La psychologie de l’épargne : pourquoi est-ce si difficile ?

La psychologie : pourquoi est-ce si difficile d’épargner et les 5 trucs que vous pouvez faire pour y parvenir néanmoins

61 % des Français se déclarent inquiets en pensant à la retraite et 56% des actifs estiment qu’ils n’auront pas les ressources suffisantes pour vivre correctement une fois qu’ils y seront. Puisque vous avez sûrement déjà entendu des statistiques de ce type, vous savez donc que les individus ont énormément de mal à épargner. Mais pourquoi ? Evidemment, il existe une myriade de facteurs socio-économiques comme des salaires bas, le coût de la vie élevé, etc. Mais existe-t-il des facteurs psychologiques qui nous empêchent de mettre de côté ? Et comment pouvons-nous surmonter ces tendances naturelles et commencer à investir pour le futur ?

Pourquoi nous sommes nuls en épargne

Selon Ted Klontz, un psychologue financier et professeur à l’université de Creighton, l’explication remonterait au temps de l’homme des cavernes. Puisqu’on vivait en tribus, garder quelque chose dont on avait pas un besoin immédiat vous faisait paraître comme égoïste, pouvant mener à l’exclusion de la tribu (ce qui équivaut à peu près à une condamnation à mort). De même, si vous gardiez de la nourriture pour le lendemain, vous pouviez tomber malade et mourir.

Et ce modèle de la vie en communauté a perduré longtemps. Il y a encore un siècle, il était habituel de vivre à plusieurs générations sous un même toit, les actifs s’occupant des membres de la famille plus âgés. Et de toutes les façons, l’espérance de vie n’atteignant guère plus de 50 ans, la question de comment survivre plusieurs décennies sans travailler n’était pas réellement préoccupante.

Selon le professeur Klontz, il devient alors plus facile de comprendre pourquoi seuls 14% à 17% des individus sont naturellement disposés à mettre de côté.

Comment les banques traditionnelles exploitent notre disposition psychologique

Les grandes banques traditionnelles ont bien compris ces statistiques. En occurrence, elles les exploitent ! Le crédit à la consommation illustre bien ce propos. Dans le passé, quand on n’avait plus d’argent, on ne pouvait plus consommer. Mais aujourd’hui, ce type de crédit permet de le faire. Et lorsque vous consommez à crédit, la banque vous facturera des intérêts, souvent bien supérieurs à 5%.

Le découvert sur votre compte courant, autorisé ou pas, constitue un autre bon exemple. En effet, lorsque vous tombez à découvert, ce qui arrive régulièrement à un Français sur cinq pour des raisons d’inattention plus que de stress financier, l’institution financière vous facturera cette avance très chère, typiquement à un taux allant de 7,5% (pour les découverts autorisés) jusqu’à 15% (pour les découverts non-autorisés). En 2018, les banques ont ainsi gagné plus de 2,6 milliards d’euros en frais et pénalités de découverts.

Cinq trucs pour enfin arriver à épargner

Vous êtes prêts à combattre votre cerveau et les grandes institutions pour commencer à épargner ? Alors pour commencer, il faut savoir que votre subconscient prend une majeure partie de vos décisions sans que vous vous en rendiez compte. Donc pour court circuiter votre cerveau subconscient, il va falloir s’adresser à lui en son langage. Cette partie du cerveau répond peu à la logique et aux discours rationnels, et est beaucoup plus réceptive aux sensations fortes, comme la peur et le plaisir. Vous l’aurez compris, il faut donc vaincre votre subconscient par la crainte ou l’excitation ! Et voici 5 façons pour y arriver.

1. Utilisez vos cinq sens

Est-ce que vous vous souvenez de cartes accrochées dans les classes à l’école indiquant les objectifs à atteindre par les élèves ? Quand on les atteignait, alors la classe avait droit à une célébration. Ou peut-être que vous avez déjà vu des affichages dans les entreprises, mesurant le nombre d’accidents au travail, afin d’inciter les employés à faire attention ? Il se trouve que ces supports visuels sont très efficaces.

Selon le professeur Koltz, le subconscient a du mal avec les concepts abstraits. Pour le faire évoluer, il faut donc travailler les sens. Vous voulez épargner pour pouvoir vous payer des vacances à New York ? Affichez un poster de la statue de la liberté dans votre cuisine, faites vous une liste des choses à voir. Ecoutez le morceau “New York” d’Alicia Keys ou de Frank Sinatra (selon votre goût musical). Plus vous pouvez toucher, écouter, voir, sentir et goûter votre objectif et plus vous êtes susceptible de le poursuivre avec enthousiasme, chaque expérience sensorielle vous rappelant pourquoi vous économisez.

2. Faites-vous peur

Moins drôle, mais tout aussi efficace. Forcez-vous à imaginer ce qu’il se passerait si vous ne mettez rien de côté. Pensez aux derniers mois de votre vie. Où vous trouverez-vous ? Qu’est ce qui vous entoure ? Ce n’est probablement pas un tableau très réjouissant. Et en l’imaginant, vous pouvez forcer votre subconscient à changer. Une idée pratique dans ce sens est d’utiliser des programmes informatiques de vieillissement tels que AgeingBooth permettant à des personnes de 30 ou 40 ans de voir ce à quoi ils pourraient ressembler à l’âge de 70 ou 80 ans. Certaines personnes ont ainsi réussi a radicalement changer leur profil d’épargnant, et d’augmenter sensiblement les montants mis de côté.

3. Automatisez votre épargne

Une autre façon de tromper votre subconscient est tout simplement ne pas l’impliquer. En automatisant votre effort d’épargne, vous enlevez à votre cerveau la nécessité de prendre des décisions à ce sujet. En d’autres termes, si vous ne le voyez pas, vous ne le sentez pas, et l’acte d’épargner devient indolore.

Et c’est également le constat que nous avons fait chez Cashbee. C’est la raison pour laquelle nous proposons une fonctionnalité virement automatique ; les utilisateurs qui activent cette option mettront, en moyenne, plus d’argent de côté que ceux qui ne le font pas.

4. Défiez un ami épargnant

Que ce soit pour arrêter de fumer, faire plus de sport ou pour épargner plus, être mis face à ses responsabilités influe significativement sur le comportement. Ainsi, trouver un ami qui souhaite aussi acquérir de meilleures habitudes financières et se challenger mutuellement peut s’avérer très efficace. Le défi de celui ou celle qui épargnera le plus peut rendre l’acte d’épargner plus ludique, et l’on se sent moins seul dans son effort.

5. Engagez vos principes

Identifiez un organisme que vous détestez fortement. Par exemple le comité de soutien pour un parti politique avec lequel vous êtes en désaccord, ou une association dont la cause vous semble injuste.

Quelque soit cette organisation, faites un chèque à leur attention et donnez ce chèque, signé de votre main à un(e) ami(e) de confiance. Et dites-lui que si vous n’arrivez pas à mettre, par exemple, 10% de votre salaire mensuel de côté, alors il / elle a votre permission pour envoyer le chèque.

Selon le professeur Klontz, les émotions négatives sont deux fois plus stimulantes que les émotions positives. Cette technique peut donc être très puissante.

Aujourd’hui est le meilleur jour pour commencer à épargner

Vous avez donc bien le droit de blâmer votre ADN et votre subconscient pour votre manque d’épargne. Malheureusement cela ne changera rien au sentiment d’inquiétude pour le futur que de nombreux d’entre nous partagent. Il n’est jamais trop tard pour changer la donne et vous pouvez donc utiliser les suggestions ci-dessus pour vous aider à épargner plus et mieux, et ainsi augmenter vos chances de financer vos projets de vie.

Nos recommandations

Mon Argent

il y a 16 jours

5 min

Et l'inverse est vrai aussi : l'exemple de la GrèceLorsqu'une société côtée en bourse se porte bien…

Marc Tempelman

Lire l'article

Mon Argent

il y a 25 jours

5 min

Vous avez peut-être lu la première partie de l’abécédaire de l’épargnant, que nous avons publié il y…

Marc Tempelman

Lire l'article

Prêt à épargner ?

illustration