Twitter, ou comment trouver 44 milliards de Dollars

May 10, 2022

Cela vous fera 44 milliards monsieur Musk. Vous comptez régler comment ?” 

Évidemment, ce n’est pas comme ça que se sont déroulées les négociations entre Elon Musk, fondateur de Paypal, de Tesla et de SpaceX, et les actionnaires actuels de Twitter. Mais toujours est-il qu’après s’être mis d’accord sur le prix, il faut bien aller les trouver ces 44 milliards.

Elon Musk peut-il se payer Twitter “de sa poche” ?

La plus grosse fortune au monde

Elon Musk est l’homme le plus riche du monde. Sa fortune est estimée à plus de 250 milliards de Dollars, soit plus du double de Bernard Arnault, notre champion national à la tête de LVMH, qui occupe la 3ème place dans ce même classement. 

Sa richesse vient notamment des 16% que Musk détient dans Tesla, le fabricant de véhicules électriques qu’il dirige depuis 2008, et de participations qu’il détient dans d’autres entreprises qu’il a fondées comme SpaceX, ou encore The Boring Company.

Riche en actifs, “pauvre” en liquidités

Mais il y a un hic, car ces participations ne sont pas liquides. Il a sûrement de quoi se payer une maison et quelques voitures (électriques) de luxe. Mais la vaste majorité de son argent est placé dans les sociétés qu’il a monté. 

La réponse est donc évidemment non : il n’a pas les 44 milliards à disposition sur un compte en banque. Et même pour Elon Musk, 44 milliards de Dollars, cela fait une somme. Il doit donc la trouver, car le contrat d’achat stipule que s’il n’honore pas sa promesse, il devra verser 1 milliard de Dollars à Twitter en dédommagement.

Liquider une partie des actions Tesla

Le jour de l’annonce du projet d’acquisition, le cours de l’action Tesla a perdu 12%. Les investisseurs craignaient que le PDG de la société soit obligé de vendre une partie de ses parts pour financer son achat de Twitter. Et ils ne se sont pas trompés. 

Une partie de la chute brutale du cours de Tesla est sans doute due à la vente de presque 10 millions d’actions Tesla par Elon Musk. Lui permettant de récupérer au passage 8,5 milliards de Dollars, qu’il pourra utiliser pour financer une partie de l’acquisition. 

8 milliards donc, c’est déjà bien, mais nous sommes encore loin du compte.

Les banques se mobilisent en premier

Un premier prêt bancaire classique

La première idée d’Elon Musk est de faire supporter une partie de la facture à la société ciblée dans le rachat. La tactique, plutôt très courante dans le domaine des “buy-outs”, consiste à endetter l’entreprise visée par le rachat et d’utiliser cette dette pour payer une partie de la facture. 

Twitter génère des revenus conséquents et en hausse régulière. L’entreprise peut donc supporter de la dette. Les banques ont estimé qu’elle pouvait emprunter 13 milliards de Dollars. Dans la pratique, elles s’attendent notamment à ce que Twitter génère suffisamment de revenus pour payer les intérêts et rembourser le principal à l’échéance. 

Elles se disent peut-être aussi que dans le pire des cas, si Twitter devait être vendue à la casse, la société vaudrait au moins 13 milliards, ce qui leur permettrait de récupérer leurs billes. 

Un second prêt sur marge

13 milliards de plus donc, mais ça ne suffit toujours pas. Elon Musk a donc eu recours à un prêt sur marge. Là, il est plus directement concerné.

Le vieil adage “on ne prête qu’aux riches” s’applique ! Mais dans le cas présent, il devrait être reformulé en “on ne prête qu’aux riches qui sont prêts à donner leur richesse en gage.” Car c’est tout le principe d’un prêt sur marge.

Les banques sont tombées d’accord pour prêter la modique somme de 12,5 milliards de Dollars à Elon Musk, à condition qu’il mette une partie significative de ses actions Tesla en gage. Si Musk n’honore pas les intérêts ou le remboursement de cette dette, les banques peuvent contractuellement saisir ces actions et les vendre en bourse pour récupérer leur mise.

Elon Musk trouve donc 12,5 milliards de Dollars supplémentaires, mais ce n’est pas la solution idéale pour lui. Car si quelque chose coince, il devra dire adieu à un gros morceau de ses parts dans sa propre entreprise.

Il lui fallait donc trouver (encore) une autre solution de financement.

Faire appel aux copains

Un milliardaire peut en cacher plusieurs autres

Un des avantages d’être milliardaire, c’est que vous aurez très probablement d’autres milliardaires dans votre entourage. Et Elon Musk en a probablement plus que la moyenne, puisque certains le sont devenus grâce à lui. 

Prenez le cas de Ron Barron, gérant de Baron Capital Management. Sa société de gestion a gagné plus de 7 milliards de dollars en investissant dans Tesla en 2014. Il se laisse convaincre pour investir 100 millions de Dollars dans cette transaction. 

Ou encore Larry Ellison, le fondateur d’Oracle. Bon d’accord, lui était déjà milliardaire avant d’investir dans Tesla, mais ce placement lui a quand même rapporté 10 milliards de Dollars de plus. Pas étonnant de le voir contribuer à hauteur de 1 milliard au deal, et ainsi soutenir son ami Musk. Une sorte de retour d’ascenseur si vous voulez.

Elon Musk a ainsi identifié une vingtaine d’investisseurs prêts à contribuer pour plus de 7 milliards de Dollars à sa transaction. 

Cela lui a permis de réduire la taille du prêt sur marge de moitié, des 12,5 milliards proposés, à “seulement” 6,25 milliards de Dollars. Et donc de mettre beaucoup moins d’actions Tesla en gage. 

Croire en l’homme et au projet, plus qu’aux chiffres

Les analystes financiers sont quasiment unanimes sur le fait qu’Elon Musk paie un prix très élevé pour Twitter. Et se posent la question de savoir comment un entrepreneur, aussi exceptionnel qu’il soit, puisse radicalement améliorer la profitabilité du réseau social.

Mais les nombreux fans d’Elon Musk lui font une confiance quasi-aveugle. Il faut dire que l’entrepreneur a montré qu’il savait transformer des idées très originales en réussites financières exceptionnelles. 

Binance, la plus grande place de marché dédiée aux crypto-devises, investit 500 millions de Dollars à ses côtés. De son propre aveu, le PDG de Binance, Changpen Zhao, estime qu’il s’agit d’un chèque en blanc, par lequel il exprime sa confiance dans le fait qu’Elon Musk démontrera à nouveau ses capacités d’entrepreneur transformant et visionnaire. 

À suivre…

M’Abonner

Une sélection de nos meilleurs articles chaque mois, et un briefing hebdomadaire sur les marchés

C'est noté. À très bientôt !
Hmm, quelque chose coince. L'adresse peut-être ?
Dans la même catégorie

Mettez vos finances au travail !

Nous avons créé Cashbee, une app d'épargne simple et efficace, qui vous donne accès aux meilleurs placements depuis le confort de votre portable. Essayez-là !

En savoir plus