Le risque en investissement : 3 techniques pour mieux le maîtriser

Investir comporte des risques, mais les bons investisseurs savent les mitiger. Quelques conseils pour prendre les bonnes décisions.

En plaçant son argent et en investissant sur les marchés, vous vous exposez délibérément au risque de bénéficier d’un rendement positif lorsqu’ils montent. Mais en prenant cette exposition, vous assumez simultanément le risque de voir la valeur de votre placement diminuer, si les marchés se mettaient à baisser. Et si le niveau de risque que vous prenez dépasse votre zone de confort, alors cela peut vous conduire à prendre les mauvaises décisions d’investissement à court terme, et nuire à la performance de vos placements à moyen et long terme, réduisant ainsi vos chances d’atteindre vos objectifs financiers.

Gérer le risque inhérent à vos placements est une démarche indispensable pour tout épargnant souhaitant construire une épargne à moyen ou long terme de façon cohérente. Mettre en place une stratégie de gestion de risque est crucial pour réussir vos investissements dans le temps. De façon très pratique, nous vous décrivons donc quelques scénarios communs qui peuvent exposer vos investissements à des risques inutilement, et quelques principes simples qui peuvent vous permettre de mieux identifier, mesurer et gérer ces risques.

Diversifier ses investissements afin de limiter le risque de concentration

Imaginons que vous avez utilisé une grosse part de votre épargne pour acheter des actions d’une certaine société cotée. Si un événement inattendu conduit le cours de bourse de cette société à chuter fortement et brutalement, vous êtes à risque de perdre une portion significative de cet investissement et donc de votre épargne, mettant ainsi votre santé financière en péril. C’est ce qu’on appelle le risque de concentration. Cela correspond au vieil adage déconseillant de “mettre tous ses oeufs dans le même panier”. Dans cette situation, vous risquez de perdre une proportion importante de votre argent à cause d’un seul événement.

Ce risque de concentration peut être facilement réduit en diversifiant vos placements. Diversifier votre portefeuille d’investissement vous permet de continuer à viser les rendements élevés associés avec des investissements à risque — des actions par exemple — tout en minimisant les impacts négatifs que peuvent avoir un placement dans un unique actif.  

Prenons un exemple. Un portefeuille qui contient une sélection d’actions, d’obligations et quelques commodités (de l’or ou de l’argent par exemple) générera des profits grâce à la partie “à risque” du portefeuille — les actions. Le risque engendré par cette classe d’actifs sera mitigé par les actifs moins volatils et plus protecteurs tels que les obligations et l’or, qui minimisent la probabilité d’une forte chute en cas de corrections de marché. En outre, un portefeuille qui est investi sur plusieurs continents bénéficie d’une diversification géographique. Celui-ci permet à son propriétaire de bénéficier de hauts rendements en provenance d’économies à forte croissance, tout en réduisant le risque d’événement, comme par exemple un renversement politique ou un désastre naturel.

La diversification peut prendre de nombreuses formes. Elle peut s’opérer au sein de la partie obligataire de votre portefeuille (par secteur et de façon géographique) ou vous pouvez même aller jusqu’à construire plusieurs portefeuilles avec des allocations différentes par classe d’actifs selon un objectif d’horizon de temps. Vous pourrez par exemple constituer un portefeuille proportionnellement plus risqué sur un horizon de temps très long (préparation à la retraite). Ce portefeuille plus risqué peut subir des baisses prononcées à court terme en cas de crise financière, mais est conçu pour générer des rendements plus élevés sur le long terme.

Évitez le risque du timing de marché par l’achat programmé

Souvent, les épargnants qui essaient d’acheter au plus bas et de vendre au plus haut prennent des décisions stimulées par l’émotion, et non fondées sur des principes d’investissement rationnels et de gestion de risque.

Par exemple, les épargnants qui craignent louper la prochaine hausse achètent trop lorsque les marchés sont dans une phase de croissance et s’exposent ainsi à plus de risque qu’ils ne devraient prendre. Et quand les marchés se retournent, ce qui arrive inévitablement, ils ne peuvent plus supporter ce risque et se mettent alors à vendre leurs placements, souvent à perte.

Même si vous êtes très réaliste et rationnel, il est extrêmement difficile de surperformer le marché en essayant de “timer” vos entrées et sorties. Etant donné que nul ne peut prédire l’avenir, il est très compliqué de détecter “le bon moment”. Si vous voulez en avoir la preuve, considérez qu’un investisseur qui serait resté pleinement investi dans l’indice S&P 500 entre 1995 et 2014 aurait vu la valeur de son placement monter de 9.85% par an. Mais s’il avait loupé seulement les 10 jours meilleurs jours de hausse sur ces 9 années, son rendement n’aurait été que de 5,1%.

Plutôt que d’investir la totalité de votre épargne en une fois, déployer son argent à fréquence régulière vous aide à éviter les lourdes pertes subies par ceux qui essaient de “timer” le marché. Les Anglo-saxons appellent cette approche programmatique le “Dollar-Cost Averaging (DCA)”, qui vous donne un coût d’achat moyenné dans la durée. En vous engageant d’investir un montant constant sur une base régulière, sans vous soucier des mouvements de marché à la hausse ou à la baisse, cette approche distribue votre risque sur de multiples points d’entrée dans la durée. Contrairement à ce que votre instinct pourrait vous suggérer, il n’y a pas de mauvais moment pour investir, tant que vous n’investissez pas la totalité de votre épargne au même moment. Avec cette méthode, vous achèterez plus d’unités quand les prix de marché seront plus bas et moins de parts quand les prix montent, ce qui équivaut à moyenner votre coût d’achat dans le temps.

Éviter le coût d’opportunité en restant investi

Historiquement, les marchés actions ont sur le long terme toujours monté. L’action la plus logique et la plus rentable que vous puissiez prendre pour votre épargne est donc d’adhérer à votre planning financier à long terme et donc de rester investi. Ainsi, vous donnez l’opportunité à vos placements de capitaliser (c’est-à-dire de fructifier les gains déjà réalisés sur votre capital initial, afin de générer des gains sur vos gains et ainsi de suite) et donc de maximiser votre rendement dans le temps. C’est le principe des intérêts composés.

Vous pourriez être tenté de vendre quand les cours baissent, en espérant racheter vos actions quand elles seront au plus bas. Mais dans la réalité, personne ne sait quand les marchés touchent le fond, et en vous retirant du marché vous prenez le risque de ne pas participer dans les gains potentiels qui résultent de sa remontée.

Durant la crise financière de 2008, le S&P 500 avait atteint son plus bas le 9 mars 2009 pour entamer une hausse de presque 65% au 31 décembre 2019. A l’époque, les investisseurs ne savaient pas qu’un nouveau cycle de croissance avait été enclenché. Encore un an plus tard certains spécialistes continuaient de soutenir que le bon moment pour se remettre à l’achat n’était pas encore venu. Et si vous aviez vendu lors de la baisse du marché, il n’est pas certain que vous auriez pu surmonter la barrière psychologique pour vous remettre au travail le cash et à racheter des actions durant la période de hausse. Vous auriez ainsi raté l’opportunité de profiter de cette tendance positive du marché. En outre, pendant ce temps-là, détenir des liquidités qui ne rapportent rien vous font, dans la réalité, perdre en pouvoir d’achat, qui se fait progressivement ronger par les effets de l’inflation.

Maximisez les chances de faire travailler votre épargne pour vous

Tout placement comporte un risque. Mais de nombreuses techniques existent pour le gérer, afin d’optimiser le rendement que vous pouvez espérer recevoir pour un niveau de risque donné. Parmi les principes les plus basiques, la diversification, les achats programmés et simplement rester investi sur la durée sont des approches de gestion de risque qui vous permettent de considérablement augmenter vos chances de générer des rendements intéressants sur vos investissements à moyen et long terme.


   

Logo The Interest

Envie d’en savoir plus sur l'économie et les finances personnelles ?

Découvrir notre blog
The Interest
Partagez cet article