Comment le Brexit impacte notre start-up avec une poignée d’employés !

Chez Cashbee, nous pourrions penser qu’en tant qu’experts financiers, nous possédons une certaine maîtrise des principaux enjeux géopolitiques. En effet, pour avoir un avis pertinent en matière d’épargne, mieux vaut comprendre et suivre les sujets économiques et politiques du monde, qui influent sur les taux d’intérêts, les cours de bourse des multinationales, le change etc. Et il n’y a aucun doute que le Brexit fait partie des sujets brûlants du moment, commenté quotidiennement dans la presse. Malgré cela, nous ne nous doutions pas que ce sujet puisse avoir un impact direct sur une start-up en forte croissance certes, mais – pour l’instant – active uniquement en France. La réalité nous a rattrapé quand nous avons recruté Matt ! Voici comment :

Rencontrez notre “Senior Architect”, le très expérimenté Matt !!

Pour le développement de notre solution Cashbee, nous avons fait le choix fort d’internaliser notre technologie. Mais afin de pouvoir bénéficier de l’expertise des meilleurs, Chaker, notre directeur technologique (CTO) s’est appuyé sur l’implication de quelques designers et développeurs informatiques de son réseau pour certains aspects de la conception de notre application et la mise en place de nos systèmes informatiques. Parmi ceux-là, nous avons beaucoup travaillé avec Matt, un expert en architecture informatique, machine learning et data engineering. Bref, c’est un très bon ! Et à force de bien travailler ensemble, de constater son implication dans le projet entrepreneurial et de prendre quelques verres en fin de journée, l’affinité mutuelle entre Matt et l’équipe Cashbee a grandi rapidement, pour aboutir logiquement à une proposition d’emploi, et la décision de Matt de démissionner de son poste actuel pour formellement nous rejoindre. Jusque là, tout va bien, surtout pour nous, car Matt apporte une réelle compétence technique, son sens de l’humour très British, ainsi que la première touche internationale à l’équipe, toujours utile lorsqu’on a des ambitions d’internationalisation. Mais voilà, Matt est Anglais et habite en Angleterre.

Il habite en Angleterre - So What ?

Il souhaite donc être payé en livres. Normal. Mais Cashbee opère et se finance en Euros. Donc en embauchant un Anglais, la société s’expose à un risque de change. Très simplement, en tant que salarié, Matt reçoit une somme en livres fixe, toutes les fins de mois, qui représente un montant en Euros pour Cashbee qui varie selon le cours du change EUR vs GBP. Si le cours de la livre monte contre l’euro, Matt nous coûte plus cher. Inversement, si le cours de la livre venait à s’effondrer, notre masse salariale diminuerait. Du coup, nous avons regardé de plus près l’impact de la volatilité des cours de change sur notre masse salariale, et nous nous sommes rendus compte qu’il était significatif.

Soyons clair, l’Angleterre a toujours eu sa monnaie à elle et nous en étions bien conscient avant de proposer à Matt de nous rejoindre. Mais le débat sur le Brexit, et les évolutions rocambolesques de celui-ci pendant les récentes semaines, font varier ce cours de change parfois violemment au cours d’une même journée, au fil des déclarations du Prime Minister Theresa May, ses opposants politiques et les réactions des représentants de l’Union Européenne.

Ainsi depuis le début de l’année, payer Matt GBP 1,000 aurait pu nous coûter entre EUR 1178 et EUR 1107 selon le jour auquel nous aurions effectué l’opération de change, soit un différence de 6%, représentant EUR 852 sur 12 mois. Sur un an glissant, les fluctuations du cours de change sont plus prononcées, avec un écart de 7% entre les deux extrêmes.

gbp eur 1an graphique

1ère Conclusion : comprendre le processus du Brexit

Du coup, nous nous sommes intéressés au Brexit, afin de mieux comprendre le processus, d’avoir en tête les prochaines grandes échéances et d’évaluer les possibles conséquences. Les scénarios sont multiples, car le sujet est complexe et les parties prenantes nombreuses. Après avoir lu de nombreux articles sur le sujet, nous sommes tombés sur ce descriptif dans le vénérable Financial Times, qui nous semble être la plus belle illustration de ce qui pourrait arriver.

financial times brexit flowchart

2ème Conclusion : s’assurer que Matt reçoive son salaire et éliminer le risque de change

Comme le schéma ci-dessus le montre, le nombre d’issues possibles est grand et les résultats possibles très différents, voire diamétralement opposé d’un scénario à l’autre. Nous ne sommes pas devins et notre métier est d’aider nos utilisateurs à épargner plus et mieux, pas de spéculer sur le change. Nous avons donc tout simplement décidé de faire le change pour la totalité du salaire annuel de Matt et de “parquer” cette somme sur un compte en GBP, sur lequel nous prélèveront les salaires de Matt tous les mois.

Les lecteurs pointilleux parmi vous auront identifié le point faible dans notre dispositif : et si le cours de la livre évolue défavorablement contre l’euro dans un an ? Oui, mais un an est une éternité dans la vie d’une start-up comme la nôtre. D’ici là, Cashbee peut se focaliser sur ses opérations et son développement, offrir ses services à ses utilisateurs et continuer à observer (avec un degré d’incrédulité et de flegme) les débats sur le Brexit, et les accoups sur le cours de change qu’ils engendrent, tout en sachant que les salaires de Matt seront payés !

Nos recommandations

Actu

il y a un mois

5 min

Selon une étude publiée par la Barclays Bank le volume de dette dans le monde proposant un rendement…

Marc Tempelman

Lire l'article

Actu

il y a 5 mois

4 min

Pour être un peu plus précis que notre titre, forcément un peu accrocheur, un fond dédié uniquement…

Marc Tempelman

Lire l'article

Prêt à épargner ?

illustration
Nous utilisons des cookies 🍪 pour vous offrir la meilleure expérience possible. En continuant à utiliser notre site web, vous acceptez notre politique cookies.