Nous utilisons des cookies pour améliorer ce site internet. En poursuivant votre navigation, vous acceptez nos conditions d’utilisation.

Dette à rendement négatif

Selon une étude publiée par la Barclays Bank le volume de dette dans le monde proposant un rendement négatif a atteint l’équivalent de 12 trilliards de dollars la semaine dernière, un montant tellement gigantesque que nous pensions qu’il était utile de donner ici une brève explication sur ce concept très paradoxal et instinctivement choquant. En effet, dans le cas d’une dette à taux négatif, et contrairement à un dette “classique”, c’est celui qui prête l’argent qui verse des intérêts à l’emprunteur.

Les principes d’un emprunt “classique”

Comme toujours, essayons d’aborder les concepts financiers avec une illustration concrète. Imaginons que votre voisin, que vous connaissez bien et avec qui vous entretenez des relations cordiales, vous demande de lui prêter de l’argent afin de lui permettre d’acheter sa maison. Si vous avez de l’épargne, vous pourriez être tenté de faire ce geste, et alors engager une discussion sur les conditions financières de ce prêt. Les caractéristiques principales sur lesquels vous devrez vous mettre d’accord seront alors :

  • au bout de combien de temps votre voisin doit-il vous rembourser ? Il s’agit de la durée de l’emprunt ;
  • combien doit-il vous verser pour vous rémunérer pour cet emprunt ? Ce sont les intérêts de l’emprunt ;
  • quand doit-il vous payer les intérêts ? Il faut définir la fréquence de paiement ;
  • et si par malheur il ne vous paie pas les intérêts ou ne vous rembourse pas à la date finale convenue, pourriez-vous alors légalement prendre possession de sa maison ? En termes financiers, il s’agit de garantir l’emprunt par un actif (la maison du voisin), aussi appellé “collatéral”.

Imaginons que votre voisin vous promet de vous rembourser dans 10 ans, et que vous êtes d’accord sur un versement annuel des intérêts, avec la possibilité pour vous de prendre possession de la maison en cas de non-paiement par le voisin, quel serait le juste taux d’intérêt pour ce prêt ?

Sans rentrer dans les détails de la maison ou de la santé financière et physique de votre voisin (qui vont influer sur sa capacité à payer les intérêts et de vous rembourser à l’échéance) et en regardant les taux des emprunts immobiliers proposés actuellement par les grandes banques, le taux de cet emprunt devrait être d’environ 1,25%. Ce qui signifie que si vous lui prêtez dix mille euros, il vous devra 125 euros tous les ans au titre des intérêts, avant de vous rembourser la somme prêtée initialement à la fin de la dixième année1.

La dette à rendement négatif : l’emprunteur payé par le prêteur !

Aujourd’hui, des sommes colossales sont prêtées à des taux d’intérêt négatifs, c’est-à-dire que sur ces prêts,les prêteurs s’engagent à payer l’emprunteur et non l’inverse ! Pour faire le parallèle avec notre exemple ci-dessus, c’est comme si vous prêtiez les 10 000 euros à votre voisin, en lui faisant la promesse de lui verser en plus une somme fixe tous les ans pour la peine.

Cette situation paradoxale, qui existe maintenant depuis plusieurs années, s’est amplifiée fortement en 2019 et peut s’expliquer par la combinaison de plusieurs facteurs :

  • Tout d’abord, depuis la crise financière en 2008, les grandes banques centrales ont collectivement fortement baissé les taux directeurs pour stimuler l’économie mondiale, en incitant les banques commerciales à prêter aux entreprises. D’ailleurs, après quelques récentes remontées de taux aux Etats-Unis, les messages envoyés par la Fed (la banque centrale américaine) indiquent plutôt que de nouvelles baisses de taux sont envisagées pour contrer un ralentissement économique potentiel, résultant des tensions commerciales internationales actuelles. En Europe les taux vont probablement rester aux niveaux historiquement bas actuels. Ainsi, le taux payé par la Banque Centrale Européenne sur les dépôts excédentaires que les banques viennent déposer chez elle est de -0,40%, c’est-à-dire que les banques commerciales doivent payer pour le privilège de parquer de l’argent à la BCE ;
  • Ensuite, la crainte d’un ralentissement économique, combinée avec la perception que les cours des actions et d’autres solutions d’investissement alternatives sont actuellement (trop?) élevés poussent les investisseurs à rechercher avant tout la sécurité plutôt que le potentiel de performance. En d’autres termes, bon nombre d’entre eux préfèrent aujourd’hui les placements sûrs, comme les titres de dette des états Allemands, Français ou Japonais, même avec un rendement négatif, que d’acheter des actions, qui pourraient gagner mais aussi perdre beaucoup en valeur ;
  • Enfin, ce n’est pas parce qu’on investit dans un titre qui offre un rendement négatif qu’on ne peut pas gagner de l’argent. En effet, certains spéculateurs se sont également portés acquéreurs de ces titres de dette, anticipant que l’appétit pour ce type d’investissement, très défensif par essence, pourrait augmenter considérablement si une crise financière se déclenchait. Ce qui ferait monter les cours de ces obligations d’Etat, leur permettant alors de réaliser des profits appréciables.

Donc cela peut paraître surnaturel, mais cette situation permet aujourd’hui aux Pays-Bas, la Suisse, l’Allemagne, le Japon et la France de s’endetter largement en se faisant payer par les investisseurs.

Et si cela peut paraître comme une situation particulièrement favorable pour les emprunteurs, quelque soit leur nature (il n’y a qu’à observer les taux d’emprunt particulièrement attractifs pour des achats immobiliers pour s’en convaincre), ça l’est beaucoup moins pour les nombreux d’entre nous qui souhaitent - ou doivent - mettre de l’argent de côté pour financer des projets de toute sorte. Nous nous retrouvons “piégés” entre des solutions d’épargne à rendement très faible voire même négatif d’une part, et des solutions d’investissement potentiellement plus rémunératrices mais plus risquées, comme l’achat d’actions par exemple, d’autre part.

Nous pouvons donc comprendre pourquoi, face à ces choix difficiles, de nombreux épargnants non-professionnels se sentent démunis et finissent, par manque de temps, d’expertise et de confiance par laisser dormir de plus en plus d’argent sur leurs comptes courants et/ou sur livrets classiques, acceptant ainsi (consciencieusement ou non) de perdre petit à petit en pouvoir d’achat.

C’est pour faire face à cette problématique que nous avons lancé l’application Cashbee, qui permet de façon très simple à ses utilisateurs de gagner des intérêts sur leurs liquidités dormant sur leurs comptes, tout en les gardant sur un compte bancaire, en France, toujours accessibles et toujours à leur nom. A notre mesure, nous souhaitons démontrer que les taux négatifs ne sont pas une fatalité pour l’épargnant !

  1. Par simplicité, nous partons du principe qu’il s’agit d’un emprunt de type “in fine” dans lequel la totalité du montant emprunté est remboursé à la fin de la durée de l’emprunt. L’alternative (plus fréquente en France d’ailleurs) est l’emprunt amortissable dans lequel le montant emprunté est partiellement remboursé tous les ans.