle avait l'intention de modérer la taille et la fréquence des hausses de taux à venir, estimant que les mesures prises à date devraient faire effet dans les mois à venir.
  • Apple au top : fun fact, la capitalisation boursière d'Apple, qui a annoncé des résultats trimestriels rassurants, dépasse la somme des capitalisations boursières d'Amazon, Alphabet (Google) et Meta (Facebook), qui ont plutôt déçus.
  • BNP Paribas affiche de (très) bons résultats trimestriels : les revenus du groupe bancaire ont atteint 12,3 milliards d'euros, en hausse de 8% par rapport à l'année dernière, lui permettant d'afficher des profits de 2,67 milliards d'euros (+10,3%). La hausse des taux contribue significativement à ces résultats.
  • L'économie américaine continue de créer des emplois à un rythme élevé. Alors que 200 000 créations d'emplois étaient attendues, il y en a eu 261 000 au mois d'octobre. C'est certes en baisse par rapport au 315 000 nouveaux jobs du mois de septembre, mais cela inquiète la Fed. Car le manque de main d'oeuvre stimule l'inflation, en mettant la pression sur les salaires.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

31 octobre 2022

La semaine passée

  • La "Big Tech" déçoit : les résultats des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) ont - dans l'ensemble - déçu. En une semaine, la capitalisation boursière collective de ces géants de la tech perd plus de 800 milliards de Dollars. Facebook a fait part de revenus publicitaires en baisse, causant une chute de 20% de l'action de son parent, Meta. La veille, Google avait annoncé un ralentissement similaire, faisant baisser le cours de l'action d'Alphabet de 9%. Enfin, Amazon craint une forte baisse des volumes sur sa plateforme durant le 4ème trimestre. Celui-ci est traditionnellement le plus important pour la firme, mais la société détecte les premiers signes de consommateurs qui se serrent la ceinture. Le titre perd 13% dans la foulée. Seul Apple tire son épingle du jeu. Son action s'envole de 7,6%.
  • Taux directeurs en hausse de 0,75% : comme anticipé, la Banque Centrale Européenne a décidé de relever ses taux directeurs à nouveau, afin de lutter contre l'inflation. Sa présidente, Christine Lagarde, annonce que d'autres hausses de taux sont prévues, dont l'ampleur dépendra de l'évolution de l'inflation.
  • Elon Musk achète Twitter ... et vire les dirigeants sur le champ : après de multiples rebondissements, le milliardaire finalise l'acquisition du réseau social. Dans la foulée, il vire le PDG ainsi que le directeur financier, le directeur juridique et le directeur de la sécurité et de la déontologie. "The bird is freed" a-t-il ajouté, via Twitter bien sûr, en allusion au logo de l'entreprise.
  • Le PNB des États-Unis en hausse de 2,6% au 3ème trimestre : après s'être contracté de 1,6% et de 0,6% au 1er et au 2nd trimestre respectivement, le Produit National Brut s'est accru au dernier trimestre. Cela peut surprendre, mais cette hausse est notamment la conséquence d'un affaiblissement de la consommation domestique (ce qui a pesé sur les importations) et la forte demande étrangère pour les produits pétroliers américains.
  • Élections présidentielles au Brésil : après des débats houleux, des accusations de corruption et de fake news, le leader de l'opposition Lula bat le président actuel, le conservateur Bolsenaro par une faible marge de 50,9% voix contre 49,1% et emporte ainsi les élections présidentielles au Brésil.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

24 octobre 2022

La semaine passée

  • Liz Truss sera remplacée : la première ministre, sous pression depuis l'annonce du "mini-budget" jugé irresponsable par l'ex-chancelier Kwazi Kwarteng, a fini par démissionner de son poste, seulement 44 jours après l'avoir obtenu. Elle sera formellement remplacée dans le courant de la semaine à venir. Dans la foulée de son annonce, la livre Sterling se renforce, et les taux longs baissent.
  • Le livret Cashbee toujours plus attractif : dans le contexte de hausse des taux, la banque partenaire de Cashbee, My Money Bank, relève les intérêts qu'elle verse sur son livret. À son ouverture, le livret Cashbee verse désormais 3% pendant 4 mois (dans la limite de 150 000 euros), suivi de 1,20% !
  • Bonne semaine sur les marchés actions : la présidente de la réserve fédérale de San Francisco, Mary Daly, a indiqué vendredi que les futures hausses de taux directeurs pourraient se faire par des incréments plus modestes. Même si cela ne remet pas cause l'anticipation générale que la Fed procèdera à nouveau à une hausse de 0,75% en novembre, il semblerait qu'un débat existe au sein de la banque centrale américaine sur l'ampleur des hausses de taux à suivre. Cela a suffit pour pousser les actions à la hausse, l'indice S&P 500, le Dow Jones et le Nasdaq montant de 4,8%, 4,9% et 5,2% respectivement durant la semaine.
  • L'inflation dépasse 10% au Royaume-Uni : sur une base annualisée elle atteint 10,1% en septembre, en hausse par rapport au 9,9% du mois d'août (et désormais à plus de 5 fois le niveau cible de 2%, visé par la Banque d'Angleterre).
  • Netflix rebondit : après plusieurs trimestres de déclin, Netflix gagne 2,7 millions de souscripteurs au 3ème trimestre, portant le nombre de souscripteurs payants à 223 million, en hausse de 2,6% sur un an glissant. L'action gagne plus de 15% dans la foulée.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

17 octobre 2022

La semaine passée

  • L'inflation toujours pas maîtrisée aux US : l'indice des prix à la consommation s'est accrue de 8,2% au mois de septembre (sur une base annualisée), en légère baisse par rapport au 8,3% enregistré au mois d'août. Mais corrigé de l'énergie et de l'alimentation, le taux est en hausse et a atteint 6,6% en septembre vs. 6,3% en août. Dit autrement, les pressions inflationnistes continuent de s'exercer.
  • "Kami-"Kwazi Kwarteng viré : la première ministre Liz Truss a remercié son Chancelier de l'Échiquier quelques jours après l'annonce d'un mini-budget, jugé fantaisiste par les économistes et la presse. Elle change de politique fiscale et rassure ainsi - quelque peu - les marchés financiers. Le rendement sur l'obligation d'État à 30 ans retombe de 0,24% à 4,31%. La popularité du parti conservateur accuse le coup. Il ne bénéficie plus que de 19% de soutien dans l'opinion publique. La première ministre serait-elle a risque ?
  • (Bientôt) un compte rémunéré chez Apple ? La marque à la pomme se développe de plus en plus dans le domaine des services financiers. Après Apple Pay et l'introduction de paiements fractionnés, la société annonce la prochaine arrivée d'un compte rémunéré, en partenariat avec la banque d'affaires Goldman Sachs. Pour l'instant, uniquement aux États-Unis.
  • JP Morgan rassure : la plus grosse banque au monde annonce des résultats trimestriels solides. Les revenus de la banque d'affaires sont en baisse, car les fusions, les acquisitions et les introductions en bourse se font rares. Mais le revenu d'intérêt net - la différence entre les intérêts que la banque verse sur les dépôts qu'elle collecte et ceux qu'elle perçoit sur les prêts qu'elle fait - est en hausse de 34%.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

10 octobre 2022

La semaine passée

  • La création d'emplois aux US n'était "que" de 265 000 au mois de septembre (vs. 315K et 537K en août et juillet respectivement). Mais dans le même temps, le taux de chômage est retombé à son plus bas historique de 3,5% ce qui témoigne de la tension inflationniste qui continue d'exister dans le marché (américain) de l'emploi. Ce qui fait craindre une nouvelle hausse des taux directeurs de 0,75% par la Fed en novembre. À la publication de ces chiffres, les indices actions américains replongent.
  • Binance hacké : des hackers ont réussi à pénétrer les systèmes de sécurité de la plus importante plateforme d'échange de crypto-devises et ont réussi à voler 570 millions de Dollars de tokens.
  • Elon Musk (re-)change d'opinion sur Twitter : après avoir annoncé puis renoncé à l'achat du réseau social, et avoir entamé une procédure judiciaire, le multi-milliardaire confirme finalement son acquisition au prix initial de 44 milliards de Dollars. Les banques qui s'étaient engagées à financer une partie de la transaction se retrouvent à devoir lui fournir des milliards de dette, à des tarifs négociés en janvier. Elles pourraient donc accuser des pertes significatives, les conditions de financement ayant radicalement changé depuis.
  • L'OPEP décide de réduire la production de pétrole : alors que le cours du baril se situe autour de 90 US Dollars, c'est-à-dire à un niveau historiquement élevé, l'Organisation des Pays Producteurs de Pétrole a décidé de réduire la production de l'or noir, malgré les requêtes répétées des États-Unis de les maintenir.
  • Crédit Suisse sous les projecteurs : en attendant l'annonce d'un énième plan stratégique à la fin du mois, le titre a été très chahuté. Les actionnaires craignent une recapitalisation dilutive. L'action, qui a perdu plus de 50% depuis le début de l'année, rebondit de 13% à la fin de la semaine, à l'annonce d'un plan de rachat de dette.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

3 octobre 2022

La semaine passée

  • La Banque d'Angleterre obligée d'intervenir : après l'annonce d'un plan de relance, fiscalement irresponsable, par le nouveau chancelier la livre s'effondre (tombant jusqu'à 1,04 contre le Dollar, un record historique) et le coût de la dette britannique s'envole. Face à un "risque majeur d’instabilité financière", la banque centrale décide d'intervenir, et annonce qu'elle va acheter 65 milliards de Gilts dans les 13 jours à venir. L'intervention fonctionne, la livre remonte fortement et efface la quasi-totalité de sa chute, les taux longs retombent sous les 4%, après avoir atteint un pic au-delà de 5%.
  • Bonne nouvelle pour les épargnants Cashbee : notre banque partenaire My Money Bank augmente son taux de base de 0,7% à 0,8% sur son livret d'épargne rémunéré. Pour les nouveaux inscrits le taux de bienvenue est de 3% pendant les 4 premiers mois (dans la limite de 75 000 euros).
  • La Russie annexe 4 provinces ukrainiennes : sans surprise les référendums organisés par la Russie dans 4 régions Ukrainiennes occupées par son armée se soldent par un "vote" massif en faveur de l'annexion. Dans le même temps, la contre-offensive Ukrainienne progresse (y compris dans les provinces officiellement annexées). Enfin, la mobilisation des réserves militaires en Russie demeure très impopulaire.
  • (Encore) un trimestre en baisse sur les marchés actions : les indices S&P 500 et Nasdaq ont baissé de 5,3% et 4,1% respectivement au 3ème trimestre 2022, le 3ème trimestre consécutif où ils déclinent. Cela n'était pas arrivé depuis la crise financière de 2008.
  • Un nouveau PDG pour la Société Générale : pour succéder à Frédéric Oudéa, qui a dirigé la banque pendant 15 ans et qui quittera son poste en mai prochain, le choix s'est porté sur Slawomir Krupa, l'actuel patron de la banque d'investissement.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

26 septembre 2022

La semaine passée

  • Et de trois pour la Fed : comme anticipé, la banque centrale américaine a décidé de relever ses taux directeurs de 0,75%, pour la 3ème fois consécutive, soulignant sa détermination de poursuivre sa lutte contre l'inflation, au risque de plonger l'économie en récession. Elle amène les taux directeurs à 3%.
  • Autres hausses de taux directeurs : dans la même semaine, la banque d'Angleterre a décidé d'augmenter ses taux directeurs de 0,50% (à 2,25%), et celles de Norvège et de la Suisse ont relevé leurs taux de 0,50% (à 2,25%) et de 0,75% (à +0,50%) respectivement. Toutes signalent que la politique de resserrement reste d'actualité, et que des hausses de taux futures sont très probables.
  • Hausse des taux chez Cashbee : les hausses des taux directeurs n'ont pas que des impacts négatifs. Chez Cashbee, pour les nouveaux clients individuels, c'est désormais 3% pendant quatre mois, puis 0,7%. Pour les pros, le compte à terme Cashbee Pro verse maintenant 2,25% à 12 mois !
  • La Russie mobilise ses réservistes : la Russie, de plus en plus isolée sur le plan politique et ayant essuyé plusieurs revers sur le champ de bataille, a décidé de mobiliser une partie de ses réserves militaires. Dans le même temps, elle organise en toute hâte des référendums dans des régions occupées de l'Ukraine afin de réaliser leur annexation à la Russie. De nombreux pays ont d'ores et déjà indiqué que les résultats de ces référendums seront ignorés. La posture aggressive de la Russie pèse sur les marchés, stimule la demande pour les valeurs refuge et conduit, entre autres, au renforcement de l'US Dollar par rapport aux autres devises majeures.
  • La banque du Japon soutient le Yen : avec des taux directeurs encore ultra-bas (le taux au jour le jour est à -0,1%), la devise japonaise a dégringolé face aux autres devises internationales. Cela a conduit la Banque du Japon d'intervenir sur les marchés pour soutenir sa devise, ce qu'elle n'avait pas fait depuis plus de 30 ans. En quelques minutes, le Yen monte de 145,83 à 142,39 contre le Dollar.
  • M6 à vendre : suite à l'abandon du projet de fusion avec TF1, le groupe Bertelsmann, actionnaire de M6 à hauteur de 48,3%, a décidé de solliciter des offres pour cette participation. Les parties intéressées avaient jusqu'à vendredi pour exprimer leur marques d'intérêt.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

19 septembre 2022

La semaine passée

  • L'inflation surprend à la hausse aux US : attendue à 8,1%, l'inflation pour le mois d'août a atteint 8,3% aux États-Unis. C'est certes en légère baisse par rapport au mois de juillet (8,5%) mais le chiffre excluant le coût de l'énergie et des produits alimentaires est en hausse. Or cette donnée corrigée est très suivie par les membres de la Fed. Qui pourraient donc poursuivre leur politique de hausse des taux aggressive dans les mois à venir (voir ci-dessous, la semaine à venir).
  • Les marchés actions corrigent fortement : dans la foulée de cette annonce, l'indice S&P 500 a perdu 4,3%, avec 99% des actions qui la composent finissant la journée en baisse. Le Nasdaq, très exposé aux valeurs de croissance, a chuté de 5,2%. La crainte de la hausse de taux a également pesé sur le marché obligataire, le rendement du Treasury à deux ans grimpant jusqu'à 3,79% (un plus haut depuis 2007).
  • Le "Merge" d'Ethereum a été exécuté : la grande bascule informatique transformant la façon dont les transactions sont validées sur la blockchain de la cryptodevise Ethereum a été exécuté. Il permet de réduire de 99,95% la consommation énergétique de la crypto, la rendant ainsi plus attractive aux yeux d'utilisateurs actuels et futurs. L'anticipation de cette évolution importante explique pourquoi le cours de l'Ethereum a monté de 75% depuis le plus bas atteint en juin (à comparer avec un plus modeste rebond de +15% pour le Bitcoin).
  • TF1 et M6 abandonnent leur projet de fusion : l'autorité de la concurrence a émis des objections majeures, préoccupée notamment par une possible concentration de parts de marché, puisqu'ensemble les deux chaînes représentent environ 70% du marché publicitaire télévisé. Les deux chaines abandonnent leur projet de fusion, tout en soulignant à nouveau l'évolution rapide du marché des médias plus largement, au sein de laquelle la part des chaines nationales ne cesse de baisser (au profit du streaming).
  • La Banque Centrale de Russie ... baisse ses taux directeurs, pour la 6ème fois consécutive après les avoir relevé de façon dramatique à 20% dans la foulée de l'invasion par la Russie de l'Ukraine. Le taux directeur est ainsi ramené à 7,5%. La directrice de la banque centrale souligne néanmoins qu'il s'agit probablement de la dernière réduction, les "forces dés-inflationnistes s'amenuisant, et les risques inflationnistes étant en hausse."
  • Roger Federer prend sa retraite : vainqueur de 20 tournois du Grand Chelem, le joueur suisse était le numéro 1 mondial de façon ininterrompue de février 2004 à août 2008 (et a retrouvé ce classement à plusieurs reprises depuis).
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

12 septembre 2022

La semaine passée

  • La reine Elizabeth II décède à 96 ans, après 70 ans de règne. Son fils Charles devient roi, à 73 ans. Parmi ses premières actions, il a rencontré Liz Truss, récemment installée à 10 Downing Street en tant que Première Ministre du pays. God save the King !
  • La BCE relève les taux directeurs de 0,75% : après une première hausse de 0,50% en juillet, la Banque Centrale Européenne intensifie sa lutte contre l'inflation et porte ses taux directeurs à +0,75% (ils étaient à 0%). Faut dire que la facture énergétique continue d'augmenter et de stimuler l'inflation. Le gouverneur de la banque centrale allemande Joachim Nagel estime d'ailleurs que le coût de l'énergie va pousser l'inflation en Allemagne au-dessus de 10%. Un niveau jamais atteint depuis 1951.
  • L'euro de nouveau à parité avec le Dollar : la décision de l'ECB d'agir avec plus de détermination contre l'inflation a permis à l'euro de se renforcer contre le US Dollar et de retrouver la parité avec le greenback. Depuis le début de l'année, la devise européenne est en baisse d'environ 11% par rapport au Dollar.
  • Kim Kardashian se lance dans le private equity : l'influenceuse et star de la télé-réalité était déjà entrepreneuse. Elle a fondé SKKY Partners, un fonds de private equity qui investira dans des sociétés dans le secteur du luxe et des médias sociaux. La star a déjà prouvé son sens des affaires : sa marque de sous-vêtements Skims a été valorisé à plus de 3 milliards de Dollars et sa marque de cosmétiques KKW aurait dépassé la barre du milliard de dollars de valorisation.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

5 septembre 2022

La semaine passée

  • L'inflation atteint 9,1% en zone euro : le chiffre pour le mois d'août confirme que la tendance reste haussière. Des hausses de taux directeurs plus significatifs de la part de la Banque Centrale Européenne sont donc anticipées. Ce qui a déclenché une remontée des taux sur les obligations d'état. Pendant le mois d'août, le rendement sur le Bund à 10 ans a cru de 0,70% pour atteindre 1,54% par exemple.
  • Mikhail Gorbatchev : le dernier dirigeant de l'Union Soviétique est décédé à l'âge de 91 ans. En 7 ans à la tête de son pays, à travers ses politiques de Perestroika et de Glasnost (transparence) et ses relations cordiales avec l'Ouest (le président américain Ronald Reagan et le premier ministre britannique Margaret Thatcher), il a radicalement transformé la scène géopolitique mondiale. Entre autres pour son soutien de la réunification allemande, il a reçu le Prix Nobel de la Paix en 1990.
  • Apple dépasse Android aux US : selon Counterpoint, l'iPhone et son système iOS a dépassé l'ensemble des smartphones Android aux États-Unis pour avoir une part de marché supérieure à 50%. 
  • Le marché de l'emploi se tasse aux US : les 315 000 emplois créés aux mois d'août sont en baisse par rapport au plus de 500 000 emplois créés en juillet. Le taux de chômage augmente légèrement pour atteindre 3,7%. Des signes qui pourrait indiquer que la politique de hausse de taux directeurs commence à porter ses fruits.
  • La Russie coupe le gaz : Gazprom a coupé son approvisionnement en gaz à l'Europe, en fermant le gazoduc Nord Stream 1 (qui ne tournait déjà qu'à 20%). Probablement en réponse à l'intention des pays du G7 d'imposer un cap sur le prix du pétrole en provenance de la Russie. Rappelons que le gaz russe représentait 40% de l'approvisionnement total en gaz de l'Europe avant la guerre en Ukraine. La coupure totale pourrait stimuler une récession en Europe et conduire à des coupures de courant.
  • Serena Williams prends sa retraite : après avoir perdu au 3ème tour de l'US Open, la record woman du tennis (23 titres en Grand Chelem) qui avait gagné l'US Open en 1999 pour la 1ère fois, a décidé de s'éloigner du tennis. Elle se consacrera désormais sur Serena Ventures, la société de capital risque qu'elle a fondé.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

29 août 2022

La semaine passée

  • La Fed très prudente : à la conférence de Jackson Hole, Jay Powell, le président de la banque centrale des États-Unis a indiqué qu'il s'attendait à devoir maintenir une politique monétaire restrictive de hausse des taux directeurs "pendant une période considérable". Ce qui pourrait peser sur la croissance économique, mais qui lui paraît indispensable pour combattre l'inflation avec succès. Son speech de huit minutes a fait dégringoler les bourses, le S&P 500 perdant 3,4% et le NASDAQ 3,9% dans la foulée.
  • La BCE aussi : Isabel Schnabel, membre du comité exécutif de la Banque Centrale Européenne, et François Villeroy de Gallau, gouverneur de la Banque de France, également présents à Jackson Hole, se font l'écho de leur homologue américain, et affirment à leur tour que la politique monétaire en Europe restera restrictive tant que l'inflation n'est pas sous contrôle. Avec les mêmes conséquences probables sur la croissance économique pour la zone euro.
  • La discographie de Pink Floyd aux enchères : après Bob Dylan et Bruce Springsteen, c'est au tour des Pink Floyd de vendre leur catalogue musical, incluant des tubes comme "Money", "Another Brick in the Wall" et "Comfortably Numb". Plusieurs fonds d'investissements sont sur les rangs et un prix de vente de 500 millions de Dollars semble atteignable.
  • Les US effacent (une partie de) la dette étudiante : en ligne avec ses promesses de campagne, le Président américain Joe Biden a décidé d'effacer des milliards de dette étudiante. Le coût de l'éducation supérieure étant très élevé aux États-Unis, des milliers jeunes diplômés commencent leurs vies professionnelles avec des dizaines, voire des centaines de milliers de Dollars de dette. Ceux qui bénéficient d'un salaire annuel inférieur à 125 000 Dollars verront 10 000 Dollars de leur dette s'effacer. Les opposants à cette mesure décrient une subvention qui renforce les pressions inflationnistes.
  • L'Union Européenne alerte à la sècheresse : selon ses experts, 47% de l'Union Européenne souffre de la sècheresse, avec 17% du territoire en état d'alerte. Ils prédisent par ailleurs que les conditions ne vont pas s'améliorer à l'automne, estimant que les conditions climatiques resteront plus chaudes et plus sèches jusqu'en novembre.
  • Djokovic se retire du US Open : non-vacciné, le joueur ne peut pas se rendre à New York pour participer au dernier tournoi du Grand Chelem de l'année.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

22 août 2022

La semaine passée

  • 1,3 trilliard Dollars de revenus supplémentaires : selon le Fonds Monétaire International, à cause de la hausse des prix du pétrole provoquée par la guerre en Ukraine, les états du Moyen-Orient vont collectivement empocher 1 300 milliards de Dollars de revenus supplémentaires pendant les 4 prochaines années. Cela renforcera considérablement la puissance financière de leurs fonds souverains (dont par exemple le Qatar Investment Authority, propriétaire du PSG).
  • Les marchés actions en légère baisse : après 4 semaines de fort rebond, les marchés actions ont corrigé, le S&P 500 et le Nasdaq finissant la semaine en baisse de 1,2% et 2,6% respectivement. Faut dire que l'inflation reste élevée des deux côtés de l'Océan Atlantique, tout comme les tensions géopolitiques.
  • La très surprenante politique monétaire turque : alors que l'inflation y est galopante (plus de 80% sur une base annualisée), et que la lire turque a déjà perdu plus de 25% contre les devises internationales depuis le début de l'année, la banque centrale turque a pris la décision surprenante de réduire ses taux directeurs de 14% à 13%. Le gouverneur semble souscrire à la théorie peu orthodoxe, défendue par le président Erdogan, selon laquelle les taux d'intérêt élevés causeraient l'inflation. La vaste majorité des économistes tendent à penser qu'il faut relever les taux directeurs pour lutter contre l'inflation.
  • Le compte rendu de la Fed publié : le procès verbal de la réunion des gouverneurs des banques centrales fédérales aux US au mois de juillet souligne l'engagement de la Fed de poursuivre leur politique monétaire restrictive (de hausse de taux directeurs) afin de contenir l'inflation et la ramener à un taux "proche de 2%". Mais les banquiers centraux ont également bien conscience des risques associés avec des hausses de taux trop brutales, qui pourraient causer une récession économique. Bref, un rapport très nuancé, qui laisse présager plusieurs hausses de taux à venir, mais dont la magnitude reste à définir en fonction de l'évolution de l'état de l'économie.
  • La Chine stimule son secteur immobilier en réduisant les taux directeurs pour les emprunts hypothécaires. Celui à 5 ans a ainsi été réduit de 0,15% pour tomber à 4,30%. Le gouvernement souhaite ainsi alléger la charge financière pour les propriétaires endettés et soutenir le secteur immobilier dans son ensemble. En effet, de nombreux promoteurs immobiliers sont en risque de défaut et ont stoppé leurs travaux de construction d'appartements. En conséquence, des dizaines de milliers de futurs propriétaires - ne pouvant prendre possession de leurs résidences - refusent de rembourser leurs emprunts immobiliers.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

15 août 2022

La semaine passée

  • Le FBI effectue une descente chez Trump : sur instruction du département de la justice, des agents du FBI ont fouillé Mar-a-Lago, le domicile de l'ancien président des États-Unis dans le cadre de leurs investigations sur Donald Trump. Ce dernier aurait collecté et stocké des documents top secrets - dont des documents concernant "le président de France" - dans son lieu de résidence, en contravention de la loi sur l'espionage. L'intervention a provoqué un tollé parmi les supporters de Trump.
  • Les prix des Rolex et sacs Hermès chutent en Chine : le consommateur chinois sous pression ? La site marchand spécialisé Watcheco signale que les prix pour les Rolex Submariner, un modèle très convoité, a chuté de 46%, sous l'effet d'un nombre croissant de propriétaires qui cherchent à vendre leurs montres pour lever du cash. Même constat pour le sac-à-main Birkin d'Hermès, dont le prix a baissé de 20% chez plusieurs marchands revendeurs d'objets de luxe.
  • L'inflation aux US plus faible qu'anticipée : sur une base annualisée, elle s'établit à 8,5% pour juillet, en-dessous des 8,7% attendus et un signe tangible d'un possible ralentissement de la hausse de l'inflation. Il n'en fallait pas plus soutenir les marchés actions, qui ont continué leurs progressions. Ainsi, le Nasdaq a bondi de 3,1% la semaine dernière. Ce qui permet à l'indice d'enregistrer une hausse de plus 24% depuis le creux atteint au mois de juin. Le S&P 500 s'est adjugé 3,3% et est maintenant en hausse de près de 18% depuis son plus bas.
  • Le consommateur (américain) plus confiant : l'indice de confiance des consommateur, publié par l'université du Michigan, est en hausse au mois d'août et ressort à 55,1 (contre 51,5 en juillet). Un signal supplémentaire que les pressions inflationnistes pourraient baisser aux US. L'inflation reste néanmoins la première source de préoccupation pour 48% des consommateurs interrogés.
  • Production industrielle en hausse dans la zone Euro : elle augmente de 2,4% au mois de juin, sur une base annuelle, bien plus que les 0,8% anticipé par les économistes. Cela pourrait indiquer que les difficultés d'approvisionnement sont en train de se résorber.
  • Salman Rushdie attaqué au couteau : l'auteur des "Versets Sataniques" était sous une fatwa imposée par l'Ayatollah Ruhollah Khomeini en 1989. Un assaillant a essayé de l'assassiner, alors qu'il donnait une conférence aux États-Unis. Blessé à la gorge, Rushdie a été transporté à l'hôpital.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

8 août 2022

La semaine passée

  • Plus de jobs aux US : en juillet, l'économie américaine a créé 528 000 jobs, plus du double de ce qui était attendu et en hausse par rapport au mois de juin, durant lequel 398 000 positions furent créées. Le taux de chômage tombe de 3,6% à 3,5%. L'ensemble des jobs perdus durant la pandémie ont maintenant été rétablis. Cette statistique indique que le risque d'une récession semble contenu, ce qui pourrait enhardir la Federal Reserve de poursuivre sa politique aggressive de hausse des taux directeurs.
  • Tensions accrues entre les US et la Chine : suite à la visite éclair de Nancy Pelosi, US House Speaker, à Taiwan, la Chine a lancé des exercices militaires intenses autour de l'île, qu'elle considère comme faisant partie de sa nation. Elle a par ailleurs interrompu "indéfiniment" un certains nombre de négociations bilatérales avec les US.
  • Taux directeurs en hausse au Royaume-Uni : en ligne avec les attentes, la Banque d'Angleterre a une fois de plus relevé ses taux directeurs de 0,50% (à 1,75%), afin de combattre l'inflation, dont le taux a atteint 9,4% en juin outre-Manche. La banque centrale en a profité pour également réviser ses prognostics, prévoyant maintenant un niveau d'inflation qui dépassera les 10% dans les mois à venir et qui prendra plus de temps pour être ramené à l'objectif fixé de 2%.
  • Les exportations ukrainiennes de céréales reprennent : suite à l'accord conclu avec la Russie, sous l'impulsion des Nations Unies, les premiers navires céréaliers exportent à nouveau les céréales ukrainiens à destination de pays importateurs, comme le Liban.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

1er août 2022

La semaine passée

  • La Fed augmente ses taux : comme anticipé, les taux directeurs aux États-Unis ont été relevés de 0,75% à une fourchette de 2,25% à 2,50%. Le marché s'attend à de nouvelles hausses dans les mois à venir, et anticipe 1% de plus d'ici la fin de l'année. Le marché actions a réagi favorablement à l'annonce, le président de la Fed indiquant qu'il serait "ouvert à des augmentations de taille plus modestes" dans le futur.
  • Résultats financiers - des gagnants et des perdants : de très nombreuses sociétés ont publié leurs résultats semestriels et ont profité de l'occasion pour ajuster leurs perspectives pour le reste de l'année. Certaines à la hausse, comme Amazon, la société pharmaceutique GSK, ou encore le fabricant de voiture de luxe Mercedes. Les sociétés pétrolières comme Shell, Exxon et Chevron ont tout simplement annoncé des résultats records. D'autres ont déçu, comme le fabricant de puces électroniques Intel, ou encore la banque Crédit Suisse, qui a annoncé son 3ème trimestre consécutif de pertes. La banque change de PDG et nomme Ulrich Körner - aussi connu sous le surnom "Uli le couteau" - à sa tête.
  • Énorme rebond des marchés actions : l'atténuation de anticipations de hausses de taux à venir, et les résultats encourageants des géants de la tech et des sociétés pétrolières ont fait rebondir les bourses américaines. Le S&P 500 s'adjuge 9,1% et le NASDAQ - très exposé aux valeurs technologiques - augmente de 12,3% en juillet ! Cela contraste avec le 1er semestre, lors duquel ces deux indices ont perdu 21% et 29% respectivement, la pire perf sur le 1er semestre depuis un demi-siècle.
  • La confiance des consommateurs au plus bas : l'indice de confiance pour la zone euro, qui mesure la perception des ménages de leur situation financière, est tombé à son plus bas historique de -23,8 en juin à -28 en juillet. C'est en Espagne, en Italie, en Allemagne et en Pologne que les consommateurs ont le plus de craintes sur l'avenir.
  • Et pourtant l'économie française continue de croître : au second trimestre, la croissance était de +0,5% en France, au-dessus des attentes de +0,2%. Car malgré des consommateurs anxieux (dépenses en baisse), le tourisme a permis de sauver la mise.
  • Les États-Unis techniquement en récession : au second trimestre, le Produit National Brut des US s'est à nouveau contracté (de -0,2%). Deux trimestres successifs de contraction plongent les États-Unis en récession technique. Malgré la baisse du PNB, la consommation personnelle a augmenté de 1%, indiquant la résilience des consommateurs américains.
  • L'Angleterre gagne la coupe d'Europe de foot féminin : en battant l'Allemagne en finale (2 - 1), l'équipe féminine réalise un exploit. En effet, le Royaume-Uni n'avait plus gagné de tournoi de foot international depuis ... 1966. La nation anglaise peut enfin chanter "Football's coming home" !
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Briefing du

25 juillet 2022

La semaine passée

  • La BCE relève ses taux : comme anticipée, la BCE a relevé ses taux, pour la première fois depuis 11 ans. De 0,50% d'un coup, et non de 0,25% comme la banque centrale l'avait pendant longtemps fait miroiter. Cette hausse conclue une période de 8 ans durant laquelle les taux directeurs étaient négatifs et souligne la détermination de l'ECB de lutter contre l'inflation qui a atteint 8,6% pour la zone euro en juin, soit plus de 4 fois plus que l'objectif de 2%, officiellement visé.
  • Draghi démissionne, et déstabilise (un peu plus) le marché des taux : ayant perdu la confiance du parlement italien, l'ancien directeur de la BCE quitte son poste de premier ministre à un moment particulièrement crucial pour l'Italie, qui doit se conformer à certaines conditions pour pouvoir recevoir les prochaines tranches des 200 milliards d'euros de financement de l'Union Européenne. L'inquiétude des investisseurs monte d'un cran. Elle se traduit notamment par la vente d'obligations de l'état italien, dont le rendement à 10 ans a atteint 3,7%, soit plus de 2,30% de plus que les taux à 10 ans de l'Allemagne.
  • Biden atteint par le Covid : le président américain, âgé de 79 ans, a contracté le virus jeudi dernier, mais ne souffre que de symptômes mineurs.
  • Royaume-Uni . Et à la fin, il n'en restera qu'un(e) : après plusieurs débats télévisés, le parti conservateur anglais a réduit le nombre de candidats pour succéder à Boris Johnson à deux finalistes : Rishi Sunak, l'ancien Chancelier de l'Échiquier fera face à Liz Truss, l'ancienne ministre des affaires étrangères. Le résultat final sera connu le 5 septembre.
  • L'indice des directeurs d'achat sous la barre des 50 : l'indice américain est tombé de 52,3 en juin à 47,5 en juillet. En-dessous de 50, cet indice indique l'anticipation d'une contraction économique.
M’abonner aux Briefings et à la newsletter The Interest
C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?