Nous utilisons des cookies pour améliorer ce site internet. En poursuivant votre navigation, vous acceptez nos conditions d’utilisation.

Ce que l’épargne et la course à pied ont en commun

Si vous avez déjà fait un footing, vous devriez pouvoir mettre un peu de côté. On vous explique pourquoi.

Nous avons chacun nos moments où les idées nous viennent. Dans mon cas, c’est sous la douche ou lorsque je cours que l’inspiration vient. Et ce matin, alors que je rentrais dans mon rythme de course, je me suis dit qu’il y avait énormément de similitudes entre la course à pied et l’épargne. En les résumant ici, peut-être que nous pourrons aider les courreurs (nous sommes 5,9 millions en France) à mieux comprendre l’épargne et ainsi faciliter leurs efforts pour mettre de l’argent de côté. Et croyez-nous, c’est beaucoup plus facile de devenir un épargnant efficace que de finir son premier marathon !

Le plus difficile, c’est de commencer

Nous savons tous que l’exercice physique régulier est bon pour notre santé, et que parmi tous les sports, la course à pied est un des plus efficaces. Mais, entre le savoir et le pratiquer, il y a un gouffre. Pour l’épargne, c’est très similaire : nous comprenons instinctivement qu’il est important de mettre de l’argent de côté, mais nous sommes nombreux à ne pas le faire de façon régulière. Et il faut donc trouver le moyen et la motivation pour se lancer. Car une fois cette première barrière franchie, l’habitude est relativement facile à prendre. Et l’avantage des deux activités, courir et épargner, est qu’elles n’exigent presque aucun équipement (une paire de chaussures de course et un smart phone respectivement) et qu’on peut les démarrer dès aujourd’hui !

Les efforts doivent être réguliers pour être payants

Pour ceux qui souhaitent perdre un peu de poids ou retrouver de l’endurance, ne vous attendez pas à voir des résultats concluants et visibles après votre première course à pied. Les amateurs de jogging le savent, ce n’est qu’en s’exerçant avec régularité qu’on retrouve sa forme, qu’on améliore ses performances et qu’on peut atteindre son objectif éventuel de réduction de poids. C’est la même chose pour l’épargne. Ce sont la régularité et la discipline qui font la vraie différence sur notre santé financière dans la durée, même si au début nous pouvons avoir l’impression de “faire des efforts pour rien”. Dans le sport, c’est biologique, plus nous courrons, plus nous gagnons en souffle et en endurance, nous permettant de courir plus longtemps. Dans l’épargne, l’argent que nous mettons de côté génère des intérêts qui, eux-mêmes vont générer des intérêts. Il s’agit d’intérêts composés qu’Einstein lui-même aurait qualifié comme la force la plus puissante de l’univers.

Nous pouvons stimuler nos propres efforts

Pour certains, la course à pied devient une drogue. Mais pour d’autres il ne s’agit que d’un moyen parfois ludique, parfois pénible et fatiguant, pour rester en forme. Ceux-là ont trouvé énormément de techniques différentes pour se motiver, et aller courir, même lorsqu’il fait froid et sombre dehors. Parmi les pratiques auto-stimulantes les plus connues, citons le rendez-vous hebdomadaire avec un groupe d’amis (c’est moins facile de rester sous sa couette lors que les copains vous attendent à l’angle de la rue), s’inscrire à une course nécessitant de s’entrainer, se lancer des petits défis à soi-même (“je vais faire trois fois le tour du lac avant la fin du mois”) ou encore mesurer ses performances via son smartphone ou sa montre connectée. Si nous partons du principe qu’épargner est un moyen pour mettre de l’argent de côté et faire certaines dépenses qui seraient impossible sinon, les mêmes principes peuvent s’appliquer. Pour se motiver, l’épargnant peut se fixer un ou plusieurs objectif(s) pour lesquels des cagnottes peuvent être constituées. Savoir que l’on met de côté pour les vacances, ou la nouvelle cuisine, peut faciliter l’acte d’épargne et il est aisé de mesurer le rythme de constitution de son épargne via des applications spécialisées, comme Cashbee par exemple.

Pas la peine d’être un marathonien pour bénéficier de l’effort sportif

La forme physique des grands marathoniens est extraordinaire, résultat d’entrainements intensifs et de leurs capacités naturelles. J’en suis très loin sur les deux plans, mais je sais que mon footing du dimanche matin me fait le plus grand bien. A chacun son rythme et sa distance, selon ses capacités et le temps qu’il/elle peut y consacrer. Le tout est d’arriver à se pousser jusqu’à sa limite (tout en évitant l’accident physique évidemment). C’est pareil pour l’épargne. Nous ne disposons pas tous du même revenu, nous n’avons pas tous les mêmes charges, donc par définition, nous ne disposons pas de la même capacité d’épargne. Et puis il y a notre caractère, plutôt cigales ou plutôt fourmis. Mais comprenez que tout effort d’épargne régulier est bénéfique, quelque soit la somme ou la périodicité.

Se faire aider pour améliorer sa performance

Même si la course à pied n’est pas très compliquée, comparée à la finance par exemple, il existe de nombreuses méthodes pour se faire aider, et ainsi améliorer ses performances. Les plus fortunés peuvent se faire accompagner par un coach personnel. D’autres, plus nombreux, se font assister par une application dédiée, qui conseille sur un programme d’entraînement personnalisé et qui enregistre et analyse automatiquement les distances courues et la vitesse moyenne. Nous nous sommes dits qu’il faudrait une solution similaire pour l’épargne, pour aider tous ceux qui savent qu’il est important de mettre de côté, mais qui ne le font pas ou pas bien aujourd’hui. Nous l’avons imaginé afin de vous permettre d’améliorer votre santé financière, de la façon la plus motivante et ludique possible. Nous ne vous promettons pas de courir le marathon de l’épargne en moins de 3 heures, mais nous ferons tout pour vous faire prendre goût à l’épargne. Et améliorer votre performance financière, quelque soit votre niveau de départ.