La transparence sur les frais : l’industrie financière peut (toujours) mieux faire

Nous ne souhaitons être ni sensationnalistes ni démagogues, et débutons donc tout naturellement par affirmer que d’énormes progrès ont été réalisés dans la domaine de la transparence sur les frais qui sont facturés par les banques, les sociétés d’assurance et les gestionnaires d’actifs en tout genre à leurs clients personnes physiques, sous l’effet combiné de l’évolution de la réglementation, de plus en plus stricte sur ce point (citons MiFid II), des efforts initiés par des leaders dans l’industrie et la pression concurrentielle de nouveaux entrants, comme les FinTech Robinhood aux Etats-Unis ou encore Monzo aux Royaume-Uni, qui ont fait de la clarté et de la transparence totale sur leurs commissions un axe stratégique. Néanmoins deux évènements récents rappellent qu’il reste encore des efforts à faire, si les grands acteurs de la finance souhaitent retrouver la confiance du grand public, dont une partie continue d’avoir le sentiment de “se faire avoir”.

En Australie tout d’abord, le secteur bancaire dans son ensemble a été ébranlé par les conclusions explicites de la Royal Commission, commission d’enquête qui a mené une revue du système bancaire, mettant en lumière durant 68 jours d’auditions télévisées comment les grandes banques Australiennes continuaient à facturer des clients décédés ou vendaient des services financiers inutiles à des clients non-avertis (culminant avec la diffusion d’une conversation téléphonique dans laquelle un commercial particulièrement agressif vend un produit financier inutile à un adulte souffrant du syndrome de Down). Au-delà de ces pratiques commerciales choquantes, un point central d’attention fut de recommander que l’industrie cesse la pratique très largement répandue par laquelle les banques versent des commissions à des conseillers financiers de clients particuliers en contrepartie des coordonnées de ces derniers, créant ainsi un conflit d’intérêt chez l’intermédiaire.

Au Royaume-Uni ensuite, où les autorités réglementaires de la City ont menacé cette semaine d’intervenir directement en forçant les gestionnaires d’actifs d’améliorer la divulgation des frais qu’ils facturent, s’ils ne le font pas volontairement eux-mêmes. Jusqu’à aujourd’hui, selon un accord conclu par l’industrie des fonds de pension avec la Financial Conduct Authority, le secteur de l’épargne retraite a été encouragé à devenir plus clair et explicite dans la communication des frais et coûts de leurs services à des millions d’épargnants anglais à leur initiative et à leur rythme. Cet accord fut la conséquence d’une revue du marché en 2017 entreprise par le régulateur Britannique, qui avait alors constaté que même les investisseurs institutionnels qui géraient l’argent pour le compte des épargnants individuels avaient du mal à obtenir les informations nécessaires pour juger si leurs clients finaux en avaient pour leur argent. Si la FCA a rendu un rapport plutôt favorable sur l’évolution de l’industrie vers une plus grande transparence des commissions facturées aux épargnants, les parlementaires ont néanmoins relevé qu’il existait encore des fonds qui proposaient une structure de frais “capés” à 0,75% des actifs confiés, mais où ce “cap” ne s’appliquait pas aux frais transactionnels. En conséquence, la FCA a dû reconnaître que dans ces cas, les clients finaux pouvaient tout à fait subir des commissions totales dépassant - parfois de beaucoup - le (soi-disant) maximum de 0,75%.

A la lumière de ces deux exemples récents, il nous semble que l’importance de la transparence sur les commissions, dont l’industrie financière a bien pris conscience et sur laquelle elle travaille activement, nécessite néanmoins une attention continue des autorités réglementaires afin de continuer de stimuler les initiatives des grands acteurs en ce sens. Les particuliers sont prêts à rémunérer à leur juste valeur les services financiers dont ils ont véritablement besoin et qui les aident à réaliser leurs objectifs financiers. Et ce d’autant plus si le fournisseur de ce service donne un accès très facile à ses tarifs, qui se doivent d’être clairs, simples à comprendre et structurés afin d’être alignés avec les intérêts du client.

Nos recommandations

Actu

il y a 8 jours

4 min

Pour être un peu plus précis que notre titre, forcément un peu accrocheur, un fond dédié uniquement…

Marc Tempelman

Lire l'article

Actu

il y a un mois

3 min

Nous savons tous que Ronaldo est un des meilleurs joueurs de foot de son temps, et certains diront…

Marc Tempelman

Lire l'article

Prêt à épargner ?

illustration